Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Plafonnement des réductions pour l'Assurance automobile: L'Association des consommateurs veut saisir la justice    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Rencontre wali-investisseurs: Un «petit» bureau à la place d'une «grande» commission pour débloquer les projets    Une visite et des attentes    Le Liban n'est plus la Suisse    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Ligue des champions d'Afrique: ASEC Mimosas-CRB, aujourd'hui à 16h00 - Le Chabab en mission commando    Equipe nationale: Belmadi en remet une couche sur Delort    Coupe de la CAF: FAR Rabat-JSK, aujourd'hui à 17h00 - Un derby maghrébin indécis    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    Colère des travailleurs de l'éducation à Oran: Sit-in ce lundi devant l'académie    Bethioua: Des projets de développement au profit des zones d'ombre    Un «Tapie» d'or    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Une «tumeur maligne»    Belaribi brandit l'expérience algérienne    Le Brésil prend le large    Ibrahimovic est rétabli    Staveley annonce la couleur    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Des rejets à la pelle    C'est l'apanage des mamans!    La femme rurale tient salon à Béjaïa    Deux routes fermées à la circulation    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    «La présidentielle française brouille la réconciliation»    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    Liverpool : Klopp mécontent du rachat de Newcastle    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    La prise d'otage de tout un peuple    MACRON, LA QUESTION MEMORIELLE ET LE MASSACRE DU 17 OCTOBRE 1961    Les camions poids lourd et les travaux routiers interdits la journée à Alger    Un militaire décédé et deux autres blessés aux frontières ouest du pays    Giroud : "Le retour de Benzema a créé un déséquilibre"    Paris tente de calmer à nouveau le jeu    Grand cafouillage dans la programmation    D'autres procès attendent Tayeb Louh et Saïd Bouteflika    L'innovation pour relever le défi du développement durable    L'association RAJ dissoute    Près de 3 100 stagiaires inscrits à Naâma    L'accent est mis sur la nécessaire égalité entre les Etats et les Nations    La Nation ne s'invente pas, elle est    Actuculte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il était un des membres fondateurs du Théâtre national algérien
DISPARITION DE MOHAMED SEGHIR HADJ SMAIN
Publié dans El Watan le 07 - 09 - 2021

L'acteur, comédien, metteur en scène et ancien directeur du Théâtre régional de Constantine (TRC), Mohamed Seghir Hadj Smaïn, a tiré sa révérence hier matin. Il est décédé aux Etats-Unis où réside son fils. Il était parti pour un séjour avant la pandémie de Covid-19. Il y est resté bloqué après la fermeture des frontières.
L'annonce de son décès, confirmée par sa famille à Constantine, a fait le tour de la ville, suscitant d'énormes regrets parmi ses anciens compagnons au TRC, surtout que l'homme était connu et respecté pour sa bravoure, sa droiture, son intégrité, son honnêteté et surtout par son dévouement pour le théâtre pour lequel il a consacré les plus belles années de sa vie, sans oublier des passages mémorables au cinéma. Né le 29 octobre 1932 dans le quartier de Sidi Djeliss à Constantine, Mohamed Seghir fera son apprentissage au théâtre en côtoyant Cherif Chouaïb (1922-2008), l'un des grands militants du mouvement des Scouts musulmans à Constantine. Il sera aussi influencé par Brahim Amouchi, un monument de la culture. En 1952, il fera la connaissance de Toufik Kheznadar, qui dirigeait la troupe «Ahl El Kahf».
Le 20 avril 1952, Hadj Smaïn prendra part à la pièce théâtrale Les oiseaux voraces (Al Toyour al mouftarissa). Il rejoindra plus tard les troupes «Alef leïla oua leïla» (Mille et une nuits) puis les «Amis du Vieux Rocher». Il a suivi un stage de formation d'animateur en France, qui lui sera bénéfique dans sa future carrière de comédien.
Après l'indépendance, il rallie le Théâtre national algérien (TNA) en 1963, où il sera parmi les membres fondateurs de cette prestigieuse institution. Il aura l'honneur de faire partie de la première génération des comédiens professionnels de l'Algérie indépendante. Il jouera dans le célèbre feuilleton El Hariq (L'Incendie) en 1977, puis El Intihar (Le suicide) en 1978. Au cinéma, il fera des apparitions dans les films de Mohamed Lakhdar Hamina, dont Le Vent des Aurès (1966), Chroniques des années de braise (1974) et La Dernière image (1986), et aussi ceux de Merzak Allouache, Les Aventures d'un héros (1979) et L'homme qui regardait par les fenêtres (1986), ainsi que le film Les Déracinés, de Lamine Merbah. Les cinéphiles algériens retiendront surtout sa prestation dans le téléfilm de Moussa Haddad, Les Enfants de Novembre, produit en 1970, mais aussi son rôle dans le film culte de Amar Laskri, Patrouille à l'Est, en 1971.
En 1977, Hadj Smaïn sera nommé directeur du Théâtre régional de Constantine (TRC). Une mission qu'il assumera pleinement jusqu'en 1994. Hadj Smaïn mettra en scène trois pièces : Errafdh (Le refus), en 1982, avec Abdelhamid Habbati et Amar Mahcen, Essakhra (Le Rocher), en 1983, et El Kelma (La parole), en 1984.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.