Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Premières réactions au décret ministériel 04/10
La Fifa menace d'intervenir
Publié dans El Watan le 24 - 10 - 2005

Ainsi après le Comité olympique algérien (COA) - voir l'article publié dans notre édition du 22 octobre 2005 -, c'est au tour de la FIFA de mettre en garde la Fédération algérienne de football (FAF), et par ricochet les responsables du sport algérien, « contre toute tentation d'ingérence gouvernementale dans la gestion des fédérations de football ».
Cette recommandation avait déjà été adressée à toutes les associations (fédérations) affiliées à la FIFA, le 22 septembre 2004. Deux chapitres du décret 04-10 ont contrevenu à l'article 17 des statuts de la FIFA et celui défini par la charte olympique sur l'indépendance du mouvement sportif national. Les chapitres incriminés sont ceux ayant trait à la limitation du mandat des dirigeants élus à une investiture et la désignation de 30% des membres de l'assemblée générale par le ministère de tutelle (MJS). Dans une correspondance adressée au ministre de la Jeunesse et des Sports, Yahia Guidoum, en date du 18 octobre (in El Watan du 22 octobre 2005), le président du Comité olympique algérien, Mustapha Berraf, avait attiré l'attention du premier responsable du secteur en ces termes : « Certains articles du décret d'application de la loi 04-10 sont en contradiction avec la charte olympique et les statuts des fédérations internationales auxquels a adhéré pleinement le mouvement associatif sportif algérien » ... « Il y est clairement préconisé l'autonomie des fédérations qui doivent être mises à l'abri de toute ingérence dans la composition de leurs organes élus de gestion et ce conformément à la charte olympique et à l'article 50 de la loi sus-citée. Le texte en question s'avère être une mesure d'empiétement sur leurs compétences et une restriction drastique de leurs prérogatives »... « Nos fédérations nationales courent un risque d'exclusion si leurs statuts ne sont pas conformes à ceux des fédérations internationales auxquelles elles sont affiliées, notamment l'interdiction de l'intervention d'organes extérieurs dans leur processus électoral ainsi que la limitation de la durée des mandats... » Le premier responsable du Comité olympique algérien s'est, de nouveau, exprimé sur le sujet hier lors du forum d'Echibek, dont il était l'invité. Il a qualifié ces deux points du décret (limitation du mandat et le passage à 30% des experts désignés par le MJS) d'« une malencontreuse erreur, une atteinte à l'exercice démocratique de renouvellement des instances sportives » et a pris à témoin l'auditoire : « Le sport algérien prend le risque d'être lourdement sanctionné si ce décret est appliqué. C'est la raison pour laquelle nous allons demander le réexamen du document et comptons beaucoup sur le sens de responsabilité du gouvernement pour revoir certains points du décret. » La réponse du ministre de la Jeunesse et des Sports n'a pas tardé. Hier, elle était sur le bureau de Mustapha Berraf. Elle confirmait le maintien de tous les articles du décret 04-10. L'affaire va sûrement prendre une autre tournure après « l'entrée en jeu » de la FIFA. Cette dernière a saisi la FAF, par courrier, vendredi dernier lui demandant des explications et l'informant, au passage, de sa ferme volonté de faire respecter les statuts. Le message de la FIFA est sans équivoque pour tous les observateurs du football mondial. L'Algérie a déjà eu un petit aperçu du « pouvoir » de l'instance basée à Zurich. Au milieu des années 1990 (tiens ! tiens !), la FAF avait été confrontée au même problème. Le bureau fédéral avait été « spolié » de ses droits et la FIFA l'avait rétabli dans tous ses droits. Le Suisse Zen Ruffinen était venu à Alger pour « contrôler » le bon déroulement de l'opération électorale préparée par le bureau fédéral illégalement renvoyé quelques mois auparavant. Le football algérien va vivre le remake de ce mauvais scénario... dix ans presque après le premier épisode. Hier, il était difficile d'avoir une réaction de la FAF en l'absence de son président Mohamed Raouraoua. Nul doute qu'elle saisira qui de droit pour se dédouaner de tout ce qui peut arriver du côté de Zurich dans les prochains jours.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.