Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Mostaganem: exportation de câbles électriques au Sénégal    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alerte aux méduses !
Un courant froid les a jetées sur nos côtes
Publié dans El Watan le 24 - 07 - 2005

L'apparition des méduses sur la côte ouest d'Alger et sur certaines plages de Kabylie depuis le début juillet a provoqué un climat de crainte chez les estivants qui prennent généralement d'assaut les plages en cette période de vacances et de congé annuel.
On a remarqué qu'il y avait moins de baigneurs le week-end dernier et cela est dû, en partie, à ce phénomène inattendu et qui laisse perplexe. « L'apparition de méduses est un phénomène normal en milieu marin », affirment les spécialistes, mais c'est leur prolifération qui inquiète les baigneurs et risque de gâcher leurs sorties et balades en mer. L'espèce de méduse qui existe en Algérie n'est pas dangereuse contrairement à la méduse du Pacifique. Il faut toutefois prendre les précautions nécessaires et s'éloigner des méduses qui peuvent provoquer des blessures au contact du corps. Du côté de la Protection civile, les agents déconseillent de céder à la panique. Contacté, le chargé de la communication nous a confirmé que « des instructions fermes ont été données pour hisser le drapeau rouge, synonyme de baignade interdite, lorsque les méduses se rapprochent du rivage. Dans ce contexte, certaines plages ont été interdites à la baignade telles que les Dunes et Palm Beach ». Malgré cette situation, plus de trois millions d'estivants et de visiteurs ont déjà foulé le sable des plages de la wilaya de Tipaza afin de profiter de moments de détente et de farniente. En faisant des virées sur la côte ouest, nous avons constaté que plusieurs estivants se contentaient de planter leur parasol sur le sable et de profiter de la brise marine dans une cacophonie à fendre les tympans. Ils hésitaient à se baigner alors que d'autres n'en avaient cure. Une autre catégorie a choisi le juste milieu : piquer une tête dans la piscine. L'invasion des méduses a créé une situation incommodante. Certains jeunes ont décidé de changer de cap : ils iront les prochains jours du côté des plages de Bordj El Kiffan, Tamentfoust (ex-Lapérouse) ou beaucoup plus loin au... Rocher noir à Boumerdès construire des châteaux de sable, mais surtout faire trempette sans être inquiétés par « ces envahisseurs de l'été ». Pas de quoi décourager Ali, adolescent de Bab El Oued. Son unique distraction pendant ces journées caniculaires reste la plage. En rentrant chez lui un soir, son père remarque des traces dans son dos. « Ce sont les méduses qui m'ont fait ça », explique-t-il à ses parents. La méduse est un animal marin qui a un corps transparent et mou avec des tentacules qui lui sert de moyen de défense. Ses déplacements se font grâce aux contractions rythmiques de ses tentacules. Il est intéressant de savoir que les méduses sont constituées à 96% d'eau, puisque même leur squelette est fait d'eau. De plus, cette espèce peut supporter des eaux très froides d'environ - 4°C ainsi que des eaux chaudes d'une température de 31°C. La méduse vit le long des côtes. Elle prospère à la surface des mers et ne s'aventure pas dans les eaux profondes. Les raisons de l'apparition de ces animaux marins sont l'augmentation de la température de l'eau, la stagnation ou la circulation des eaux et à une moindre mesure la pollution organique qui est un facteur amplifiant ou déclenchant. Les mesures à prendre face à ce phénomène sont nombreuses. Il faut tout d'abord éviter de se baigner à côté des méduses. Ce phénomène peut durer une heure, une journée ou des mois. « Heureusement que sur la côte ouest algéroise, la densité était moins forte ce week-end », a remarqué un élément de la Protection civile. Dans 95% des cas, les piqûres de méduses peuvent affecter en général les membres supérieurs et inférieurs, plus rarement le tronc ou le visage. Des cellules urticantes déchargent le venin. Il faut se rincer à l'eau de mer, car l'eau douce réactive la douleur, frotter en douceur avec du sable et les enlever, si on a la possibilité, avec une pince ou avec des mains gantées pour éviter le contact physique. Le venin des méduses sur la côte algérienne n'est pas très dangereux, mais il y a certains sujets très sensibles (enfants et personnes très âgées) qui peuvent développer des réactions allergiques.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.