La BADR vulgarise ses produits    Le choix cornélien des membres du BF de la FAF    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Garcia encense (encore) Slimani    Les ménages à rude épreuve    Des brigades de l'APC et du commerce sur le qui-vive    La valorisation économique au menu    Le parcours du combattant des candidats indépendants    Des dossiers lourds en voie de finalisation    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Les Canaris en mode nocturne    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Boukadoum en visite de travail en Libye    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    6 ans de prison pour deux anciens DG    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    3 décès et 156 nouveaux cas    La Juventus récolte déjà les fruits du projet de Super Ligue    Les exigences de la CNCC    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Ghazaouet: Les eaux pluviales provoquent des éboulements    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    Profession: Auto-serveur    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Le sempiternel casse-tête du transport    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Intolérable gaspillage!    Conclave des opérateurs de l'Ouest    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





D'amour et de guerre : Une littérature de combat
Publié dans El Watan le 09 - 03 - 2021

Avec D'amour et de guerre, le romancier Akli Tadjer donne une œuvre dense et précieuse. Au-delà de l'intrigue romanesque, revivent mille et une histoires de jeunes Algériens engagés malgré eux dans la Guerre mondiale entre 1939 et 1945. Un remède contre l'oubli et l'indifférence.

Lyon
De notre correspondant Walid Mebarek

C'était encore l'époque des «pas grand-chose», comme la nomme Akli Tadjer dans son roman D'amour et de guerre, paru en ce début mars aux éditions Les Escales (Paris). Dans ce nouvel opus, l'écrivain algérien se fait raconteur d'histoires au profit d'une meilleure compréhension d'une des périodes les plus difficiles pour les Algériens opprimés : la guerre 1939-1945.
Tadjer affûte sa plume pour une littérature acérée, presqu'une littérature de combat qui, de fil en fil, tisse un récit passionnant contre l'indifférence oublieuse des hommes emportés dans cette tourmente.
L'intrigue met en scène un personnage principal : Adam, fils d'un soldat de la Grande guerre de 14-18, décédé des suites de ses blessures, en une lente agonie après son retour en Algérie. La vingtaine sonnée, il est amoureux de Zina, qu'il connaît depuis l'enfance et avec qui il rêve de se marier.
Ensemble, en marge de la petite école où ils n'avaient pas accès, ils sont formés à la langue française par l'instituteur qui les a pris en affection.
Débrouillard, Adam ne songe qu'à arranger sa maison pour y loger sa belle. Sauf que l'ordre d'appel lui parvient...
«La guerre, je m'étais juré de ne jamais la faire en fermant les yeux de mon père sur son lit de mort», raconte-t-il. Il se retrouve donc déserteur et songe à quitter sa Kabylie natale pour se réfugier à Alger. Les gendarmes se saisiront de lui durant son périple et il sera enrôlé avant de franchir la Méditerranée malgré lui, comme des milliers de coreligionnaires. La suite, c'est tout l'art exercé et délicieux du littérateur qui l'exprime. Adam, le narrateur, se double de l'épistolier. Sur un carnet rouge que lui a donné un soldat, il écrit régulièrement des missives à Zina. Il ne lui poste rien, espérant lui remettre sa complainte d'amour quasi livresque lors des retrouvailles, à moins que son chant plein d'espoir lui parvienne post mortem.
UNE SPIRALE DE VIOLENCE ET DE DELABREMENT MORAL ET PHYSIQUE
Adam connaîtra les combats morbides, puis sera arrêté et interné avec les ‘‘Nord-Africains'' dans un camp du nord de la France. Nouveau récit du narrateur des conditions désastreuses, maladie en prime, puis évasion. Jusque vers Paris où il retrouve son instituteur. Avant la Normandie... Le lecteur est happé par le récit qu'en donne Akli Tadjer et les rebondissements narratifs du roman font qu'on ne quitte plus des mains le livre, de la première à la dernière ligne. Il serait dommage de trop en dire, mais on peut révéler cependant que l'auteur a brossé avec intelligence ce moment historique clé pour les Algériens emportés dans une spirale de violence et de délabrement moral et physique inédite pour eux.
Des pages d'Histoire se glissent dans la petite histoire. Il retrace ainsi habilement les quelques militants nationalistes perturbés (et rejetés par la masse militante) qui ont succombé aux sirènes de la propagande nazie leur promettant l'indépendance s'ils aident les forces militaires et policières allemandes, en y convertissant les leurs. Plus humainement, Tadjer n'oublie pas de rendre hommage aux imams de la mosquée de Paris qui, au péril de leur vie, ont aidé les Algériens en déroute mais aussi les juifs persécutés et recherchés par la Gestapo et la police française, en leur concoctant des certificats de religion musulmane. On ressort de ce roman en connaissant un peu mieux ces années de la Seconde guerre mondial où, rarement dans les récits français, les Algériens ont leur place, malgré le tribut qu'ils ont payé. C'est tout le mérite d'Akli Tadjer de leur rendre chair et âme.

Extraits
«Les gendarmes nous ont rassemblés, chaînes aux pieds sur la place de la mairie en attendant qu'on nous emmène à la caserne du Bougie. Une foule d'excités nous huait, nous sifflait, nous injuriait. Nous étions des apaches, de la vermine, des Pas Grand-Chose, de la mauvaise herbe à brûler, des bicots, des bougnoules, des tronc-de-figuier, des crouilles, des rations, des melons, des youddis... »
(...) «Nous, l'armée de l'empire dont on nous avait dit qu'elle était indestructible parce que commandée par les meilleurs stratèges du monde, nous étions pitoyables. Nos capotes étaient pourries par la boue et nos semelles de godasses étaient usées jusqu'à la corde. Certains s'en étaient débarrassés après avoir dépouillé des cadavres de civils de leurs chaussures ».
(...) «Chaque fois que je vidais un sac de chaux vive sur ces jeunes hommes pourris par la maladie, je ne pouvais m'empêcher de penser que nous avions le même âge, qu'ils venaient, tout comme moi, de pays de soleil, (...) et que peut-être, demain, ce serait moi qu'on balancerait dans le trou puis que l'on brûlerait à la chaux vive pour je ne souille pas cette belle terre de France ».
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.