113ème vendredi de manifestations: La mobilisation ne faiblit pas    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Algérie Poste: Les grévistes menacés de licenciement    LA POUSSIÈRE SOUS LE TAPIS    Droit de grève et service public    Groupe Est: Le trio de tête en déplacement    FAF - Elu président à la majorité: Les chantiers de Charaf-Eddine Amara    Ligue 2 - Groupe Ouest: Sérieux tests pour l'ASMO et le CRT    Retard dans le versement des salaires: Grève et protestation des enseignants    Aïn Defla: Carambolage entre 34 véhicules, huit blessés    Sidi Bel Abbès: Des jeunes manifestent contre le confinement    Manifs et manips    Elle s'appele Elizabeth Moore Aubin    Au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis    Le processus électoral est inéluctable    Tebboune appelle à choisir «en toute liberté»    Le Hirak perd son inspiration    Place au carré se dessine    Brèves Omnisports    Lancement des essais du système d'éclairage    Garder son numéro en changeant d'opérateur    Le gouvernement desserre l'étau    L'entente cordiale    Takeda met à l'honneur «Home Infusion»    Les étudiants affichent leur mécontentement    Impressionnant bilan du MDN    Une situation explosive au Sahel    Quand la jeunesse répond présent    Initiation des enfants aux arts    Des films algériens en compétition    Ligue 1 : victoire l'ES Sétif devant la JS Kabylie (1-0)    Khenchela: décès du moudjahid Mohamed Tahar Bouchareb    [Vidéo]Grandiose manifestation malgré le jeûne et la pluie    Parution du roman d'épouvante "Fayla", de Abdelmoaiz Farhi    Des pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu'à samedi    La ligue arabe avertit contre les plans coloniaux qui menacent la Mosquée d'Al-Aqsa    L'UNESCO adopte une nouvelle résolution sur les mesures sionistes à El Qods    Sétif: accélérer la cadence des travaux d'aménagement externes du pôle urbain de Tinar    Le CN prend part au lancement de la stratégie régionale de l'OIM pour la région MENA (2020-2024)    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'armée marocaine    Le musée national des Beaux-arts célèbre le mois du patrimoine    L'AARC s'investit dans l'initiation des enfants aux arts    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Le gouvernement français «regrette»...    Coup dur pour le processus de paix d'Alger    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marasme social à Souk Ahras : Chômage, droits bafoués et grogne syndicale
Publié dans El Watan le 02 - 03 - 2021

Les fêtes touchant au monde du travail n'ont plus l'éclat ni la portée d'autrefois. Le rendez-vous de la nationalisation des hydrocarbures comme celui de la création de l'UGTA sont vécus à Souk Ahras dans la nostalgie et le regret par rapport
à une période de fierté et d'abnégation». Ce sont là les propos d'un ancien cheminot, témoin du recul des acquis sociaux.
Chômage endémique, tissu industriel des plus précaires, exploitation de la main-d'œuvre locale dans l'informel, non respect du SNMG, congés impayés, une UGTA totalement dévoyée de sa tâche à l'échelle locale et des instances de contrôle en hibernation.
Les dates du 24 février et du 1er mai, vidées de leur substance par ceux-là mêmes qui se réclamaient uniques dépositaires des vertus travaillistes, ne servent plus à grand-chose.
«Un complexe de transformation du phosphate qui devait enrôler entre 3000 et 5000 employés et dont les premiers échos quant à son lancement remontent à plus d'une décennie est encore au stade d'un vœu pieux», a remarqué
N. Abdelhamid, un ingénieur employé comme aide-couturier dans un magasin du centre-ville, sans déclaration aux assurances sociales. Les quelques rares projets privés pourvoyeurs de postes d'emploi sont loin d'être viables et l'on s'assure du mieux que l'on peut pour réduire à néant les dépenses liées aux salaires. Pour Syhem L., Ismahane T. et Fouzia S., toutes travailleuses dans une crèche, la paie ne dépasse en aucun cas les 8 000 DA/mois et au moindre signe de demande d'augmentation, la patronne épaulée par son parti rompt la relation de travail sans préavis.
Ces mêmes situations sont vécues au quotidien par des travailleurs des secteurs de l'agriculture, du bâtiment et des services, zones de non-droit par excellence à Souk Ahras. Chamsedine, un chauffeur de camion nous livre ici un volet de ses problèmes qui sont multiples:
«Je parcours une moyenne de 1000 kilomètres/semaine en contrepartie d'un salaire qui oscille entre 5 000 et 8 000 sans couverture sociale ni autre droit». L'unité des peintures de Souk Ahras (UPSA) l'une des rares entreprises publiques performantes dans cette wilaya, n'est pas encore inscrite dans une vision macroéconomique, car limitée aux seules ambitions d'une usine financièrement équilibrée avec une gamme de production limitée, un recrutement statique et un partenariat restreint.
L'ex-ministre de l'Industrie a insisté lors de sa récente visite sur l'indispensable diversification des produits, la création d'un laboratoire et l'implication dans d'autres créneaux porteurs et créateurs de postes d'emploi/Le rendez-vous raté de l'UGTALa célébration du double anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et de la création de l'UGTA a eu lieu dans un contexte peu rassurant quant au rôle de l'organisation de Laâbatcha à Souk Ahras.
Une faible mobilisation des sections syndicales pour cette fête était perceptible et les clivages qui caractérisent cette entité n'ont pas permis à ses responsables, visiblement embarrassés, d'afficher un signe de fête. L'absence des représentants des secteurs des assurances, de la santé, des travaux publics, des collectivités, du textile, des peintures, des finances et des unions locales de M'daourouch, Sédrata et Taoura a été expliqué par un malaise au sein du syndicat de Laâbatcha dans cette wilaya où le renouveau statutaire ne semble pas figurer sur la liste des priorités. «Nous avons décidé après concertation avec les travailleurs que nous représentons de ne point répondre aux appels des structures locales de l'UGTA jusqu'à ce que soit résolu le bicéphalisme provoqué à bon escient au sein de notre entreprise par ces mêmes structures», a déclaré au journal un employé du secteur du textile.
Un membre du conseil de wilaya ajoutera ceci : «Des milieux occultes tiennent crânement à maintenir des structures syndicales nées dans le sillage des orientations et méthodes de fonctionnement de l'ère Sidi Saïd et c'est le cas pour Souk Ahras dont les instances sont gérées depuis une wilaya limitrophe».
Lors des festivités, c'est encore une dyslexie protocolaire qui a collé aux organisateurs de l'UGTA. Au lieu du secrétaire général de l'Union de wilaya, un responsable de troisième zone a pris la parole. Un texte lu de surcroit, de manière maladroite, n'a véhiculé aucun message à l'adresse des participants à ces festivités, encore moins aux pouvoirs publics, s'agissant de cette commémoration qui n'est pas des moindres dans le monde du travail.
Ecourtée au carré des martyrs, l'occasion a été saisie par les autorités administratives pour combler le vide du programme par une visite d'inspection et de travail dans les zones d'ombre de la daïra d'Ouled Driss. Encore une sortie ratée de l'UGTA en cette occasion.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.