Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une exposition sur Abou Ghraïb
Italie. arts plastiques
Publié dans El Watan le 22 - 06 - 2005

Parmi les 170 œuvres exposées (peintures, dessins et sculptures), 50 ont été façonnées par l'artiste colombien pour dénoncer les atrocités commises par les soldats américains dans la prison irakienne d'Abou Ghraïb.
Cet événement culturel, organisé par le pool des musées romains et les galeries Contini de Venise et Benucci de Rome, a été inauguré jeudi dernier, au palais Venise, à Rome, en présence de personnalités italiennes, du monde de la politique et de la culture et de nombreux journalistes venus de plusieurs pays visiter et raconter l'exposition de Botero. Depuis 1991, l'artiste colombien n'avait plus exposé, en Italie, et c'est ainsi qu'il offre, à l'occasion, une panoplie de ses œuvres réalisées en quinze ans de création silencieuse et obstinée, loin des feux des médias. Botero, célèbre dans le monde pour les volumes hypertrophiques et les dimensions exagérées des personnages qu'il immortalise sur ses toiles, mais aussi pour l'humour sympathique presque grotesque qui émane de ses représentations, est très apprécié en Europe, surtout dans les pays latins, comme l'Espagne ou l'Italie. A partir de Paris où il vit, l'artiste a confié au quotidien italien La Stampa comment les informations faisant état des sévices commis par l'armée d'occupation américaine en Irak l'ont frappé. « Je ne m'étais jamais inspiré de façon aussi directe de l'actualité », ajoutant : « Je suis dégoûté, car les Usa se prétendent comme un modèle de compassion et puis ils sont capables de ce genre de pratiques barbares. » Des geôliers hideux et effrayants qui s'acharnent, à coups de matraque, sur le corps de prisonniers irakiens nus, des détenus attachés au mur et vêtus de sous-vêtements féminins, d'autres encore entassés nus... Des représentations humiliantes et avilissantes que le monde a découvertes, avec répugnance et douleur, sur les photos publiées par les journaux américains. Botero a affirmé qu'il ne mettrait pas en vente les toiles sur Abou Ghraïb, car son désir est de faire don de ces dernières, qui lui ont valu un an de besogne acharnée, à un musée qui serait intéressé par toute la collection, « car il ne faut pas les séparer », a-t-il précisé au quotidien turinois. Il a également fait part de sa déception de voir que la plupart des musées américains ont exprimé leur refus d'accueillir cette série de toiles. Botero a reconnu s'être inspiré du célébrissime manifeste de Pablo Picasso sur les horreurs de Guernica, la ville basque bombardée sur ordre du fasciste Franco, par l'armée de Hitler en mai 1937, en pleine guerre civile espagnole, faisant plus de 1600 morts.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.