Révision de la taxe sur véhicules et maintient de l'augmentation du prix du carburant    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    DR ABDERRAHMANE MEBTOUL A RADIO FRANCE INTERNATIONALE-PARIS : Les conséquences sociales et économiques en Algérie de l'épidémie du coronavirus    COUR MILITAIRE DE BLIDA : Le président Tebboune nomme un nouveau procureur général    IMPACTEE PAR LA CRISE SANITAIRE : Les pertes d'Air Algérie estimées à 3500 milliards de centimes    PLAGE DE SIDI EL MEJDOUB : Deux personnes sauvées d'une noyade certaine    MOSTAGANEM : Le wali interdit les baignades et l'accès aux plages    Coronavirus: 127 nouveaux cas,199 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: lancement d'enquêtes épidémiologiques dans les wilayas aux taux élevés    Pétrole: deux réunions de l'OPEP en juin pour évaluer l'impact des baisses de production    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    On vous le dit    Révolution algérienne: les offensives du 20 août 55, un acte sauvagement réprimé dans le sang    Maintien de la paix : Pékin promet une plus grande contribution    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Manifestation à Rome contre le gouvernement Conte    CAF : Ahmad Ahmad briguera un second mandat    FAF : Réunion du bureau fédéral aujourd'hui    Accusations de prévarication : La BAD temporise malgré l'appel    Impact de la Covid-19 : Quand l'industrie de l'aérien bat de l'aile    Un maghrébin au long cours    "Le Hirak raconte le rêve contrarié d'un peuple"    Washington signe la fin de sa relation avec l'OMS    Ghardaïa: arrestation de dix présumés "coupeurs de route" à Hassi-Lefhal    Epidémie du Covid-19 à Béjaïa : Le CHU gère son espace    Souk Ahras : La fourrière pour 454 véhicules    Le gouvernement prêt à négocier avec les talibans    Six ouvrages pour dire la tragédie nationale    Maison de la culture Ali Zamoum : Un concours de théâtre pour les familles    Mercato en Europe Une nouvelle donne pour les clubs    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Géopolitique et champ d'action militaire    Hommage à Michel Seurat    MC Oran: Hyproc au secours du Mouloudia    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    Kamel Daoud : l'arbre aux fruits mûrs    L'infrangible lien…    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Les feuilles de l'automne    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Suppression des sciences islamiques
La colère des professeurs
Publié dans El Watan le 21 - 05 - 2005

Les professeurs de sciences islamiques n'ont pas pas pu tenir leur rencontre prévue jeudi dernier à 14h au siège de l'UNPEF (syndicat des professeurs du fondamental) à Alger.
Convoquées au lendemain de la décision supprimant la filière des sciences islamiques dans le cycle du secondaire, prise par le ministère de l'Education nationale, ces assises devaient réunir des délégations d'enseignants venues des quatre coins du pays. Une centaine de professeurs, qui était déjà sur place, a dû quitter les lieux après avoir eu vent d'une « instruction venue d'en haut ». Celle-ci enjoignant l'UNPEF de ne pas mettre ses locaux à la disposition des enseignants. Un groupe de professeurs rencontré sur place pointe du doigt le ministre du secteur, Boubekeur Benbouzid, d'être derrière « l'interdiction ». « La tutelle fait tout pour étouffer notre voix », accusent-ils. Par le biais d'une coordination nationale, créée récemment, les enseignants entendaient expliquer, lors cette sortie « avortée », que « la démarche de Benbouzid ne repose sur aucune logique ». « En supprimant la filière des sciences islamiques, le ministère de l'Education nationale sanctionne un pan entier de la communauté lycéenne », relève le président de la coordination, Mohamed Benhaoua. Pas moins de 40 000 candidats au baccalauréat, dont 15 000 libres, sont inscrits dans la filière. En 2004, ajoute-t-on, le taux de réussite a été de 67%. « Parmi toutes les filières, celle des sciences islamiques a toujours été classée en 2e position au niveau national. La supprimer est une aberration », soutiennent les enseignants. Si le point essentiel a trait au fait qu'il n'y aura plus de baccalauréat sciences islamiques, les professeurs s'interrogent aussi sur les motifs qui ont amené la tutelle à « sabrer » de moitié les cours d'éducation religieuse. De 2 heures par semaine, ceux-ci passent à 1 heure hebdomadaire tandis que les classes de terminale série sciences et technologie seront carrément « hors circuit ». Autre doléance émise par la coordination, le devenir des candidats libres. Ces derniers, venant quasiment tous des zaouïas, sont par conséquent incapables de préparer un baccalauréat autre que celui de sciences islamiques. Pour la coordination, il s'agit là d'une volonté manifeste de verrouiller la porte de l'université à cette catégorie. Les professeurs s'inquiètent, par ailleurs, quant à leur carrière, affirmant qu'une éventuelle reconversion, promise par le ministre, ne réglera pas le problème. « Je suis spécialiste en théologie et non pas en sciences physiques », soutient un professeur d'un lycée d'Alger. Bien que la rencontre n'ait pas eu lieu, des personnalités religieuses et politiques se sont rendues au siège de l'UNPEF, à l'exemple du vice-président de la commission éducation à l'APN, du chef du rite ibadite pour la région d'Alger et du vice-président du MSP, Abderrazak Mokri.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.