Le Conseil de la monnaie et du crédit décide de doubler le capital minimum des banques    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    La folie des sénatoriales    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre avec le romancier Akli Tadjer
2è rendez-vous Diwan Dar Abdellatif
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 03 - 2013

L'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) continue son cycle de Diwan avec pour thématique « Algérie, récit colonial » avec son deuxième rendez-vous « Rencontre avec le romancier Akil Tadjer » le 22 mars prochain à partir de 16 h la salle Frantz-Fanon .
L'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) continue son cycle de Diwan avec pour thématique « Algérie, récit colonial » avec son deuxième rendez-vous « Rencontre avec le romancier Akil Tadjer » le 22 mars prochain à partir de 16 h la salle Frantz-Fanon .
Akli Tadjer est né à Paris en 1954. C'est un écrivain et scénariste franco-algérien, passionné de lecture, il suit des cours de journalisme.
En 1984, un voyage en Algérie lui inspirera son premier roman : Les A.N.I du Tassili (couronné par le prix Georges Brassens) dont il fera l'adaptation pour la télévision. C'est ainsi qu'il débute une carrière de scénariste.
Gentilly, la banlieue, les cités HLM, les bandes : l'adolescence d'Akli Tadjer est un classique pour un fils d'immigré algérien. Très jeune, il est marqué par la lecture de Vipère au poing, d'Hervé Bazin. Puis il se plonge dans la lecture des œuvres de Cavanna, Simenon, Frédric Dard. Ce sont ces auteurs populaires qui lui donne le goût de l'écriture romanesque. Il renonce alors à composer des chansons pour des groupes rock au succès sans lendemain. Plus tard, il est engagé dans un journal hippique non pas comme chroniqueur mais comme coursier. Jusqu'à ce que le rédacteur en chef le repère et l'inscrive à l'école de journalisme. En 1985, après un voyage en Algérie, l'auteur écrit son premier roman Les A.N.I du Tassili, publié aux Editions du Seuil et adapté à la télévision. C'est de cette manière qu'il devient scénariste, métier qu'il exercera durant des années avant de sortir un nouveau roman, Courage et patience, chez Lattès en 2000. Vient en 2002, le temps du Porteur de cartable, lui aussi adapté à la télévision. L'année 2005, Alphonse voit le jour chez le même éditeur. Akli Tadjer reçoit le prix du Roman Populiste 2006 pour son ouvrage 'Bel-Avenir'. Il était une fois...peut-être pas, parait en 2008; roman qu'il adapte pour la télévision.
En 2009 et 2012, Western comédie sociale et La Meilleure façon de s'aimer roman très personnel sont publiés. La plume d'Akli Tadjer ne cesse de séduire le public et la critique qui saluent unanimement chacune des nouveautés de l'écrivain. Ses romans sont traduits en italien et espagnol.
Akli Tadjer est l'auteur de six romans, dont Le Porteur de cartable (2002), qui a fait l'objet d'une adaptation télévisuelle et le très remarqué Alphonse (2005).
Akli Tadjer animera ce deuxième rendez-vous où il présentera son parcours et ses œuvres parmi lesquelles Le Porteur de cartable qui raconte un bout de l'histoire de la France et de l'Algérie à travers le regard d'un enfant de 11 ans.
« ... Ils viennent de chez nous. Ce sont des pieds-noirs. Des rapatriés comme ils disent ici. -pourquoi le gérant leur a donné le logement alors que nous, on le lui a demandé depuis si longtemps ? Peut-être parce qu'ils sont Français. De vrais François, eux.-Mais nous on est quoi si on n'est pas de vrais Français ?... ».
Le Diwan Dar Abdellatif « Rencontre avec Akli Tadjer » est organisé par l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel en partenariat avec les éditions APIC.
Cette rencontre fait suite à celle autour du livre "Histoire de l'Algérie à la période coloniale" avec les historiennes Ouanassa Siari Tengour et Sylvie Thénault.
Pour son prochain rendez-vous Diwan Dar Abdellatif (3e) le samedi 20 avril, l'AARC accueillera Yves Salvat pour son livre La sale guerre.
