Afin de mettre fin à la crise : "La tenue de l'élection présidentielle est primordiale" affirme Gaïd Salah    Justice : Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    Bensalah à l'occasion de la Journée nationale de l'étudiant : "La réussite de la transition exige d'immenses efforts de tous"    Réunion des membres du JMMC à djeddah : Engagement pour un marché équilibré du pétrole    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    La liste des arrestations toujours ouverte    Le mouvement populaire se mêle de tout    50.000 hectares accordés au groupe Haddad à El Bayadh récupérés    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    Un fléau politique    On prépare "l'électricité" estivale    Décantations, surdéterminations idéologiques, sous estimations sociologiques    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Les craintes d'un conflit toujours vives    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Y aura ou non une guerre au Venezuela ? : La grande question que tout le monde se pose en ce moment    12 jihadistes présumés tués dans des opérations de police    Les Palestiniens rejettent la conférence de Bahreïn    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Chettih fait les éloges de Cherrad    Ghoulam et Ounas retenus    Une tradition ramadhanesque pour resserrer les liens de fraternité    Le MCO veut refaire à l'USMA le coup de... 1983    Précisions de Miloud Iboud    Le pire a été évité    Trois ans pour le faussaire    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Ils sont le "phénomène" de la protesta    La mascotte officielle dévoilée    Adrar : "Tekerkeba", un rite spécial Ramadhan encore préservé    Une expérience de jazz algéro-polonais    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    La nouvelle scène Chaâbi continue d'animer Alger    Hausse de 7 % au 1er trimestre 2019    Appel à la démission de Mouad Bouchareb    Le Barça n'avait jamais laissé le Real aussi loin derrière    Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    Réflexion et débats au programme à Oran    Le NAHD dans tous les esprits    Manœuvres saoudiennes et émiraties    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un cercle fermé
Activité diplomatique au Proche-orient
Publié dans El Watan le 04 - 05 - 2005

Le Proche-Orient est un terrain fertile pour la diplomatie comme l'atteste l'incessant va-et-vient de hauts responsables.
C'est ainsi que la visite du président turc a succédé à celle de son homologue russe avec à chaque fois des déclarations d'intention, aussitôt remises en cause par Israël, comme l'annonce lundi de la création de la première université israélienne dans une colonie de Cisjordanie, alors que le président turc proposait sa médiation. Vladimir Poutine, quant à lui, a clôturé vendredi son périple au Proche-Orient. Cette visite sans précédent, mais rapidement qualifiée d'historique par certains médias, avait débuté mardi au Caire, la capitale égyptienne. C'est la première fois depuis 40 ans qu'un chef d'Etat russe ou soviétique foule le sol de ce pays. Arrivé dans la région avec l'intention d'assurer à la Russie une place importante dans le processus en cours au Proche-Orient, le président russe s'est très vite rendu à l'évidence, c'est-à-dire que cette mission relève de l'impossible. En effet, alors qu'il n'avait pas encore quitté le Caire pour Tel-Aviv, sa deuxième destination, les Etats-Unis et Israël ont annoncé leur rejet poli, mais catégorique de sa proposition d'accueillir à Moscou, l'automne prochain, une conférence internationale sur le Proche-Orient que les Palestiniens ont salué. « Nous proposons une conférence internationale sur la paix au Proche-Orient, avec la participation du Quartette et de toutes les parties concernées par les négociations », avait-il déclaré. « Nous estimons que le moment viendra d'organiser une conférence internationale, mais nous n'en sommes pas là pour l'instant et je ne pense pas que tel sera le cas d'ici à l'automne », a déclaré Scott McClellan, porte-parole de la Maison-Blanche. « Nous apprécions l'engagement du président Poutine en faveur de la Feuille de route », a-t-il poursuivi, évoquant le plan de paix international élaboré par le Quartette (les Etats-Unis, la Russie, l'Union européenne et l'ONU). Les mêmes échos sont parvenus de Tel-Aviv où le gouvernement israélien ne veut absolument pas entendre parler d'un autre médiateur que son fidèle allié américain, dont il est sûr de la totale partialité. La mauvaise situation dans laquelle s'est retrouvé Poutine a contraint son ministre des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, à déclarer qu'il s'agissait d'un malentendu. « Il y a malentendu. Le président Poutine a proposé la tenue à Moscou d'une réunion d'experts de haut rang dans le cadre du conflit israélo-palestinien », a-t-il déclaré. La réalité est que le non américano-israélien a forcé le président russe, à abandonner son projet de conférence internationale pour le Proche-Orient. Pis, lors de sa visite à Tel-Aviv, il n'a pas cessé de fournir des assurances à l'Etat hébreu. Concernant la vente de missiles sol-air à la Syrie, Poutine s'est engagé à ce que ces armes « ne parviennent pas à des organisations terroristes » et promis que la Russie y veillera. « Le système que nous allons fournir à la Syrie est à courte portée et ne menace en aucune façon le territoire israélien », a-t-il déclaré. Ce dossier avait suscité de vives protestations au sein du gouvernement israélien. S'agissant d'un autre dossier controversé, M. Poutine s'est dit opposé au développement d'une arme atomique par l'Iran, affirmant que la coopération entre Moscou et Téhéran dans ce domaine se limitait à l'utilisation de l'atome à des fins civiles. « Nous travaillons avec l'Iran pour l'utilisation de l'atome à des fins pacifiques et nous sommes contre tout programme destiné à doter l'Iran d'une arme atomique », a assuré le président Russe. il a par ailleurs assuré Ariel Sharon, Premier ministre israélien, de la détermination de la Russie à coopérer activement avec l'Etat hébreu dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. Le président Poutine a même déclaré que la Russie est un allié stratégique d'Israël. Cette visite a quand même eu le mérite de montrer, aux responsables palestiniens ainsi qu'au reste de l'opinion publique palestinienne, que la Russie de Poutine est devenue un pays ordinaire qui ne peut en aucun cas prétendre à un plus grand rôle que celui accordé par la seule puissance mondiale actuelle, en l'occurrence les Etats-Unis d'Amérique. Que pourra alors le chef de l'Etat turc qui, faisant valoir ses bons rapports avec Israël et les Palestiniens, a proposé lundi sa médiation dans le processus de paix. M. Erdogan a estimé qu'Israël ne s'opposerait pas à un tel rôle, affirmant que son homologue israélien Ariel Sharon l'avait assuré la veille, lors de leur rencontre à El Qods, que la Turquie avait « un important rôle à jouer dans les efforts de paix ». M. Erdogan avait déjà proclamé en Israël dimanche la disposition de son pays à servir de médiateur dans le conflit israélo-palestinien, mais le ministre israélien des Affaires étrangères, Sylvan Shalom, s'est déclaré lundi opposé à une éventuelle médiation turque. « Nous disons à la Turquie, à la Russie et à d'autres pays que, pour se rendre de Jérusalem à Ramallah, il ne faut que 30 minutes et qu'il est donc possible de se rencontrer sur place sans aller à l'étranger », a prévenu M. Shalom. C'est devenu une règle, voire un cercle fermé où il n'y a de la place que pour Israël et les Etats-Unis. L'Europe le sait déjà et même trop bien.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.