Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



En région
Contrechamps : les autres articles

- Chlef : Seuls 15% des besoins sont satisfaits

Les perturbations dans la distribution du lait en sachet persistent, entraînant une indisponibilité quasi permanente du produit dans la région de Chlef. En fait, cette situation dure depuis le Ramadhan. Les grossistes avaient alors déjà attiré l'attention des pouvoirs publics sur le dérèglement du marché. A l'époque, on avait justifié cela par la désorganisation du circuit de distribution et ses répercussions sur l'approvisionnement de la wilaya. Qu'en est-il aujourd'hui ? Nous avons contacté la direction du commerce de la wilaya, qui a effectué une enquête sur les causes de cette pénurie. D'après le sous-directeur du contrôle, Cherif Bouhalla, «le manque enregistré est dû à une insuffisance de poudre de lait et à une augmentation de la demande sur cette denrée de première nécessité». Pour lui, seule la laiterie publique des Arribs (dans la wilaya de Aïn Defla) a continué à approvisionner la région, les deux autres fournisseurs privés ayant cessé cette activité depuis un certain temps.
Le déficit s'élève, dit-il, à 60 000 litres /jour par rapport aux quantités réservées habituellement à la wilaya. Ce déficit est encore plus important si l'on prend en ligne de compte les besoins exprimés, de l'ordre de 180 000 litres. Actuellement, la wilaya ne reçoit que 27 000 litres de lait en poudre pasteurisé et 4900 litres de lait cru, fournis par une mini-laiterie locale. Le circuit fait face également à une désaffection des grossistes, dont le nombre s'est considérablement réduit ces derniers mois.


- Aïn Defla : Des étals vides depuis trois jours

Après une nette amélioration dans la distribution de sachets de lait dans la wilaya de Aïn Defla, qui n'aura duré qu'une dizaine de jours, revoilà la pénurie. La zone la plus touchée est celle située à l'est de la ville de Khemis Miliana, notamment Soufay, cité Houria, la gare routière... où un distributeur a carrément arrêté d'approvisionner ses clients depuis quatre jours. La responsable d'un dépôt de vente de produits laitiers rencontrée au niveau de son entreprise tient à dénoncer «la mauvaise organisation au sein de la laiterie des Arribs (nord de Aïn Defla) qui appartient au groupe Giplait». Plusieurs distributeurs extérieurs à la wilaya revendaient par ailleurs leurs quotas à Aïn Defla, mettant sérieusement en difficulté son activité. Contacté, le directeur technique de l'entreprise Giplait se défend en affirmant que «la distribution des quotas se déroule normalement avec plus de 30 000 litres/jour pour la seule ville de Khemis Miliana et quelque 210 000 litres/jour à l'échelle de la wilaya. La laiterie approvisionne même les wilayas de Chlef, Tipasa, Médéa et Blida


- Béchar : Une seule laiterie publique suffit à couvrir la demande

Après plusieurs semaines de tension sur le marché, la situation en matière de disponibilité de lait en sachet tend vers l'apaisement. Les étals sont suffisamment achalandés. «Les gens ne vivent plus dans la hantise de la pénurie d'il y a quelques mois et les consommateurs qui achetaient quatre sachets et plus les mois derniers n'en prennent aujourd'hui qu'un seul», indique un des principaux détaillants du marché couvert de Béchar. L'Orolait, office public de distribution et commercialisation du lait et ses dérivés, assure pour le moment l'approvisionnement régulier des commerçants de la wilaya à partir de l'unique unité de production d'Igli à 170 km au sud du chef-lieu de wilaya. L'usine produit 30 000 litres/jour, une quantité qui, selon son directeur, «suffit largement à couvrir l'ensemble des besoins de la population de la wilaya estimée à
260 000 habitants». Mais pour combien de temps l'usine d'Igli continuera-t-elle à assurer la couverture des besoins essentiels d'une population sans cesse en croissance ? Un projet d'investissement pour la création d'une unité de production de lait dans le quartier de Debdaba appartenant à un privé piétine depuis plus de dix ans. Malgré leur cherté, les autres marques de briques de lait demi-écrémé disponibles à tout moment contribuent largement à atténuer la tension sur un marché instable, sinon la demande aurait été plus explosive.


Sétif : Plus de sachets dans les laiteries du groupe Giplait

Si la dernière crise de lait s'est focalisée uniquement sur le problème de la poudre, celui lié à l'emballage du lait est mésestimé. Selon certaines sources, la Sofiplast (Sétif) et Seoxplast (Médéa), filiales de l'Entreprise nationale des plastiques et caoutchoucs devant répondre aux besoins du groupe Giplait en conditionnement, ont placé la barre du prix du kilo à 25,50 DA, et ce, pour couvrir la TVA qui n'a pas été, nous dit-on, récupérée depuis plus de huit ans. Le précompte (dû de Sofiplast en matière de TVA chez le Trésor public) serait de plus de 110 millions de dinars. Le groupe Giplait se serait réorienté vers un privé n'ayant en fin de compte pas pu répondre à la forte demande. C'est ce qui a attisé la crise. Les spécialistes en la matière exhortent les pouvoirs publics à se pencher sérieusement sur cette question. Il faut par ailleurs souligner que la Sofiplast qui a l'habitude d'approvisionner les laiteries de l'est du pays et une bonne partie du Centre et de la Kabylie, est à l'arrêt total depuis plus de huit mois. Les difficultés financières de la filiale en seraient la cause. Comme un malheur n'arrive jamais seul, Sofiplast est depuis environ deux mois dans le noir. Le non-paiement de la facture énergétique s'élevant à 2,65 millions de dinars plonge la société dans le noir. Cette situation s'est négativement répercutée sur les travailleurs n'ayant pas empoché leurs derniers salaires de novembre et décembre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.