Bibliographie de Akli Tadjer
1985 Les A.N.I. du Tassili
(Prix Georges Brassens 1985)
2000 Courage et patience
2002 Le porteur de cartable
2005 Alphonse
2006 Bel-Avenir (Prix populiste 2006)
2008 Il était une fois... peut-être pas Prix au féminin.com. Prix des lecteurs
du Var.
2009 Western
2012 La meilleure façon de s'aimer
Akli Tadjer est né à Paris en 1954. C'est un écrivain et scénariste franco-algérien, passionné de lecture, il suit des cours de journalisme.
En 1984, un voyage en Algérie lui inspirera son premier roman : Les A.N.I du Tassili (couronné par le prix Georges Brassens) dont il fera l'adaptation pour la télévision. C'est ainsi qu'il débute une carrière de scénariste.
Gentilly, la banlieue, les cités HLM, les bandes : l'adolescence d'Akli Tadjer est un classique pour un fils d'immigré algérien. Très jeune, il est marqué par la lecture de Vipère au poing, d'Hervé Bazin. Puis il se plonge dans la lecture des œuvres de Cavanna, Simenon, Frédric Dard. Ce sont ces auteurs populaires qui lui donne le goût de l'écriture romanesque. Il renonce alors à composer des chansons pour des groupes rock au succès sans lendemain. Plus tard, il est engagé dans un journal hippique non pas comme chroniqueur mais comme coursier. Jusqu'à ce que le rédacteur en chef le repère et l'inscrive à l'école de journalisme. En 1985, après un voyage en Algérie, l'auteur écrit son premier roman Les A.N.I du Tassili, publié aux Editions du Seuil et adapté à la télévision. C'est de cette manière qu'il devient scénariste, métier qu'il exercera durant des années avant de sortir un nouveau roman, Courage et patience, chez Lattès en 2000. Vient en 2002, le temps du Porteur de cartable, lui aussi adapté à la télévision. L'année 2005, Alphonse voit le jour chez le même éditeur. Akli Tadjer reçoit le prix du Roman Populiste 2006 pour son ouvrage 'Bel-Avenir'. Il était une fois...peut-être pas, parait en 2008; roman qu'il adapte pour la télévision.
En 2009 et 2012, Western comédie sociale et La Meilleure façon de s'aimer roman très personnel sont publiés. La plume d'Akli Tadjer ne cesse de séduire le public et la critique qui saluent unanimement chacune des nouveautés de l'écrivain. Ses romans sont traduits en italien et espagnol.
Akli Tadjer est l'auteur de six romans, dont Le Porteur de cartable (2002), qui a fait l'objet d'une adaptation télévisuelle et le très remarqué Alphonse (2005).
Akli Tadjer animera ce deuxième rendez-vous où il présentera son parcours et ses œuvres parmi lesquelles Le Porteur de cartable qui raconte un bout de l'histoire de la France et de l'Algérie à travers le regard d'un enfant de 11 ans.
« ... Ils viennent de chez nous. Ce sont des pieds-noirs. Des rapatriés comme ils disent ici. -pourquoi le gérant leur a donné le logement alors que nous, on le lui a demandé depuis si longtemps ? Peut-être parce qu'ils sont Français. De vrais François, eux.-Mais nous on est quoi si on n'est pas de vrais Français ?... ».
Le Diwan Dar Abdellatif « Rencontre avec Akli Tadjer » est organisé par l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel en partenariat avec les éditions APIC.
Cette rencontre fait suite à celle autour du livre "Histoire de l'Algérie à la période coloniale" avec les historiennes Ouanassa Siari Tengour et Sylvie Thénault.
Pour son prochain rendez-vous Diwan Dar Abdellatif (3e) le samedi 20 avril, l'AARC accueillera Yves Salvat pour son livre La sale guerre.
Bibliographie de Akli Tadjer
1985 Les A.N.I. du Tassili
(Prix Georges Brassens 1985)
2000 Courage et patience
2002 Le porteur de cartable
2005 Alphonse
2006 Bel-Avenir (Prix populiste 2006)
2008 Il était une fois... peut-être pas Prix au féminin.com. Prix des lecteurs
du Var.
2009 Western
2012 La meilleure façon de s'aimer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.