Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Le FC Barcelone boucle le départ d'André Gomes    Kamélia Arezki sur le podium    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Urgence au dialogue consensuel    L'appel lancé par sept partis de l'opposition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Suppression des sciences islamiques
La colère des professeurs
Publié dans El Watan le 21 - 05 - 2005

Les professeurs de sciences islamiques n'ont pas pas pu tenir leur rencontre prévue jeudi dernier à 14h au siège de l'UNPEF (syndicat des professeurs du fondamental) à Alger.
Convoquées au lendemain de la décision supprimant la filière des sciences islamiques dans le cycle du secondaire, prise par le ministère de l'Education nationale, ces assises devaient réunir des délégations d'enseignants venues des quatre coins du pays. Une centaine de professeurs, qui était déjà sur place, a dû quitter les lieux après avoir eu vent d'une « instruction venue d'en haut ». Celle-ci enjoignant l'UNPEF de ne pas mettre ses locaux à la disposition des enseignants. Un groupe de professeurs rencontré sur place pointe du doigt le ministre du secteur, Boubekeur Benbouzid, d'être derrière « l'interdiction ». « La tutelle fait tout pour étouffer notre voix », accusent-ils. Par le biais d'une coordination nationale, créée récemment, les enseignants entendaient expliquer, lors cette sortie « avortée », que « la démarche de Benbouzid ne repose sur aucune logique ». « En supprimant la filière des sciences islamiques, le ministère de l'Education nationale sanctionne un pan entier de la communauté lycéenne », relève le président de la coordination, Mohamed Benhaoua. Pas moins de 40 000 candidats au baccalauréat, dont 15 000 libres, sont inscrits dans la filière. En 2004, ajoute-t-on, le taux de réussite a été de 67%. « Parmi toutes les filières, celle des sciences islamiques a toujours été classée en 2e position au niveau national. La supprimer est une aberration », soutiennent les enseignants. Si le point essentiel a trait au fait qu'il n'y aura plus de baccalauréat sciences islamiques, les professeurs s'interrogent aussi sur les motifs qui ont amené la tutelle à « sabrer » de moitié les cours d'éducation religieuse. De 2 heures par semaine, ceux-ci passent à 1 heure hebdomadaire tandis que les classes de terminale série sciences et technologie seront carrément « hors circuit ». Autre doléance émise par la coordination, le devenir des candidats libres. Ces derniers, venant quasiment tous des zaouïas, sont par conséquent incapables de préparer un baccalauréat autre que celui de sciences islamiques. Pour la coordination, il s'agit là d'une volonté manifeste de verrouiller la porte de l'université à cette catégorie. Les professeurs s'inquiètent, par ailleurs, quant à leur carrière, affirmant qu'une éventuelle reconversion, promise par le ministre, ne réglera pas le problème. « Je suis spécialiste en théologie et non pas en sciences physiques », soutient un professeur d'un lycée d'Alger. Bien que la rencontre n'ait pas eu lieu, des personnalités religieuses et politiques se sont rendues au siège de l'UNPEF, à l'exemple du vice-président de la commission éducation à l'APN, du chef du rite ibadite pour la région d'Alger et du vice-président du MSP, Abderrazak Mokri.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.