Procès d'anciens responsables et hommes d'affaires: le verdict sera rendu mardi    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Coupe d'Algérie de Football : tirage au sort mardi, la succession du CRB ouverte    OGC Nice: Atal absent au moins 4 mois    "Le pays est comme un avion sans pilote"    Mihoubi renouvelle ses promesses électorales    Examen du projet de la loi de finances sous haute tension    Addis-Abeba rapatrie 840 de ses ressortissants d'Arabie Saoudite    Des anciens de «Boko Haram» achèvent un programme de déradicalisation    Cinq civils tués dans l'extrême-nord du Cameroun    Le PAD appelle à intensifier la mobilisation    Tomber de rideau sur une campagne singulière    Doncic égale un record de Jordan et Dallas étrille New Orleans    Mellal : "Il nous faut un avant de pointe"    DE MARSEILLE Belmadi déjeune avec les stars du foot africain    Plusieurs communes paralysées à Bordj Bou-Arréridj    Les enseignants du primaire divisés sur la poursuite de la contestation    Mesbah Mohand-Ameziane s'en est allé    ...sortir...    La fonction miroitante de la poésie    Trois films algériens primés au Festival d'Al Qods    Tosca ouvre la saison de la Scala de Milan, dernière «Première» pour Pereira    Gregory Dargent : "Mon travail se veut poétique et non folklorique"    L'élection présidentielle scellera la rupture avec l'ancien système, affirme la presse oranaise    JSK: Rien de grave pour Addadi    Dernier jour de la campagne électorale : ‘'aller voter pour une Algérie nouvelle et stable''    MCA - Allati «On est tous responsables !»    On vous le dit    Naciria : Deux personnes tuées par le monoxyde de carbone    Sahara occidental : La Fondation Kennedy félicite Aminatou Haidar pour son prix Nobel alternatif    Abdelrahmi Bessaha. Economiste, expert international : «La corruption est une force formidable de blocage du progrès économique et social»    Deux morts et six blessés dans un carambolage    Des équipements pour les handicapés des centres spécialisés    A l'exception de quelques wilayas du centre: La grève générale très peu suivie    Tlemcen: Le nouveau port régional de pêche bientôt opérationnel    Mila: Marche pacifique de soutien aux élections et à l'ANP    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    Médea : Opération "Un arbre pour chaque citoyen"    La Sonatrach se met au défi du développement énergétique    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Automibile : Les enjeux économiques de la nouvelle polémique sur les SUV    Loukal : «Le Gouvernement déterminé à moderniser l'administration fiscale»    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un cercle fermé
Activité diplomatique au Proche-orient
Publié dans El Watan le 04 - 05 - 2005

Le Proche-Orient est un terrain fertile pour la diplomatie comme l'atteste l'incessant va-et-vient de hauts responsables.
C'est ainsi que la visite du président turc a succédé à celle de son homologue russe avec à chaque fois des déclarations d'intention, aussitôt remises en cause par Israël, comme l'annonce lundi de la création de la première université israélienne dans une colonie de Cisjordanie, alors que le président turc proposait sa médiation. Vladimir Poutine, quant à lui, a clôturé vendredi son périple au Proche-Orient. Cette visite sans précédent, mais rapidement qualifiée d'historique par certains médias, avait débuté mardi au Caire, la capitale égyptienne. C'est la première fois depuis 40 ans qu'un chef d'Etat russe ou soviétique foule le sol de ce pays. Arrivé dans la région avec l'intention d'assurer à la Russie une place importante dans le processus en cours au Proche-Orient, le président russe s'est très vite rendu à l'évidence, c'est-à-dire que cette mission relève de l'impossible. En effet, alors qu'il n'avait pas encore quitté le Caire pour Tel-Aviv, sa deuxième destination, les Etats-Unis et Israël ont annoncé leur rejet poli, mais catégorique de sa proposition d'accueillir à Moscou, l'automne prochain, une conférence internationale sur le Proche-Orient que les Palestiniens ont