Soufiane Djilali craint des dérapages    Nouvelle loi électorale: la dernière ligne droite    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    La capitale sénégalaise à l'aube d'une journée sous tensions    Les Ivoiriens aux urnes samedi pour élire 255 parlementaires    Klopp calme le jeu pour Salah    Brèves    Brèves des Fédérations    Une approche intelligente    100 kg de drogue saisis et 11 suspects arrêtés    170 quintaux de kif saisis    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    «L'Algérie prend acte avec satisfaction»    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Assassinat de Ali Tounsi : la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Célébration de la fête du printemps    2.735 appels reçus sur le numéro vert et de secours    Le Président Tebboune reçoit trois dirigeants de partis    L'Algérie respecte toujours sa promesse de baisse de sa production    La CNMA lance une campagne de sensibilisation    Générale de la pièce «Cadavre»    Le MCA en quête de sa première victoire    La militante sahraouie Sultana Khaya reçoit le prix "Citoyenneté pour les droits de l'Homme" à la Rioja    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020
Publié dans El Watan le 20 - 01 - 2021

Le marché du travail est l'un des secteurs touchés de plein fouet par la crise multidimensionnelle que traverse le pays. Les offres d'emploi ont connu une baisse importante au cours de l'année 2020 par rapport à 2019.
Devant la commission de la santé, des affaires sociales et du travail au Conseil de la nation, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, El Hachemi Djaboub, a soutenu que les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020.
Elles sont passées de 437 000 offres en 2019 à 300 000 en 2020, ajoutant que 80% des offres proviennent du secteur privé. Par secteur d'activité, le ministre a indiqué que le bâtiment, l'hydraulique, l'industrie et les services sont les secteurs qui ont recruté le plus.
La baisse a concerné également les placements dans les postes de travail. En effet, en 2020, les agences dépendantes du ministère du Travail ont placé 230 000 demandeurs d'emploi contre 335 000 placements en 2019, soit une baisse de 31%.
Pour ce qui du processus d'intégration des travailleurs contractuels dans les postes de travail permanents, le ministre a reconnu la lenteur de l'opération, qui n'a touché pour le moment que 9% des travailleurs de cette catégorie.
Sur les 365 000 titulaires de contrats préemploi, le processus n'a inclus que 25 000 jusqu'en décembre 2020, alors que l'opération qui devait s'étaler sur trois ans (2019-2021) avait pour objectif d'inclure 374 304 titulaires de contrats préemploi dans les administrations publiques avec l'approbation du critère d'ancienneté.
M. Dajboub a attribué le retard de l'intégration à des lacunes dans le processus, au retard dans la libération des postes budgétaires gelés, la saturation de certains organismes et l'incompatibilité des diplômes universitaires des bénéficiaires de ces contrats préemploi avec certains postes.
Pour palier ce retard et tenter de rectifier le tir, le ministre a précisé, devant les membres de la commission du Sénat, qu'il avait établi un état des lieux et préparé un nouveau plan qui adopte des mécanismes exceptionnels.
Une feuille de route qui nécessite la coordination avec les secteurs concernés, notamment les Finances, l'Intérieur et l'Education, dès lors que ce secteur se taille la plus grosse part en matière de recrutement de contractuels, avec un taux dépassant les 70%.
Avec ce nouveau plan, le département de Djaboub pense que le processus d'intégration prendra un peu plus de deux ans et demi et se fera rétroactivement et par étapes en fonction de la norme et de l'ancienneté.
Sur le chapitre lié aux indemnités des travailleurs et employés qui n'ont pas perçu leur salaire ou ont perdu leur emploi en raison de l'épidémie de coronavirus, le ministre a souligné que le processus concerne 56 000 travailleurs, et ce sont les entreprises et administrations publiques qui paieront leurs salaires et non la Caisse de sécurité sociale.
Par ailleurs, l'invité du Sénat a évoqué le dossier des libertés syndicales, rappelant que le nombre de syndicats a atteint 140, dont 48 sont des syndicats d'organisations patronales et 92 des syndicats de travailleurs.
13 syndicats ont eu leur agrément en 2020. A en croire le ministre, son département est en train de finaliser un avant-projet visant à modifier la loi relative à l'exercice syndical afin de renfoncer la protection des libertés syndicales !
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.