Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A cause du jet d'ordures aléatoire : Menace sur la salubrité publique
Publié dans El Watan le 08 - 06 - 2021

Voir des amas d'ordures, des sachets noirs pleins et des couches pour enfants jonchant le sol, à travers les quartiers de la capitale, sont des scènes devenues «normales». Le phénomène est à signaler partout, notamment au niveau des cités constituées de grands bâtiments, où certains résidents ne se cassent plus la tête de déposer leurs déchets dans les bacs à ordures et s'en débarrassent en les jetant par leurs fenêtres.
Les appels constamment réitérés à veiller sur la propreté et l'hygiène ne semblent pas convaincre beaucoup de monde. Le laisser-aller est flagrant et l'incivisme de certaines personnes est en passe de faire tache d'huile. Des quartiers résidentiels n'échappent pas à cette règle.
Au Débussy (Alger-Centre), un espace situé entre un ensemble d'immeuble est transformé en décharge. «Il a été nettoyé, il y a à peine quelques mois à l'occasion de travaux de réhabilitation effectués par les autorités publiques, mais il est déjà redevenu un dépotoir», se plaint un résident.
«Plusieurs fois dans la journée, l'on entend des sacs pleins s'écraser par terre», raconte-t-il. «Ceux qui jettent habitent les étages supérieurs, et ceux qui souffrent de cette situation sont les occupant notamment des appartements situés au rez-de-chaussée», explique un autre habitant. A la rue Mulhouse, certains habitants jettent leurs déchets dans des espaces verts mitoyens.
Inconscience
Profitant de la densité des lieux en arbres et en herbes, ces résidents, peu consciencieux, ne s'en préoccupent pas outre mesure, d'autant que leurs sacs à ordures, jetés par la fenêtre sont aussitôt cachés et enfouis dans la verdure sauvage.
A Basta Ali, dans la commune de Bab El Oued, des terrasses d'immeubles situés au-dessous de grands bâtiments sont quasiment invisibles à cause des sachets de toutes couleurs qui les recouvrent.
«A plusieurs reprises, ces ordures ont été ramassées, mais elles ne tardent pas à pousser à nouveau», témoigne un citoyen. «Cela m'est arrivé de rester sur le balcon et d'assister à un objet lourd qui tombe de haut tel un obus», raconte une femme résidant aux Annassers à Kouba.
Certes, ces mauvaises habitudes à qualifier d'abus ne sont pas l'œuvre de tous les habitants, mais l'impunité dont jouissent les «salisseurs» porte un coup dur au cadre de vie des habitants et donne une mauvaise image de plusieurs quartiers. Pis encore, cette situation ne choque plus grand monde, malgré l'indignation exprimée par des citoyens offusqués par la saleté ambiante. «Il y a quelques jours, je suis tombé face à face avec un gros rat dans la cage d'escalier», nous dira un habitant au Debussy, précisant qu'avec le manque de propreté «il faut s'attendre au pire».
Les moustiques, les rats, les odeurs nauséabondes sont devenus monnaie courante, au grand dam de familles qui veillent sur la propreté à l'intérieur de leur appartement, mais subissent la saleté dans leur voisinage direct. A Alger, faut-il le dire, les bacs à ordures ne manquent pas.
Des espaces pour le dépôt des ordures sont aménagés.
Le travail de collecte, malgré ses imperfections, est effectué et les agents de Netcom ne sont pas les seuls concernés par la propreté de nos cités et quartiers.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.