Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Offensive diplomatique contre la Cédéao    Plus de 30 personnes renvoyées devant la justice panaméenne    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le match CSC-JSK décalé de 24 heures    Les secrets du président de la FIFA...    Formation accélérée pour l'obtention de la licence CAF C et B    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Dans l'attente de déterminer le mode d'enseignement    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    Zahia Ziouani au micro de Maya ? J'adore ! Vraiment !    La Chine émet une alerte jaune aux tempêtes de neige    Le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Le taux de chômage inférieur à celui de l'avant-pandémie    L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors va investir 23 mds EUR dans l'électrification sur 5 ans    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Une catastrophe environnementale et sanitaire évitée à Oran Est: L'APC d'Oran a décidé de porter plainte contre X    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Brèves Omnisports    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    La Sadeg améliore sa desserte    «Le pays est toujours ciblé»    Pénurie de... soldats!    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Les preuves du complot    Les APC sans majorité absolue débloquées    Lotfi Benbahmed rassure    Le temps de l'efficacité    Messi penserait à un retour au Barça    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    Les avocats mettent fin à leur grève    14 candidats en lice pour un siège de sénateur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A cause du jet d'ordures aléatoire : Menace sur la salubrité publique
Publié dans El Watan le 08 - 06 - 2021

Voir des amas d'ordures, des sachets noirs pleins et des couches pour enfants jonchant le sol, à travers les quartiers de la capitale, sont des scènes devenues «normales». Le phénomène est à signaler partout, notamment au niveau des cités constituées de grands bâtiments, où certains résidents ne se cassent plus la tête de déposer leurs déchets dans les bacs à ordures et s'en débarrassent en les jetant par leurs fenêtres.
Les appels constamment réitérés à veiller sur la propreté et l'hygiène ne semblent pas convaincre beaucoup de monde. Le laisser-aller est flagrant et l'incivisme de certaines personnes est en passe de faire tache d'huile. Des quartiers résidentiels n'échappent pas à cette règle.
Au Débussy (Alger-Centre), un espace situé entre un ensemble d'immeuble est transformé en décharge. «Il a été nettoyé, il y a à peine quelques mois à l'occasion de travaux de réhabilitation effectués par les autorités publiques, mais il est déjà redevenu un dépotoir», se plaint un résident.
«Plusieurs fois dans la journée, l'on entend des sacs pleins s'écraser par terre», raconte-t-il. «Ceux qui jettent habitent les étages supérieurs, et ceux qui souffrent de cette situation sont les occupant notamment des appartements situés au rez-de-chaussée», explique un autre habitant. A la rue Mulhouse, certains habitants jettent leurs déchets dans des espaces verts mitoyens.
Inconscience
Profitant de la densité des lieux en arbres et en herbes, ces résidents, peu consciencieux, ne s'en préoccupent pas outre mesure, d'autant que leurs sacs à ordures, jetés par la fenêtre sont aussitôt cachés et enfouis dans la verdure sauvage.
A Basta Ali, dans la commune de Bab El Oued, des terrasses d'immeubles situés au-dessous de grands bâtiments sont quasiment invisibles à cause des sachets de toutes couleurs qui les recouvrent.
«A plusieurs reprises, ces ordures ont été ramassées, mais elles ne tardent pas à pousser à nouveau», témoigne un citoyen. «Cela m'est arrivé de rester sur le balcon et d'assister à un objet lourd qui tombe de haut tel un obus», raconte une femme résidant aux Annassers à Kouba.
Certes, ces mauvaises habitudes à qualifier d'abus ne sont pas l'œuvre de tous les habitants, mais l'impunité dont jouissent les «salisseurs» porte un coup dur au cadre de vie des habitants et donne une mauvaise image de plusieurs quartiers. Pis encore, cette situation ne choque plus grand monde, malgré l'indignation exprimée par des citoyens offusqués par la saleté ambiante. «Il y a quelques jours, je suis tombé face à face avec un gros rat dans la cage d'escalier», nous dira un habitant au Debussy, précisant qu'avec le manque de propreté «il faut s'attendre au pire».
Les moustiques, les rats, les odeurs nauséabondes sont devenus monnaie courante, au grand dam de familles qui veillent sur la propreté à l'intérieur de leur appartement, mais subissent la saleté dans leur voisinage direct. A Alger, faut-il le dire, les bacs à ordures ne manquent pas.
Des espaces pour le dépôt des ordures sont aménagés.
Le travail de collecte, malgré ses imperfections, est effectué et les agents de Netcom ne sont pas les seuls concernés par la propreté de nos cités et quartiers.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.