Le Président Tebboune n'écarte pas l'organisation des élections législatives et locales à la même date    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Beldjoud préside l'installation du wali de Bordj Badji Mokhtar    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Création d'un groupe d'amitié parlementaire entre l'Ouganda et la RASD    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Un espace d'accompagnement pour les jeunes    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    En raison d'une faible pluviométrie, les appréhensions des agriculteurs    Plus d'un kilo de kif saisi à Terga    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Les principales décisions    Retour sur les transferts de fonds à destination de l'étranger    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le décret publié au "Journal officiel"    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Dar Abdellatif (AARC) : célébration de la journée de la femme    Accès à Internet à Tizi Ouzou : Raccordement de 38 nouvelles localités en fibre optique    L'impératif de former un front interne solide pour protéger le pays contre les ennemies    Grâce à l'augmentation programmée de la production de la station d'El Mactaâ: La SEOR revient à une alimentation en H/24    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Mise en oeuvre des décisions du gouvernement: Tebboune ordonne la création d'un outil de contrôle    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Prise en charge des maladies rares: Un «véritable parcours du combattant» pour les patients    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Autoroutes à étages et relance du système de régulation du trafic : Des projets réalisables ou simple effet d'annonce
Publié dans El Watan le 27 - 01 - 2021

L'annonce de tels projets, dont la réalisation suppose des financements conséquents, est une pure excitation qui exploite les aspirations des citoyens.
En dépit d'un important déficit budgétaire, les pouvoirs publics tentent, dans un sursaut salvateur, de redynamiser des secteurs dont les projets sont en décrépitude. Plusieurs projets dits «structurants» de la capitale connaissent des atermoiements qui entravent la relance de grands chantiers, notamment dans le domaine des travaux publics et du transport.
Malgré ce constat qui doit en principe limiter toute projection objective, deux grands projets qui concernent la capitale ont été annoncés par le ministre des Travaux publics et ministre des Transports par intérim, Farouk Chiali.
Le premier projet porte sur la réalisation de deux autoroutes à étages. Le second concerne la relance du projet de réalisation d'un système de régulation de la circulation routière.
Ces deux grands chantiers visent, d'après le ministre, l'amélioration de la mobilité dans la capitale et la décongestion des principaux axes qui desservent les localités à forte densité démographique.
Ces autoroutes à étages seront réalisées avec une disposition superposée tout au long des tracés existants qui sont empruntés quotidiennement par un nombre grandissant d'automobilistes.
Aucun argument
D'après les énoncés du projet, la première autoroute sera réalisée au niveau de la rocade sud reliant l'aéroport à Zéralda. Quant à la deuxième, elle sera réalisée au niveau de l'autoroute de l'Est reliant l'aéroport à Alger-Centre.
Si le choix du premier tronçon est tout à fait justifié, le second itinéraire (aéroport-Zéralda) n'est étayé par aucun argument d'ordre démographique. En tout état de cause, il convient de signaler que la capacité des autoroutes existantes dans ces deux axes, particulièrement celui de l'autoroute de l'Est, ne peut plus contenir le flux grandissant d'automobiles qui les empruntent quotidiennement et ne suffit plus pour absorber le flux du trafic routier estimé à 22 000 véhicules/jour.
Quant au projet du système de régulation et du contrôle de la circulation dans la capitale, il sera relancé, précise M. Chiali, par la wilaya d'Alger. Ce projet, lancé en 2017 par la société mixte algéro-espagnole (MOBEAL), prévoyait l'installation de 500 carrefours avec des feux tricolores dits «intelligents», et ce, afin de résoudre les problèmes de congestion du trafic dans tous les points noirs identifiés dans la capitale.
Lors de la première étape du projet, une vingtaine de carrefours ont été réceptionnés sur 200 prévus. Cependant, et en dépit de la réception de ces 200 carrefours, les feux tricolores ne sont toujours pas opérationnels.
Des essais ont été pourtant effectués pendant une certaine période. Mais ces derniers se sont arrêtés net, suite, entre autres, à la pandémie du nouveau coronavirus. Les initiateurs du projet mettent en exergue le fait que le système permet de connaître le trafic routier en temps réel, améliorer les conditions de déplacement, réduire la durée des voyages et tenir informés les usagers de la route via internet.
La réception et la mise en marche des feux tricolores intelligents sur l'axe place du 1er Mai-Sidi M'hamed-Belouizdad constituent la première phase. La zone a été raccordée «temporairement» à un mini-centre pilote au niveau de l'unité Etusa de la place du 1er Mai afin de bien s'imprégner des particularités de ce système intelligent et de l'utilisation de nouveaux outils technologiques. Rappelons que le projet a connu une cadence très lente, malgré l'aisance budgétaire.
Qu'en sera-t-il en cette période où les ressources manquent cruellement ? Le lancement de ce genre de projets est tributaire de la disponibilité des financements, or il n'est pas à démontrer que l'Etat soutient actuellement un déficit de 12 milliards de dinars. L'annonce de tels projets, dont la réalisation suppose des budgets conséquents, est une pure excitation qui exploite les passions et les aspirations de la multitude.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.