TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Mustapha Hadni (PLD) : « Traduire politiquement les revendications citoyennes … »    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Grandiose !    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    Saviez-vous que… ?    Un mort et trente blessés à Blida    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    ACTUCULT    Explosion de joie sur fond de révolution    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Tiaret : Des résultats satisfaisants au baccalauréat    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Merci, El Khadra !    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Montage automobile, les vrais coupables !    Le festival de la chanson oranaise revient    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Premières réactions au décret ministériel 04/10
La Fifa menace d'intervenir
Publié dans El Watan le 24 - 10 - 2005

Ainsi après le Comité olympique algérien (COA) - voir l'article publié dans notre édition du 22 octobre 2005 -, c'est au tour de la FIFA de mettre en garde la Fédération algérienne de football (FAF), et par ricochet les responsables du sport algérien, « contre toute tentation d'ingérence gouvernementale dans la gestion des fédérations de football ».
Cette recommandation avait déjà été adressée à toutes les associations (fédérations) affiliées à la FIFA, le 22 septembre 2004. Deux chapitres du décret 04-10 ont contrevenu à l'article 17 des statuts de la FIFA et celui défini par la charte olympique sur l'indépendance du mouvement sportif national. Les chapitres incriminés sont ceux ayant trait à la limitation du mandat des dirigeants élus à une investiture et la désignation de 30% des membres de l'assemblée générale par le ministère de tutelle (MJS). Dans une correspondance adressée au ministre de la Jeunesse et des Sports, Yahia Guidoum, en date du 18 octobre (in El Watan du 22 octobre 2005), le président du Comité olympique algérien, Mustapha Berraf, avait attiré l'attention du premier responsable du secteur en ces termes : « Certains articles du décret d'application de la loi 04-10 sont en contradiction avec la charte olympique et les statuts des fédérations internationales auxquels a adhéré pleinement le mouvement associatif sportif algérien » ... « Il y est clairement préconisé l'autonomie des fédérations qui doivent être mises à l'abri de toute ingérence dans la composition de leurs organes élus de gestion et ce conformément à la charte olympique et à l'article 50 de la loi sus-citée. Le texte en question s'avère être une mesure d'empiétement sur leurs compétences et une restriction drastique de leurs prérogatives »... « Nos fédérations nationales courent un risque d'exclusion si leurs statuts ne sont pas conformes à ceux des fédérations internationales auxquelles elles sont affiliées, notamment l'interdiction de l'intervention d'organes extérieurs dans leur processus électoral ainsi que la limitation de la durée des mandats... » Le premier responsable du Comité olympique algérien s'est, de nouveau, exprimé sur le sujet hier lors du forum d'Echibek, dont il était l'invité. Il a qualifié ces deux points du décret (limitation du mandat et le passage à 30% des experts désignés par le MJS) d'« une malencontreuse erreur, une atteinte à l'exercice démocratique de renouvellement des instances sportives » et a pris à témoin l'auditoire : « Le sport algérien prend le risque d'être lourdement sanctionné si ce décret est appliqué. C'est la raison pour laquelle nous allons demander le réexamen du document et comptons beaucoup sur le sens de responsabilité du gouvernement pour revoir certains points du décret. » La réponse du ministre de la Jeunesse et des Sports n'a pas tardé. Hier, elle était sur le bureau de Mustapha Berraf. Elle confirmait le maintien de tous les articles du décret 04-10. L'affaire va sûrement prendre une autre tournure après « l'entrée en jeu » de la FIFA. Cette dernière a saisi la FAF, par courrier, vendredi dernier lui demandant des explications et l'informant, au passage, de sa ferme volonté de faire respecter les statuts. Le message de la FIFA est sans équivoque pour tous les observateurs du football mondial. L'Algérie a déjà eu un petit aperçu du « pouvoir » de l'instance basée à Zurich. Au milieu des années 1990 (tiens ! tiens !), la FAF avait été confrontée au même problème. Le bureau fédéral avait été « spolié » de ses droits et la FIFA l'avait rétabli dans tous ses droits. Le Suisse Zen Ruffinen était venu à Alger pour « contrôler » le bon déroulement de l'opération électorale préparée par le bureau fédéral illégalement renvoyé quelques mois auparavant. Le football algérien va vivre le remake de ce mauvais scénario... dix ans presque après le premier épisode. Hier, il était difficile d'avoir une réaction de la FAF en l'absence de son président Mohamed Raouraoua. Nul doute qu'elle saisira qui de droit pour se dédouaner de tout ce qui peut arriver du côté de Zurich dans les prochains jours.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.