Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Folio
Rachid Mimouni, le fidèle
Publié dans El Watan le 02 - 05 - 2005

Nous nous sommes connus dans l'ex-SNED. Rachid Mimouni venait de faire sortir son deuxième roman Une paix à vivre des imprimeries de cette dernière. Mais nous ne sommes devenus amis intimes qu'en 1988.
En effet, le 15 octobre 1988, j'ai appelé R. Mimouni, T. Djaout, M. Baghtache, A. Boubakir pour créer l'union des écrivains libres. L'idée a beaucoup plu à Rachid. Le 16 octobre, nous nous sommes réunis pour la première fois. Généreux, Rachid s'est porté volontaire pour être notre rapporteur. Nous avons voulu que notre réunion reste confidentielle. Les temps étaient difficiles. L'état d'urgence a été déjà proclamé par l'ex-président Chadli. Mais malgré que la réunion se tenait, en secret, dans mon bureau au Centre culturel de la wilaya d'Alger (dont j'étais le directeur), quelqu'un avait prévenu la presse étrangère. Nous avons levé notre réunion dans un climat de tensions et de litiges. L'échec était total. Le projet de l'union des écrivains libres avorté, j'ai proposé à R. Mimouni, T. Djaout, A. Boubakir, M. Baghtache, M. Faci et B. Brahimi de créer une revue littéraire. J'avais déjà son nom Erriwaya. Ma mère avait vendu un lopin de terre et m'avait donné un peu d'argent. C'était la plus belle revanche contre le sort ; contre l'avortement programmé du projet de l'union des écrivains libres. Le premier numéro d'Erriwaya (belle revue littéraire qui a été primée à Rome et au Caire) est sorti le 2 janvier 1990. C'était la première publication de la presse libre et indépendante dans l'Algérie démocratique. Jusqu'à présent, j'en veux toujours à Brahim Brahimi qui a écrit un livre sur la naissance de la presse indépendante en Algérie et a oublié de citer Erriwaya, alors qu'il était membre de son comité de rédaction. Malgré notre bonne volonté, nous n'avons pas pu faire sortir le deuxième numéro de notre revue. Le chef du gouvernement ayant refusé, à l'époque, de nous donner de l'argent parce que nous n'étions pas des journalistes. Mais mon amitié pour Rachid Mimouni s'est renforcée. Maintes fois, je lui ai rendu visite à son domicile de Boumerdès et il m'a rendu, plusieurs fois, visite à mon domicile d'Alger. Nous avons ri, bu, mangé et ... pleuré ensemble (surtout quand Tahar Djaout a été assassiné). Avant de partir au Maroc, je lui ai téléphoné. Il était abattu, désespéré. Il m'a dit : « Djilali, l'Algérie nous tourne le dos. Il n'y a plus de place pour nous ici. Mais je sais que tu aimes l'Algérie, comme je l'aime, j'ai décidé de partir pour le Maroc, pour Tanger, précisément, parce que dans cette dernière ville, je peux sentir les mêmes odeurs qu'ici, voir des bâtisses qui ressemblent aux nôtres, et surtout, surtout, rencontrer des gens qui ont les mêmes traditions que le peuple algérien. Je suis un écrivain du terroir, et je veux le rester jusqu'à la fin de mes jours. » Et Rachid Mimouni est resté fidèle à lui-même, à notre amitié (maintes fois nous nous sommes téléphoné, malgré la cherté des lignes internationales) et à l'Algérie jusqu'à sa mort !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.