Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité
Publié dans El Watan le 01 - 03 - 2021

Ces journées participeront modestement, selon les organisateurs, à perpétuer l'œuvre universelle du chanteur Idir. Ce sera aussi l'occasion de mettre en valeur des jeunes talents qui sont sur le chemin tracé par leur mentor.
« Evocation, Asmekti N Idir » est le thème d'une rencontre artistique qui aura lieu à la bibliothèque municipale de Larbaâ Nath Irathen les 5 et 6 mars, à l'initiative de l'animateur culturel Malek Amirouche, avec le soutien du HCA, l'ONDA, l'APC et le village Taourirt Mokrane. Au programme, une table ronde, du chant, de la poésie, des témoignages et une série de communications animées par Abdelmadjid Bali ( Idir, l'humble et le phénix), Ali Sayad, (De la Yannite à l'universalité), Nacer Haddad (Yidir ou la culture sans frontière), Djamel Laceb( Pourquoi Esendu nous subjugue tant !), Belaid Tagrawla (Yidir ad yidir ). Il est prévu également une sortie pédestre vers Assif n berkmouhe ponctuée par des haltes artistiques avec la participation de chanteurs, musiciens, conteurs et écrivains.
La liste est longue : Djamel Kaloun, Rachid Rezagui, Yasmine Taleb, Mohsa, Belaid et Idir Tagrawla Malek Bachi, Dehbia Imine, Djamy Kerdja, Makhlouf Boughareb, Fayza Acitani, Tahar Bessaha, Malika Tagawawt, Feroudja Saidani, Kenza Enni, Said Abdelli, Karim Missoum, Chabha Bengana, Ahcene Mariche, Idir Bellali, Lifa Hennad, Omar Kerdjae,Farida Sahoui, Slimane Belherat, Amirouche Hamdani, Hamid Bilek Hacene Helouane, Ramdane Abdenbi.
Dans le texte accompagnant le programme de ces journées, les organisateurs ont noté qu'avec la mort d'Idir, c'est un pan de notre patrimoine qui s'en est allé. «Désormais, il sera dans la postérité. Il fera partie de ceux qui ont marqué d'une manière indélébile l'art universel. Des générations témoigneront, étudieront et se pencheront pour disséquer sa production musicale de haute facture. Idir a porté au firmament notre culture des décennies durant. Sa carrière est bien remplie avec beaucoup de consécrations».
Les rédacteurs du témoignage rappelleront en outre que Idir « a su conjuguer l'interprétation magistrale, les textes bien ciselés et une voix cristalline. Le tout est bien orchestré pour donner lieu à des belles œuvres.
Un homme pétri de valeurs et de convictions
Ses chansons mélodieuses bien harmonisées, puisées du terroir nous rappellent avec force la profondeur de nos racines et l'authenticité de notre culture multimillénaire. Le tout est fait avec le précieux concours de sa mère et grand-mère, très imprégnées de la culture kabyle ancienne. Elles lui ont savamment transmis les contes, légendes, poèmes et chants ». C'est grâce à son génie créateur que la culture kabyle orale a eu droit de cité à travers le monde, dans une période où la chape de plomb sévissait contre l'expression berbère. Il a activement participé à façonner notre conscience collective sur la nécessité de s'approprier tamazight et être fière de la porter, a t-on considéré.
Plus loin, un autre passage sur l'aura d'Idir sur la scène internationale et son engagement : « Le digne fils des Ath Yenni, est devenu l'ambassadeur attitré de la culture Algérienne. Idir a toujours fait montre de sa présence à chaque fois que la nécessité se fait ressentir pour répondre à l'appel de la patrie. Il aime l'Algérie et son peuple. L'éloignement douloureux de sa Kabylie profonde a fait naître en lui une force créatrice inouïe. Elle l'a aidé à surmonter le manque du pays. La qualité de ses œuvres en est une preuve irréfutable. Le choix porté pour des études de géologie a tout son sens. Il est le prolongement de son attachement viscéral à la terre de ses aïeux. Cette dernière est une source d'inspiration pour lui. Il exprime un vécu réel et nous fait ressentir des fortes sensations. Sa simplicité et son altruisme n'ont d'égal que sa personnalité fondée, celle d'un homme pétri de valeurs et de convictions. Toutes les causes justes sont les siennes.
Il a toujours dénoncé l'oppression des peuples et soutenu celles des laissés pour compte. Il a très tôt défendu la cause de la femme ». Au delà, de sa passion à son art qu'il a affectionné avec brio, Idir est un vrai intellectuel, un militant apaisé. Il force le respect chez nous et ailleurs. Sa voix porte. Elle est bien écoutée y compris par les éminentes personnalités du monde, lit-on encore dans l'argumentaire. L'autre force de l'enfant d'Ath Lahcene est son investissement dans le brassage des cultures, un vecteur de rapprochement des peuples. « Un hymne qui favorise le vivre ensemble important en ces temps qui connaissent la montée des extrêmes partout dans le monde. Les empreintes de Charles Aznavour, Maxime Le Forestier, Patrick Bruel, Francis Cabrel Henri Salvador, Jean Jacques Goldman, Khaled, Mami, pour ne citer que ceux là sont une preuve formelle », relèvent à juste titre les initiateurs de cet hommage. Cette rencontre aura lieu dans le strict respect du protocole sanitaire, a-t-on précisé.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.