Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ghazaouet : 500 travailleurs d'Alzinc dans le désarroi
Publié dans El Watan le 14 - 03 - 2021

La chaîne de production de la société Alzinc s'est arrêtée totalement en décembre 2016, faute de matière première et de finances…
Devant cette situation déplorable, les travailleurs pointent un doigt accusateur en direction du propriétaire et actionnaire, le Groupe IMETAL qui «est responsable de la léthargie dans laquelle beigne la société». «Depuis 2015, il n'a entrepris aucune action sérieuse pour le redressement de la situation.
Pis encore, avec des décisions irréfléchies et arbitraires, il s'est rendu complice de l'aggravation de la situation…».
Des membres du comité de participation n'y vont pas avec le dos de la cuillère : «Depuis l'arrêt total de la production en 2016, aucun dossier n'a été introduit auprès du conseil des participations de l'Etat pour le sauvetage de la société.
Pire encore, l'avant-projet de partenariat avec le groupe Madar, pourtant groupe algérien et possédant les moyens financiers nécessaires, a été capoté avant sont dépôt au niveau du CPE». Selon nos interlocuteurs, «en 2018 et suite à la démission de l'ancien président-directeur général, le Groupe a procédé à l'installation d'un président du Conseil d'Administration qui a été limogé en 2011 suite à un grand mouvement social.
Cette installation a provoqué un nouveau mouvement social qui a conduit à une nouvelle période d'instabilité qui s'est soldée par le limogeage où la démission de l'ensemble des cadres dirigeant laissant, au vrai sens du mot, la société abandonnée et livrée à elle-même, sans direction pendant plusieurs mois. Le groupe a attendu 9 mois pour réagir et changer le président du conseil d'administration. Cette période d'instabilité a eu des conséquences très graves sur la société».
La même source souligne qu'en 2018 «et après un différend avec un partenaire étranger autour de la révision du montant du contrat de mise à niveau, le groupe a ignoré toutes les sollicitations d'arrangement à l'amiable demandées par les dirigeants d'Alzinc et du partenaire étranger, afin d'éviter le recours à l'arbitrage international conformément aux orientations de Monsieur le ministre de l'Industrie». Pire, révèlent des travailleurs, dépités, «ces mêmes responsables n'ont jamais daigné rendre visite à la société pour s'enquérir des problèmes.
En contrepartie, ils usent de leur influence pour intervenir dans des dossiers comme le choix des assureurs ou les partenaires commerciaux pourtant sélectionnés après avis d'appels d'offres conformément au code des marchés-publics…» Preuve de cette déliquescence, depuis 2016, plus de cinq managers ont tous jeté l'éponge, car se retrouvant abandonnés de toute assistance.
Cette instabilité managériale renforce davantage le climat d'instabilité au sein de la société et menacent l'avenir de 500 travailleurs qui risquent de perdre leurs emplois à tout moment.
Aujourd'hui, les installations acquises à coup de millions de dollars (grâce à des crédits d'investissement dans le cadre de la réhabilitation et la mise à niveau de son outil de production) risquent la détérioration en restant à l'arrêt depuis plusieurs années du fait de la proximité de l'air marin. Tous les appels de détresse et les appels à l'aide lancés par les travailleurs et le comité de participation sont restés vains ce jour.
La société Alzinc, créée en 1974, est l'unique producteur de zinc raffiné en Algérie et dans le monde arabe.
Alzinc, produit et commercialise du zinc hautement raffiné de très haute qualité SHG et ses alliages ainsi de l'acide sulfurique essentiel pour le traitement des eaux potables pour les stations de dessalement de l'eau de mer qui est actuellement importé.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.