153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Stabilité en Libye : La menace terroriste persiste dans le Sud-Ouest
Publié dans El Watan le 19 - 06 - 2021

Le guet-apens ayant entraîné la mort, avant-hier, du commandant de l'unité de défense de l'aéroport de Wawa, au Sud-Ouest libyen, a provoqué la colère des institutionnels de l'armée libyenne de Haftar dont relève la victime.
Cette dernière n'attendait qu'un alibi pour déclencher une campagne contre les groupes armés terroristes de tous bords, ayant choisi pour base la région d'El Hrouj et des montagnes volcaniques noires, au milieu du Sahara libyen et éloigné de tout pouvoir.
L'Armée nationale libyenne a décidé de lancer une 2e purge contre les groupes terroristes du Sud-Ouest après celle de 2019, épaulée alors par les Français qui avaient peur pour leurs bases au Niger.
Les groupes terroristes, faisant d'habitude profil bas dans leurs bases au milieu du Sahara libyen, sont montés au créneau, en orchestrant juin courant une opération suicidaire contre un barrage de police aux portes de la ville de Sebha, entraînant la mort de deux lieutenants de la police.
Une semaine plus tard, alors que le commandant de la sécurité à l'aéroport de Wawa, à l'est de Sebha, ratissait derrière les terroristes de l'attaque du 7 juin, il fut l'objet d'un guet-apens mortel, déclenchant la colère de l'armée. Mais, «la mission de l'armée ne sera pas facile, à moins d'une aide de reconnaissance de l'aviation française», souligne le politologue Abdessattar Hatita, expert des groupes terroristes en Libye.
La spécificité de cette nouvelle guerre, selon le politologue, c'est que les groupes terroristes sont dissimulés sur une grande superficie, s'étalant le long du Sahara sur les frontières tunisiennes, algériennes, nigériennes, tchadiennes et soudanaises.
Il s'agit d'une superficie avoisinant les 800 000 kilomètres carrés, une fois et demie la France. En plus, ces groupes sont en étroite collaboration avec les tribus autochtones, leurs complices dans les réseaux de contrebande et d'immigration clandestine dans la zone.
Les terroristes connaissent mieux le terrain que l'armée. Il est également utile de rappeler qu'après la campagne de janvier 2019, l'armée libyenne de Haftar n'a pas réalisé les promesses qu'elle avait faites à l'adresse de la population locale, en matière d'approvisionnement régulier en eau et en énergie, explique le politologue Hatita pour justifier l'élan des autochtones, plutôt favorable aux terroristes qu'à l'armée.
Ancrage
Les groupes terroristes, de diverses origines, ont élu domicile dans cette zone repliée après leurs défaites successives, depuis 2015 à Benghazi, Syrte et Derna. Ils ont décidé d'y installer leurs bases arrière, mettant à profit les guerres de clans en Libye.
Après leur déroute au Sahara en janvier 2019, ils ont repris du poil de la bête, profitant de la confrontation entre l'armée de Haftar contre les forces de Misrata autour de Tripoli, entre avril 2019 et juin 2020.
Haftar ne pouvait pas se permettre de les attaquer, alors que le ravitaillement de ses troupes passe par le désert, où ces groupes sont omniprésents. Profitant de cette aubaine, les groupes armés terroristes ont développé leurs infrastructures et mis la main sur les principaux réseaux de contrebande, avec l'accord tacite des barons de ces régions.
Ces groupes sont formés de Tchadiens, Soudanais ou Libyens, fuyant leurs tribus, ou encore Tunisiens, Algériens et Egyptiens à la recherche de quiétude, suite aux revers successifs de Daesch en Libye, Irak et Syrie. Généralement inoffensifs vis-à-vis des tribus autochtones, ils opèrent néanmoins, de temps en temps, des enlèvements pour renflouer leurs caisses.
Et malheureusement pour eux, la dernière attaque de Sebha est survenue alors que les Libyens se sont réconciliés entre eux et ont décidé de reconstruire leur pays. D'où cette décision rapide de faire campagne contre les groupes terroristes présents aux oasis de Jaghboub, pas loin d'El Kofra et des autres foyers actifs du terrorisme.
Aux dernières nouvelles, les troupes de Haftar auraient une nouvelle fois le soutien des forces françaises de reconnaissance. Les forces libyennes de l'Ouest fermeraient les yeux comme en 2019. Il s'agit d'un ennemi commun, conclut le politologue Hatita.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.