Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mme Sarah Loukkal. Journaliste, femme entrepreneure : «J'ai eu du mal à m'imposer dans la communication»
Publié dans El Watan le 31 - 01 - 2021

Dur d'être une femme active en Algérie ? Une question complexe qui trouve une réponse, peut-être, à travers des expériences de femmes, dont Mme Sarah Loukkal, une entrepreneure téméraire et d'une grande passion pour son métier.
Gérante d'une agence de communication et de publicité, organisatrice d'événements, Hypnotik Events et partenaire de la chaîne de télévision El Djazaïr N1, elle se livre, avec un soupçon d'amertume, mais sans haine ni colère. «En tant que femme entrepreneure, j'ai eu du mal à m'imposer dans le domaine de la communication (journalisme) et de la publicité. C'est un terrain réservé aux hommes. Tout le monde pense que c'est facile d'obtenir des marchés et de signer des conventions, mais ce n'est pas le cas. Nous n'avons pas des horaires fixes. Je travaille à des heures tardives, les jours fériés et les week-ends, avec les occupations familiales, ce n'est pas toujours évident et la société ne comprend pas ce dévouement pour mon travail...» se confie-t-elle, le verbe facile.
Un travail de terrain, de proximité
Disponible et avenante, devant et hors caméra, elle est très proche de la population, notamment des jeunes.«Les gens, rassurés et confiants, se confient facilement à nous parce qu'ils savent que leurs messages seront transmis tels quels, sans censure. Nous faisons un travail de terrain, de proximité. La première préoccupation de la jeunesse c'est l'avenir. Que serions-nous dans 10, 20 ans?», s'interroge-t-elle.
Pour la femme, précise-t-elle, c'est «comment s'en sortir et faire ses preuves dans une société machiste». Reconnaissante, Mme Loukkal tient à rendre hommage à Brahim Ameur, directeur de la chaîne avec lequel elle avait collaboré dans des projets de production. «C'est un perfectionniste, un amoureux de son travail qui a donné la chance aux jeunes diplômés dans le domaine du journalisme et de l'audiovisuel.»
Responsable du bureau régional de Tlemcen, qui assure toutes les couvertures médiatiques, ainsi que la production, elle estime que c'était une «opportunité pour ouvrir des postes d'emploi pour les jeunes de la région, à l'instar des talentueux Hamid Amami et Ismaïl Ouhassain». Jeune et dynamique, Mme Sarah Loukkal ne s'arrêtera pas là, puisqu'elle a plusieurs idées de production culturelle et de société qui seront réalisées très prochainement.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.