La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les plages entre Cherchell et Chlef : des paradis sur terre
Toutes les dispositions ont été prises pour garantir de bons séjours aux estivants
Publié dans La Tribune le 01 - 07 - 2009


Photo : Riad
De notre envoyé spécial à Chlef et à Tipaza
Madani Azzeddine
Les plages sont des lieux de détente, elles permettent aux estivants de se rafraîchir, d'oublier la pression qui règne dans les villes, particulièrement dans ces moments de grandes chaleurs. La propreté de ces lieux est importante d'autant qu'elle permet de lutter contre l'apparition de certaines maladies.
L'aménagement des entrées des plages, la mise en place de parkings bien localisés, la réalisation de douches et de sanitaires ainsi que la présence des autres services liés à la restauration et à l'alimentation générale sont plus que nécessaires pour rendre agréable le séjour de l'estivant, lequel a aussi besoin de se sentir en sécurité.
Il est évident que l'estivant veut à tout prix éviter les risques pouvant apparaître dans l'environnement immédiat de la plage. Un parking bien gardé et doté d'agents de sécurité qui veillent sur ces biens est réconfortant, et la présence de la Gendarmerie nationale dans les lieux donne plus de garantie aux vacanciers.
La vigilance des agents de la Protection civile et leur bonne implantation tout au long de la plage donnent également beaucoup d'assurance aux parents, lesquels restent souvent à veiller sur leurs enfants qui profitent des bienfaits de la mer.
Tout cela fait partie d'un ensemble d'éléments nécessaires théoriquement pour rendre agréables les séjours des estivants. Comment se présente la situation sur le terrain ? Une virée dans les plages nous montrera ce qui a été fait par les services concernés.
En ce jour bien ensoleillé qui annonce déjà l'arrivée d'une chaleur insupportable, nous prenons la direction des plages de la wilaya de Tipasa en passant par la nouvelle autoroute Est-Ouest, en particulier par le nouveau tronçon reliant Khemis Miliana à Hosseïnia, mis en circulation dernièrement.
C'est rapide, la plaque indiquant la sortie pour joindre la ville de Boumedfaa s'annonce déjà. Beaucoup de véhicules roulent doucement, et, d'ailleurs, la plupart ont pris l'habitude d'être prudents dans ce tronçon dangereux qui a causé la mort de 3 personnes et fait 8 blessés ces derniers temps lors d'un cortège de mariage, et ce, à cause de sa longue pente (plus de 8 km). Une fois sortis de cette autoroute au niveau de Boumedfaa, nous prenons la direction de la ville de Hadjout à travers la route serpentée, une route réhabilitée et qui passe près de la ville de Hammam Righa. Un paysage splendide se dresse devant nous tout au long de cette route aujourd'hui sécurisée grâce aux efforts des forces de sécurité combinées, et leur présence déjà réconforte les automobilistes.
Quelques dizaines de minutes de marche seulement et les signes du changement climatique deviennent visibles comme si l'on passait d'un niveau climatique à un autre, la fraîcheur gagne du terrain et les champs de vigne occupent de plus en plus les terres agricoles. Une fois à l'intérieur de la ville de Hadjout, on prend la ruelle qui mène tout droit vers Cherchell. Les barrages de la Gendarmerie nationale sont un peu partout, ce qui permet de bien contrôler le trafic routier, de veiller à la sécurité des estivants et de réduire au maximum le nombre des accidents de la circulation, particulièrement pendant cette période estivale. Les travaux aux abords de la route située près de l'oued Belah perturbent la circulation, un bouchon apparaît, heureusement, il disparaît juste après. Des travaux d'entretien ont été mal programmés puisque la saison estivale a déjà débuté officiellement et toute perturbation de la circulation influe sur le bon déroulement de la saison estivale.
A l'entrée de la ville de Cherchell, un poste de police est installé près de la plage située au nord de la gare routière. Cette implantation des services de police permet de bien contrôler cette jolie petite plage.
Certes, tout le monde connaît cette belle et grande cité au merveilleux port. Une extension urbaine a donné une nouvelle image à cette ville qui connaît un déficit en hôtels. Celui de Sezari, situé près de la grande placette de la ville, subit une opération de rénovation, et sa capacité d'accueil a été augmentée. Sa mise en service prochainement permettra de drainer de nombreux visiteurs.
Nous prenons la route de Gouraya. A la sortie de Cherchell, l'école de pêche bénéficie d'une opération de remplacement de son préfabriqué par le dur. Son style architectural offrira aux visiteurs de cette belle ville une belle image urbanistique.
Nous poursuivons notre chemin à travers la RN11, une décharge sauvage vient défigurer le paysage à proximité de la rive entre Cherchell et la ville de Sidi Ghilès.
Un peu plus loin, la ville de Gouraya, connue pour ses belles plages, nous accueille avec ses nouveaux aménagements et son bel urbanisme. On dit que celui qui ne connaît pas les plages des Bois sacrés, la crique Sidi Brahim est et ouest ne connaît pas Gouraya.
A l'intérieur de ces plages, toutes les dispositions sont prises pour rendre agréables les séjours des estivants. La gendarmerie et la Protection civile sont omniprésentes dans ces endroits à la verdure très attirante. Les baigneurs y trouvent toutes les commodités.
Des estivants préfèrent traverser de longues distances pour passer des journées dans ces plages. Khelifa fait partie de ces gens.
Fonctionnaire à Aïn Defla, il vient se bronzer dans cet endroit au lieu de joindre Sidi Fredj, pourtant plus proche pour lui. «C'est calme et aucun risque ne menace mes enfants dans cette plage très sécurisée et située aux alentours de la ville», dira notre interlocuteur avant d'ajouter que toutes les commodités sont disponibles. De plus, la nature le séduit beaucoup.
Après cette brève halte, nous poursuivons notre chemin de découverte vers Larhat, cette belle ville côtière qui continue de garder à l'état naturel son littoral. Les plages de Larhat-est, de Necib club, de Oued Melah sont là pour charmer les estivants en leur offrant de très beaux paysages.
Selon M. Boualem H., directeur de l'exploitation du group Necib rencontré sur place au niveau du camping Necib-club, la commune de Larhat dispose de très belles plages uniques sur la côte algérienne. Elles sont, d'après lui, des lieux de détente merveilleux d'autant qu'elles se démarquent des autres plages par le calme et la splendeur des paysages naturels.
La sécurité est assurée par la Gendarmerie nationale et par la garde communale. Au premier coup d'œil, tout montre qu'un dispositif spécial a été établi pour garantir de belles vacances aux estivants.
Les éléments de la Protection civile sont mobilisés même dans les endroits qui ne drainent pas assez d'estivants. Pour eux, toute plage ouverte à la baignade doit être couverte par la Protection civile.
A quelques centaines de mètres se dressedevant nous le tissu urbain de cette ville. A l'intérieur, tout est attirant, à commencer par le calme. Les nuisances sonores n'existent pas, semble-t-il, dans cette jolie contrée qui, mérite d'être visitée pour la beauté de son littoral, une beauté qui demeure encore inconnue pour de nombreuses personnes.
Nous rebroussons chemin après cette longue virée qui laisse en nous une certitude qu'entre Tipasa et jusqu'au littoral de la wilaya de Chlef de très belles plages se cachent à l'intérieur d'une nature encore à l'état sauvage, des plages qui méritent d'être découvertes par les estivants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.