CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



En attendant le mutant...
Publié dans El Watan le 16 - 09 - 2021

Pour peu que les chiffres officiels communiqués chaque jour par le ministre de la Santé soient exhaustifs, la tendance des contaminations au coronavirus affiche une décrue significative. Il n'en demeure pas moins que la proportion des décès en relation avec le nombre des hospitalisés reste importante comparativement aux situations prévalant dans le reste du monde.
Une réalité qui prouve le manque de moyens indispensables pour une prise en charge efficace de nos malades. La compétence avérée de nos médecins et leur abnégation ne peuvent suppléer à toutes les carences ancrées dans nos hôpitaux. Le ministère de tutelle et qui porte pompeusement l'autre mission de la Réforme hospitalière n'a apporté aucun changement aussi bien dans les structures que dans la gestion des ressources humaines.
Le constat est connu de tous et depuis des décennies sans pour autant oser franchir le pas et concrétiser les attentes autant des professionnels de la santé que, bien sûr, des malades. Les vagues successives des contaminations ont fort bien démontré la fragilité de nos structures de soins à prendre en charge le flux incessant de malades.
Le gel de l'activité des autres services hospitaliers n'a pas pu garantir, comme attendu, une place aux seuls contaminés par le coronavirus. Beaucoup de ces citoyens ont été renvoyés chez eux avec tous les risques qu'ils font encourir à leurs proches en raison de la promiscuité, très répandue dans le foyer des Algériens. A ce manque d'espace s'ajoutent les indispensables moyens médicaux d'urgence vitale.
Le cas de l'oxygène a défrayé la chronique cet été. Seule la mobilisation citoyenne, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, a pu sauver des vies en mobilisant des moyens nécessaires pour le bon fonctionnement des structures de soins. Aujourd'hui qu'on est au creux de la vague de cette pandémie, nos responsables seront-ils prêts à affronter une autre déferlante dont les scientifiques n'écartent pas la survenue avant l'hiver prochain.
Pour l'heure, tous les efforts se concentrent sur la réussite de la campagne de vaccination. Il s'agit de la seule arme disponible en ces temps de crise capable de lutter contre le virus tout en espérant l'éradiquer en atteignant une immunité collective. A présent que le vaccin est disponible en quantité appréciable, il y a lieu de s'attaquer à des mentalités encore prisonnières d'un fatalisme rigoriste.
Elles sont pour beaucoup dans le déni de la vaccination. Un travail de sensibilisation doit mobiliser toutes les énergies sans minimiser le rôle des mosquées qui représentent un lieu d'écoute privilégié pour certaines franges de la société. L'allégement des mesures de prévention prises récemment par les pouvoirs publics, particulièrement la réouverture des espaces publics d'attraction, de pratique de sport et autres bibliothèques, associé à la décrue des cas de contamination quotidiens risquent fort d'encourager les citoyens à la baisse de vigilance dans le respect des gestes barrières. En l'absence d'une nouvelle stratégie de lutte contre la maladie mobilisant des moyens à la hauteur de la menace de la nouvelle vague et son variant Mu supplantant tous les vaccins disponibles, il n'est pas aisé de se sentir en dehors de tout danger.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.