153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A la rencontre de deux océans : Shams et Rûmî
Rencontre avec l'écrivain Mohamed Atbi à la librairie l'Arbre à dires à Alger
Publié dans El Watan le 01 - 06 - 2021

A l'occasion de la sortie des deux premiers titres de la collection consacrée à Rûmî et Shams, le théologien et philosophe algérien, Mohamed Atbi, a animé samedi après-midi, une conférence au niveau de la librairie L'arbre à dire à Alger.
A L'auteur directeur de collection aux éditions Librairie de philosophie et du soufisme, Mohammed Atbi a précisé dans son discours introductif qu'il a voulu inaugurer cette collection par cette conférence ayant pour objet la rencontre entre Djalâl ad-Dîn Rûmî Rûmî et Shams-ed-Din Tabroz.
Ces grandes figures de l'Islam suscitent l'intérêt des universitaires et des académiciens. «Jusqu'à aujourd'hui, dit-il, il y a des points qui restent à éclaircir. Il y a eu récemment des découvertes qui ont permis à ces académiciens de faire la lumière sur certains aspects de la rencontre de ces deux grands Saints de l'Islam.
Cette rencontre devrait aussi intéresser les itinérants parce qu'elle porte en elle l'enseignement qui pourrait les aider dans leur itinérance spirituelle.» Le théologien Mohamed Atbi a profité de cette occasion pour donner quelques points biographiques sur ces deux personnages. Rûmî ou Djalâl ad-Dîn Rûmî est né au 7 éme siècle de l'Egire, ce qui correspond au 30 septembre 1207 dans la petite ville de Vakhsh au Tadjikista. Rûmî est le fils d'un théologien et maître soufi réputé : Bahâ od Dîn Walad (1148-1231), surnommé Sultan des savants dont le livre Ma'ârif («Connaissance, longtemps le préféré de Rûmî.
Il décède à l'âge de 66 ans à Konya Gnose») fut, dans l'actuelle Turquie, le 17 décembre 1273. Il y a son mausolée et son temple à Konya. Il faut savoir que ce mystique persan qui a profondément influencé le soufisme a reçu très tôt le titre de Mawlana, «notre maître», et il est intimement lié à l'ordre des derviches tourneurs ou Mewlewi, l'une des principales confréries soufies de l'islam qu'il fonda dans la ville de Konya en Turquie. Selon le conférencier, plusieurs pays se disputent l'honneur de l'appartenance de Rûmî tels que le Tadjikista, l'Afghanistan, l'Iran et la Turquie. Quant à Shams-ed-Din Tabroz, c'est un mystique iranien soufi né à Tabriz vers 1185 et mort en 1248.
Il fut le maître spirituel de Djalâl ad-Dîn Rûmî qu'il initia à la mystique musulmane. Pour rappel, en Iran, le 27 septembre de chaque année, on célèbre la journée de Shams-ed-Dîn Tabrîzî et le 30 septembre, celle de Rûmî*. Il s'agit d'une rencontre entre ces deux maiîtres accomplis. Shams-ed-Dîn Tabrîzî était un soufi errant. A travers ses longs périples, il cherchait l'âme-sœur du point de vue spirituel. «Malgré ces longues pérégrinations dans les pays de l'Orient, explique Mohamed Atbi, on ne sait pas où il a pu partir mais on sait qu'il est parti à Damas à plusieurs périodes.
Il invoqua Dieu dans sa prière en lui demandant de lui montrer cet être caché, cette âme sœur avec laquelle il pouvait partager ses connaissances. Sa prière fut exaucée puisqu'il rencontra Shams-ed-Dîn Tabrîzî.» Rûmi, qui n'avait auparavant aucune formation en poésie s'attache rapidement à Shams.
Ce dernier agit en tant que professeur spirituel pour Rûmi et lui présente la musique, la poésie chantée et la danse à travers les samas soufis. L'universitaire Ahmed Atbi explique que cette harmonie donna de la joie à Mawlana qui va changer de comportement. Il va commencer à danser et à chanter des journées et des nuits durant. «Le Saint est dans la joie. Son comportement choque les élèves et les habitants de Konya. Il y a une grogne sociale à Konya. Celle-ci commence par des chuchotements et par des remontrances à Rûmî. Ensuite, suivront des menaces explicites de morts. Suite à ces pressions, mawlana décide de quitter Konya. Il est resté 15 mois loin de Rûmî.
Il ne supporte pas cette séparation. Il reste dans sa complainte. Il lui écrit des poèmes et lui envoie des lettres. Il a essayé de le retrouver partout en envoyant des émissaires. Quand il a su qu'il était à Damas, il lui a envoyé son fils Soltane Walled pour le supplier revenir. Celui-ci réussit à le convaincre de revenir avec lui de Damas à Konya », éclaire Mohamed Atbi.
Le voyage va durer 20 mois durant lequel il partagea beaucoup de secrets spirituels avec Solatne Walled. «C'est à lui qu'il va dire, je vais partir mais cette fois définitivement. Rûmî exprime sa joie du retour de son ami. Les choses s'apaisent dans un premier temps mais après la pression revient. Et les menaces deviennent encore plus pressentes.»
Ainsi, Shams quitte brusquement Konya en 1246, revient un an plus tard, puis disparaît à nouveau en 1248, ayant peut-être été assassiné. Au cours de la première disparition de Sham, Rûmi lui écrit des lettres poétiques plaidant pour son retour. Après la deuxième disparition de Sham, Rûmi fait de même et retourne à l'écriture de poésie louant Shams et déplorant sa disparition.
Ces poèmes sont rassemblés après la mort de Rûmi par ses étudiants sous le nom de Dîvân-e Shams-e Tabrîzî. Il est à noter que les deux livres inédits et originaux qui sont sortis, récemment, au niveau de la maison de la librairie de philosophie et de soufisme sont consacrés à la vie et l'œuvre mystique de Djalâl ad-Dîn Rûmî. Ils sont signés par Khaled Mohammed Abduh et par Anne Maie Schimmel. Cette dernière qui est une spécialiste allemande des sciences islamiques a publié en 1978, l'ouvrage intitulé Je suis le vent et vous êtes le feu.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.