Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    La justice se saisit du dossier    Mustapha Bendjama de nouveau devant la justice d'Annaba    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    Saïed maintient les mesures d'exception    Les prix poursuivent leur hausse    877 employeurs concernés à M'sila    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Des dépotoirs à ciel ouvert    Tebboune tient son engagement    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Blessés lors des manifestations : Les «éborgnés du hirak» dans le désarroi
Publié dans El Watan le 24 - 01 - 2021

Blessées lors des manifestations du hirak, les victimes, une douzaine, ont perdu l'usage d'un œil. Ils réclament la reconnaissance par l'Etat de leur invalidité et une prise en charge «immédiate» de leurs blessures.
Les manifestants blessés lors du hirak sont dans le désarroi. Les victimes, éborgnées lors des manifestations, souffrent de l'absence d'une reconnaissance par l'Etat de leur invalidité et d'une prise en charge «immédiate» de leurs blessures.
«Nous sommes désemparés. Pour nous faire opérer en Algérie, nous n'avions pas trouvé une clinique à cause de la pandémie due à la Covid. Nous avons pu avoir des rendez-vous pour des interventions dans des cliniques en France et en Espagne, mais le problème des visas s'est posé pour nous. Moi, personnellement, j'ai eu un refus de visa. Et même pour aller en Tunisie, les frontières sont fermées. Nos cas s'aggravent. Les médecins nous ont dit que si nous ne subissons as une opération dans l'immédiat, la structure de l'œil sera irrémédiablement perdue. Une prothèse sera alors difficile à placer», s'alarme Anis Meziane, étudiant âgé de 22 ans, qui a perdu l'usage de son œil gauche.
Blessées lors des manifestations contre l'élection présidentielle du 12 décembre 2020, les victimes, originaires des wilayas de Bouira, Boumerdès, Tizi Ouzou et Béjaïa, ont perdu un œil et souffrent d'autres blessures (fractures du crâne, du plancher orbital, des mâchoires, etc.)
A ce jour, une douzaine de victimes (neuf éborgnés, un blessé à la mâchoire et un décès) ont été recensées. «Il y a eu le cas du jeune asthmatique Ouamara Karim, décédé après un jet de gaz lacrymogène aux Issers. Il y a tous les éborgnés, chacun selon la gravité et la nature de sa blessure. Mais il y a eu aussi d'autres victimes à Oran et d'autres cas encore qu'on est en train d'étudier», précise Meziane. La situation des éborgnés est d'autant plus compliquée qu'ils ont une situation sociale «très fragile».
«Ce sont tous des cas sociaux. Djemai Amazigh, 22 ans, subvenait aux besoins de sa famille. Dahmouni Lounis, 22 ans, souffre gravement. Dib Rabah, 31 ans, a eu un choc terrible. Omar Ouchen, hospitalisé en France, n'a pas vu sa fille», s'offusque Meziane, qui affirme que sa mère, malade chronique, a été hospitalisée après son accident et «a attrapé d'autres maladies lors de son séjour à l'hôpital».
Le 23 décembre 2020, un Comité national des victimes du hirak (CNV) a été créé à Alger. Regroupant les victimes et des accompagnateurs (avocats, médecins, journalistes, etc.), le collectif s'est donné pour objectif premier l'élaboration et la mise à jour d'une liste nationale de victimes.
Il a également pour mission d'assurer une prise en charge médicale des victimes, la distribution des aides financières à eux et leurs familles, selon leur degré de nécessité, et de veiller à ce que ces aides soient dépensées à bon escient, précise un document du CNV, dont El Watan détient une copie.
Des collectes d'argent sont engagées périodiquement par les Algériens, à l'intérieur du pays et à l'étranger. Certaines victimes ont ainsi pu être prises en charge. «Il y a le cas de deux blessés, un en France, qui a pu terminer ses soins, et un autre en Espagne, hospitalisé à ce jour. Des blessés ont subi des opérations, alors que cinq autres n'ont pas commencé leurs soins à ce jour. Les devis des hôpitaux, chacun selon la gravité, sont de 5000 à 8000 euros», précise Meziane, coordinateur du CNV.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.