salué. « Nous proposons une conférence internationale sur la paix au Proche-Orient, avec la participation du Quartette et de toutes les parties concernées par les négociations », avait-il déclaré. « Nous estimons que le moment viendra d'organiser une conférence internationale, mais nous n'en sommes pas là pour l'instant et je ne pense pas que tel sera le cas d'ici à l'automne », a déclaré Scott McClellan, porte-parole de la Maison-Blanche. « Nous apprécions l'engagement du président Poutine en faveur de la Feuille de route », a-t-il poursuivi, évoquant le plan de paix international élaboré par le Quartette (les Etats-Unis, la Russie, l'Union européenne et l'ONU). Les mêmes échos sont parvenus de Tel-Aviv où le gouvernement israélien ne veut absolument pas entendre parler d'un autre médiateur que son fidèle allié américain, dont il est sûr de la totale partialité. La mauvaise situation dans laquelle s'est retrouvé Poutine a contraint son ministre des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, à déclarer qu'il s'agissait d'un malentendu. « Il y a malentendu. Le président Poutine a proposé la tenue à Moscou d'une réunion d'experts de haut rang dans le cadre du conflit israélo-palestinien », a-t-il déclaré. La réalité est que le non américano-israélien a forcé le président russe, à abandonner son projet de conférence internationale pour le Proche-Orient. Pis, lors de sa visite à Tel-Aviv, il n'a pas cessé de fournir des assurances à l'Etat hébreu. Concernant la vente de missiles sol-air à la Syrie, Poutine s'est engagé à ce que ces armes « ne parviennent pas à des organisations terroristes » et promis que la Russie y veillera. « Le système que nous allons fournir à la Syrie est à courte portée et ne menace en aucune façon le territoire israélien », a-t-il déclaré. Ce dossier avait suscité de vives protestations au sein du gouvernement israélien. S'agissant d'un autre dossier controversé, M. Poutine s'est dit opposé au développement d'une arme atomique par l'Iran, affirmant que la coopération entre Moscou et Téhéran dans ce domaine se limitait à l'utilisation de l'atome à des fins civiles. « Nous travaillons avec l'Iran pour l'utilisation de l'atome à des fins pacifiques et nous sommes contre tout programme destiné à doter l'Iran d'une arme atomique », a assuré le président Russe. il a par ailleurs assuré Ariel Sharon, Premier ministre israélien, de la détermination de la Russie à coopérer activement avec l'Etat hébreu dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. Le président Poutine a même déclaré que la Russie est un allié stratégique d'Israël. Cette visite a quand même eu le mérite de montrer, aux responsables palestiniens ainsi qu'au reste de l'opinion publique palestinienne, que la Russie de Poutine est devenue un pays ordinaire qui ne peut en aucun cas prétendre à un plus grand rôle que celui accordé par la seule puissance mondiale actuelle, en l'occurrence les Etats-Unis d'Amérique. Que pourra alors le chef de l'Etat turc qui, faisant valoir ses bons rapports avec Israël et les Palestiniens, a proposé lundi sa médiation dans le processus de paix. M. Erdogan a estimé qu'Israël ne s'opposerait pas à un tel rôle, affirmant que son homologue israélien Ariel Sharon l'avait assuré la veille, lors de leur rencontre à El Qods, que la Turquie avait « un important rôle à jouer dans les efforts de paix ». M. Erdogan avait déjà proclamé en Israël dimanche la disposition de son pays à servir de médiateur dans le conflit israélo-palestinien, mais le ministre israélien des Affaires étrangères, Sylvan Shalom, s'est déclaré lundi opposé à une éventuelle médiation turque. « Nous disons à la Turquie, à la Russie et à d'autres pays que, pour se rendre de Jérusalem à Ramallah, il ne faut que 30 minutes et qu'il est donc possible de se rencontrer sur place sans aller à l'étranger », a prévenu M. Shalom. C'est devenu une règle, voire un cercle fermé où il n'y a de la place que pour Israël et les Etats-Unis. L'Europe le sait déjà et même trop bien.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.