«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inondations de Bab El Oued
Publié dans El Watan le 12 - 11 - 2005

Le 10 novembre 2001, des pluies diluviennes d'une rare violence s'étaient abattues sur Bab El Oued. Les inondations sans précédent qui s'en étaient suivies, ont causé, en moins de 2 heures, la mort de près d'un millier de personnes.
Certains spécialistes avaient parlé d'une espèce de « mini tornade » qui avait, brusquement, prit corps sur les hauteurs du quartier martyr. Ceci dit, la météo avait bel et bien tiré la sonnette d'alarme la veille du « déluge », en lançant un bulletin spécial. Ainsi informées, « les autorités pouvaient-elles éviter l'hécatombe ? », s'interroge aujourd'hui encore l'opinion publique. Quatre ans plus tard, Bab El Oued a, certes, changé de look, mais l'image apocalyptique de la matinée du 10 novembre 2001 ne semble pas prête à quitter les esprits. « Je ne m'étais jamais imaginé qu'une averse, aussi intense soit-elle, pouvait ainsi créer le chaos. J'ai vu des eaux en furie descendant de Djebel Coucou emportant sur le passage des centaines de cadavres et de véhicules », se souvient Rachid. Sauvé miraculeusement grâce à la hardiesse des jeunes de Bab El Oued, il perdra malheureusement son frère, bloqué dans sa voiture puis « jeté » à la mer. Si le véhicule a refait surface, quelques jours après, le corps du frère de Rachid n'a toujours pas été repêché. Il fait partie des disparus, dont le chiffre officiel communiqué au lendemain du 10 novembre 2001, est de 52. Quatre ans après, l'on se souvient aussi du formidable élan de solidarité qui avait animé, surtout, les jeunes de Bab El Oued. Bravant le danger, ils étaient des milliers à constituer les premiers groupes de secours. Ils travailleront côté à côte avec l'armée et la Protection civile, dépêchés ensuite sur les lieux. « Faute de moyens adéquats, on recourrait à nos bras pour sauver les gens. Certains de mes amis sont allés jusqu'à plonger dans l'eau, sans se soucier de leur vie. Dans mon groupe (de sauveteurs), grâce à Dieu, nous n'avons eu aucune disparition. Malheureusement, il nous a été affirmé qu'ailleurs, quelques volontaires, en tentant de sauver des vies, emportés par les eaux, ont perdu la vie », témoigne, l'air absent, Karim, un ancien de la rue Kouache. Qu'en est-il de l'opération de reconstruction ? La route reliant Chevalley à Bab El Oued, autrement dit le « lit » de la vague terrifiante a été reconstruite à 100 %, avec consolidation de son système d'écoulement des eaux de pluie. Les vieux immeubles, durement touchés, ont été détruits pour laisser place à des aires de loisirs et de jardins publics. « Bab El Oued respire mieux, mais la localité reste surpeuplée : 180 000 habitants vivent entassés dans 2 km2 », relève un élu local.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.