Le Président ordonne la création d'un outil de contrôle    Texte intégral de la réunion du Conseil des ministres    L'argent informel représente 34 % de la masse monétaire globale    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    Le youtubeur "Fekrinho" retrouvé mort à la plage Cap-Roux    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Président Tebboune n'écarte pas l'organisation des élections législatives et locales à la même date    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Beldjoud préside l'installation du wali de Bordj Badji Mokhtar    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Création d'un groupe d'amitié parlementaire entre l'Ouganda et la RASD    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    La démonstration de force d'Ennahdha    Le décret publié au "Journal officiel"    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Retour sur les transferts de fonds à destination de l'étranger    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Dar Abdellatif (AARC) : célébration de la journée de la femme    L'impératif de former un front interne solide pour protéger le pays contre les ennemies    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Créer un développement décentralisé
Repères économiques
Publié dans El Watan le 25 - 01 - 2021

Nous avons tous les yeux rivés sur le gouvernement central pour nous régler les problèmes au niveau de tout le territoire national. A chaque discussion d'une loi de finances ou des programmes sectoriels divers, on essaye de décrypter le maximum d'informations sur les thèmes qui intéressent la population.
On espère trouver les projets régionaux et locaux qui vont contribuer à alléger le problème du chômage, s'informer sur les autorisations de dépenses de logements, la construction de nouvelles écoles etc. ; nous espérons que le salut de tout un chacun vient d'en haut, des plus hautes instances de décisions de ce pays.
En bas des échelons publics, il s'agit surtout de voir comment se préparer pour accueillir ces dépenses et en tirer profit localement. Ce modèle fortement centralisé a été si puissamment incrusté dans les esprits, surtout durant les années 70', que l'on ne pense même pas développer un autre paradigme.
L'entreprise privée (qui produit maintenant plus de 90% du PIB marchand hors hydrocarbures) est rarement vue comme le salut ultime de nos problèmes locaux, régionaux et nationaux.
Elle est très peu aidée. Elle est même stigmatisée. Dans la conscience des décideurs locaux, la grande délivrance ne peut provenir que des décisions publiques qui vont allouer des ressources aux autorités locales et régionales pour alléger les problèmes économiques et sociaux dont ils souffrent.
On ne peut se départir d'un tel paradigme. Il faut dire que les réformes nationales qui visent à décentraliser l'activité économique se font si lentement qu'on perçoit qu'en haut lieu tout comme aux niveaux hiérarchiques les plus bas on n'y croit pas avec vigueur. Alors, on continue à scruter l'horizon et attendre que les problèmes économiques décentralisés soient résolus à des niveaux très élevés de la hiérarchie.
Le paradigme du développement a changé
Partout dans le monde, l'Etat central joue un rôle économique déterminant par les différentes dépenses sectorielles qu'il consent. Nul ne remet en cause le rôle moteur de l'Etat dans le processus de développement. De par leurs tailles qui varient de 30 à 70% des PIB, les différents Etats impulsent les processus de modernisation, de Recherche et Développement, de multiplication des infrastructures et de fourniture des services de base de qualité.
Ne serait-ce que par le nombre de ses employés, l'Etat crée une demande locale et nationale très importante. Mais ce sont les entreprises publiques et privées qui fournissent à l'Etat les ressources dont il a besoin pour développer une économie.
Les décideurs locaux et régionaux doivent savoir qu'en dehors de Sonatrach, 90% des ressources de l'Etat proviennent du secteur économique privé. Souvent, on rétorque que c'est l'IRG sur salaires qui finance le plus l'économie en dehors des hydrocarbures. Mais d'où proviennent ces salaires et cette IRG qui est payée ?
Nous ne pouvons pas développer outre mesure les flux financiers du système fiscal. Mais surtout attirer l'essentiel de notre focalisation sur le développement local.
Les systèmes mondiaux montrent qu'il y a eu une transformation profonde des structures des fonctions des entités régionales et locales. Partout dans le monde, on responsabilise grandement les régions et les communes sur leur développement et en grande partie la résolution de leurs problèmes locaux.
Aux Etats-Unis, en Chine, en France ou en Malaisie, les régions et les communes conçoivent et réalisent des plans de développement régionaux et locaux.
C'est à travers de nombreuses institutions et mécanismes que l'on arrive à créer une activité locale qui crée l'emploi, la richesse et les capacités de résolution de problèmes sociaux (comme le logement) aux plus bas échelons de la hiérarchie.
Dans la plupart des économies mondiales se sont installées des complémentarités économiques et sociales très intéressantes entre les instances nationales et les structures régionales et locales.
Des conditions à mettre en œuvre d'abord
Avant de mettre en œuvre une politique de développement équilibré, il faudrait d'abord satisfaire un certain nombre de conditions. Sinon, nous allons mobiliser des ressources qui vont induire peu de résultats. Et les conditions sont nombreuses.
La première a trait aux qualifications humaines. Nos universités et business schools doivent être capables de former des spécialistes en développement local qui savent identifier les ressources, le potentiel et susciter les créations d'entreprises pour les valoriser.
Les entreprises créées peuvent appartenir aux privés ou aux communes ou régions (wilaya). Nous devons avoir au moins une cellule de développement local par APC, daïra et wilaya.
Ces entités doivent avoir l'autorité qu'il faut pour mener à bien leurs tâches. En second lieu, il nous faut créer l'écosystème des sociétés de savoirs que l'on va utiliser pour parfaire les plans décentralisés et faire réussir ces entreprises locales et régionales ainsi que les programmes sociaux (logements, éducation, santé etc.).
Les sociétés de savoir créées doivent être spécialisées en finance d'entreprises locales, stratégies, marketing, redressement, qualité, développement humain etc., ainsi des APC peuvent se mettre ensemble et créer des entreprises pour exploiter des ressources communes. Mais nous aurons besoin aussi d'institutions pour accompagner ce mouvement de décentralisation comme les banques de développement local et régional.
L'Etat central devient animateur du processus. Par ses capacités d'audit et d'appui, il peut réorienter et améliorer le mode de fonctionnement.
Il peut donner des orientations sur les priorités nationales afin que le développement local s'y intègre. Par son vecteur de taxes et ses prises de participations, il peut orienter une grande partie des ressources vers les activités plus utiles au pays pour réduire la facture des importations.
Tout en étant un acteur essentiel, l'Etat va lâcher un processus qui va induire la création de millions de micro-entreprises et de PME/PMI qui vont révolutionner le mode de fonctionnement de l'économie si on mène le processus correctement.
Autrement, on continuera de parler de développement local mais agir surtout national et les citoyens continueront d'avoir les yeux rivés sur l'Etat central.
La tentation est grande de créer cette configuration de développement local sans créer d'abord les industries du savoir nécessaires et sans disposer de compétences appropriées aux niveaux local et régional.
On peut créer des milliers d'entreprises locales qui prendront la direction de la faillite, comme ce fut le cas par le passé des entreprises locales publiques. L'écosystème de la réussite nécessite les industries de la connaissance et des ressources humaines super qualifiées pour gagner son pari.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.