Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rencontre avec Abderrahmane Khelifa à la librairie Dzair Chaib : L'Algérie à travers les âges
Publié dans El Watan le 01 - 11 - 2021

Le géographe,historien et archéologue Abderrahmane Khelifa, qui n'est plus à présenter au public, a présenté, samedi après-midi, à la librairie Dzair Chaib, une conférence intéressante portant sur la profondeur de l'histoire de l'Algérie depuis 2000 ans, avec la découverte archéologique dans la région d'Aïn Boucherit à Sétif.
Cette conférence du chercheur et universitaire Abderrahmane Khelifa, qui est venu présenter l'Algérie à travers les âges, a fait l'objet d'une attention particulière d'un public fort nombreux. Il a, ainsi, proposé un voyage initiatique à travers le temps et l'espace.
En effet, en bon orateur, Abderrahmane Khelifa s'est attelé à montrer la profondeur de l'histoire de l'Algérie avec cette découverte de Ain Boucherit jusqu'à nos jours. Il s'est appuyé sur toutes les séquences historiques de notre pays depuis la fondation de Carthage -814 av. J.-C. avec l'ensemble des comptoirs sur la côte algérienne puis avec la destruction de Carthage en – 146.
Le conférencier rappelle qu'il y a eu une occupation romaine qui a duré jusqu'en 429 de l'ère chrétienne, la venue des Vandales d'Espagne qui sont restés près d'un siècle. Ces derniers ont été chassés par les Byzantins à partir de 533 jusqu'à 647, date de la venue des musulmans avec Abdellah Ben Saad en battant les byzantins. Les musulmans s'installent alors en Afrique du Nord durant une longue durée. L'universitaire explique que durant toutes les périodes des Fatimides, des Almoravides, des Hammadites, des Hafside, des Mérénites et des Ziyanites, l'Etat Algérien s'est constitué entre autres avec ses rois, ses administrations, ses impôts. «Cela nous amène, dit-il, à la période ottomane où les Algériens font appel aux Ottomans qui se sont installés de 1518 jusqu'à 1830, voire jusqu'à 1837, date de l'occupation de Constantine par les Français. Quand les Français sont arrivés ici, ils ont participé de la même façon que les colonisateurs. Ils ont pris les terres aux paysans. Ils ont fait payer des impôts. Ils ont déportés les tribus, même en nouvelle Calédonie et en Guyane. Il y a eu aussi la possession des terres avec la loi Warnier. Mais il y a eu par la suite l'Indépendance de l'Algérie.» L'archéologue fait remarquer à l'assistance qu'il n'utilise jamais le mot Maghreb car pour lui, le Maghreb est une invention. «Dans le sens où le mot Maghreb signifie que vous êtes à l'Ouest de quelqu'un. Que le quelqu'un est soit à Médine, à Damas ou à Bagdad. Les premiers nationalistes parlaient de tous africains.
Il y avait même une chanson là-dessus intitulée Hayou el chabab. Après il y avait le grand Maghreb, puis on a ajouté le grand Maghreb Arabe. C'est ce grand Maghreb arabe qui fait que je ne peux pas parler de Jugurtha». Le conférencier estime que quand on regarde et qu'on étudie l'histoire de l'Algérie, on est étonné par ces vagues humaines qui sont venues en Algérie. Preuve en est, pendant le moyen-âge, il y a eu un flux de familles qui sont passées dans notre pays. Il indique également qu'il faut tenir toujours compte de la démographie parce que le premier principe dans l'histoire, c'est la démographie. Selon l'universitaire, un produit qui a été créé ici sur cette terre d'Algérie, que ce soit du bois, de la pierre, de la monnaie, «qui me caractérise, qui fait de moi qui je suis. Ma formation de géographe, d'historien et d'archéologue fait que pour moi, il faut lier ces ensembles là pour pouvoir parler d'un peuple qui réunit soit par des institutions, soit par des guerres, par toutes sortes de choses.
A partir de ce point de vue-là, je considère que tout au long de mon histoire, il faut ajouter des jalons à cette Histoire. Et cette Histoire, je la vois à travers ce galet ou encore cette mâchoire, datant de 2000 ans, trouvée dans la région d'Ain Boucherité».
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.