FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    PRODUCTION D'AGRUMES : Près de 40.000 quintaux d'oranges récoltés    EXPLOITE DE MANIERE SCANDALEUSE EN FRANCE : Le médecin algérien payé ‘'à moitié prix''    LE FLN ET LE RND SE LIVRE UNE RUDE BATAILLE : La campagne des sénatoriales bat son plein à Oran    INTERDICTION DU NIQAB : Les Zaouïas appellent à une interdiction totale    LES NEGOCIATIONS ABOUTISSENT A DE "BONS RESULTATS" : Une zone de libre-échange africaine dans 10 ans    TIARET : Un homme et une femme écroués pour charlatanisme    AIN TEMOUCHENT : 07 harraga portés disparus en mer    ORAN : Un jeune arrêté pour chantage sur facebook    L'art de la confusion.    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Léo Rojas, nous y étions !    Kamel Messaoudi : Le chanteur qui a osé    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Le FLN part en favori    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Expressions en mouvement
Bayreuth .Literrature et cinéma au Maghreb
Publié dans El Watan le 04 - 12 - 2010

Un croisement inédit de regards allemands et maghrébins sur les écrans et les livres de la région.
La charmante ville de Bayreuth, en Bavière, vient d'abriter durant trois jours un colloque international sur les transformations dans la littérature et le cinéma au Maghreb depuis 1990. Cette importante rencontre a été organisée par le Centre des études africaines de l'université de Bayreuth avec le soutien actif de YEDD, l'association d'amitié germano-algérienne, présidée par Mme Christine Belakhdar et basée à Berlin. La qualité des interventions a engendré des débats intenses et riches en échanges.
Le premier jour a été dédié au cinéma. Verena Domberg de l'université de Bremen a essayé de situer le renouveau du cinéma algérien à partir des années quatre-vingt-dix. Pour elle, l'irruption de la violence dans l'espace public a généré une génération de cinéastes femmes qui ont fait de cette thématique des œuvres qui ont retenu l'attention par leurs qualités esthétiques. En écho, le grand sociologue marocain, Mohamed Dahan, trouve que le cinéma dans son pays reflète certaines évolutions sociopolitiques qui travaillent dans le sens de la neutralisation des îlots rétrogrades de la société.
Fatima Zahra Blila et Moulay Driss El Maarouf ont abondé dans le même sens pour signaler l'apparition du personnage homosexuel, devenu presque récurrent dans le cinéma marocain. En conclusion, le jeune critique Mourad El Fahli a dressé un panorama exhaustif des films réalisés par les cinéastes maghrébins de la diaspora et leur contribution à l'enrichissement de la filmographie de leurs pays.
Le deuxième jour fut littéraire avec l'intéressante communication de Mohamed Lakhdar Mouagal sur la littérature de nostalgie. Ce dernier rappelle les trois âges de la littérature algérienne soit l'enchantement avec les pères fondateurs, le désenchantement avec la génération de l'indépendance et la nostalgie dans la période post-terrorisme.
Cette nostalgie est l'inscription des nouveaux auteurs dans la mouvance de la république des lettres car la littérature peut faire évoluer la société dans le bon sens. Dans le même ordre d'idées, Ricarda Bienbeck de l'université de Bayreuth, a fait une analyse pertinente des identités vacillantes dans le roman Cette fille-là de Maissa Bey. Khadija Mohsine de l'université de Rabat relève la prédominance des thèmes liés au corps avec cette lente descente aux enfers de la féminité, malmenée par le machisme et les tabous. De son côté, Birgit Mertz- Baumgartner d'Insbrück remarque que les personnages féminins de certains romans, ayant subi les affres de la violence, remanient la langue et disloquent la syntaxe pour exprimer les traumatismes qui les habitent. Enfin, Mechthild Gilzmer de Berlin a retracé l'évolution de l'écriture féminine au Maroc depuis une dizaine d'années.
Le dernier jour a été consacré à la culture et la langue amazighes. L'intervention de Aziz Kich de Rabat a tourné autour du passage de l'oral à l'écrit et les tergiversations qui persistent sur l'adoption d'un système de transcription standard. Hacène Halouane de Tizi Ouzou a évoqué les étapes qui ont conduit à la reconnaissance de cette langue et le dynamisme qui en découle. Mohand Akli Salhi, de la même université, a parlé de la richesse de la production littéraire en tamazight et le regain constaté pour la nouvelle écrite par les femmes.Pour clôturer ce colloque dédié à la création dans le Maghreb, le poète et écrivain algérien Habib Tengour a gratifié l'assistance d'une lecture poétique pleine de lyrisme et de mots salvateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.