UGTA: Appel à la sauvegarde des salaires et des emplois    Près de 37 millions d'abonnés à l'Internet mobile    En difficulté de remboursement de leur endettement bancaire et de renouvellement de leurs lignes de crédit d'exploitation: Dispositif particulier d'aide aux petites et moyennes entreprises publiques et privées    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Education: Des syndicats et des parents d'élèves demandent le report du bac et du BEM    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Le formidable élan de solidarité des Algériens    1.572 cas confirmés et 205 morts enregistrés    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    Tebboune nomme un directeur général adjoint    Coronavirus: 104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès    Général-major Chanegriha : l'ANP prête à soutenir le système sanitaire national dans la lutte contre le coronavirus    104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès en Algérie    Liverpool: Sadio Mané prêt à tous les sacrifices pour le Ballon d'or    Réunion Opep-non Opep : garantir les conditions d'équilibre pour une reprise du marché    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    On vous le dit    Le Président Tebboune désigne Abdelghani Rachedi Directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    ONU: Réunion jeudi du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental    Barça : Ca chauffre entre les dirigeants !    Journées virtuelles du court métrage: audience appréciable, organisateurs satisfaits    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Covid 19: proposition d'un revenu au profit des travailleurs privés affectés par la crise    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La "citoyenne du monde" revisitée en pleine crise sanitaire    Les avocats appellent à la libération de Brahim Laâlami    La Banque d'Algérie annonce des mesures de soutien    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Bourebbou reconnaît : "Je suis fils de harki"    Après la pandémie, gouverner autrement    ASO Chlef : Les joueurs en contact avec le préparateur physique    AGE des Ligues de Wilaya : Les experts et la loi    Université Ferhat Abbas-Sétif I : L'outil informatique, un élément d'une équation à plusieurs inconnus    Royaume-Uni : Transféré en soins intensifs, Boris Johnson lutte pour sa survie    Pandémie du nouveau coronavirus : La France toujours en «phase d'aggravation»    Pandémie de coronavirus en Afrique : L'appel à l'aide de Moussa Faki Mahamat    Enseignement à distance : Les cours basculent sur le Net    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    Riche programme culturel sur le web    Mahmoud Aroua. Médecin anesthésiste-réanimateur et auteur : «L'exercice de la médecine enrichit l'imagination»    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accidents ferroviaires : Un phénomène qui prend de l'ampleur
Bel Abes : les autres articles
Publié dans El Watan le 31 - 01 - 2011

De nombreux habitants des quartiers de Sidi Amar et Sidi Djilali sont montés au créneau pour dénoncer le mutisme des responsables concernés quant à la progression du nombre d'accidents ferroviaires.
La colère monte dans les quartiers de Sidi Amar et Sidi Djilali après les deux accidents ferroviaires, dont un mortel, survenus ces derniers jours à quelques heures d'intervalle. Dimanche après-midi, un jeune de 35 ans a été fauché par un train de marchandises venant de la ville d'Oran. Selon des témoignages, «le drame n'a pu être évité», malgré les coups de sifflet du machiniste. Le jeune homme, violement percuté au niveau du quartier de Sidi Djillali, a, selon notre source, rendu l'âme sur le coup. Le jour même, à 20 heures, un autre drame est survenu, à hauteur du quartier de Sidi Amar, l'un des quartiers les plus défavorisés où la ligne de chemin de fer traverse, de bout en bout, cette zone d'habitation à forte densité humaine.
Un homme de 30 ans se serait mis, volontairement, entre les rails à l'approche d'un train de transport de voyageurs venant également d'Oran. Il s'agirait d'une tentative de suicide, croit-on savoir. Il a été amputé d'une jambe et demeure toujours hospitalisé. Et la liste est bien longue…. En décembre 2007, un enfant de 9 ans est fauché, à hauteur du faubourg Sidi Djilali, par le train de voyageurs Oran-Tlemcen. En avril 2008, un homme de 60 ans est tué au même endroit, percuté mortellement par un train. Le 16 juillet 2008, un jeune homme de 26 ans trouve la mort après avoir été heurté par le train reliant Oran à Sidi Bel Abbès.
Situation alarmante
Presque à la même période, mais toujours au même endroit, l'on signale le décès d'un sexagénaire, mort déchiqueté. À peine quelques mois après, un adolescent de 17 ans, heurté par l'autorail, se voit amputé des deux jambes. Sérieusement touché, il décède 24 heures plus tard des suites de ses blessures. Et ce ne sont là que quelques cas rapportés par la presse. Pour de nombreux habitants de ces quartiers, «aucune réaction des autorités locales n'est venue apaiser les esprits après les accidents enregistrés ces derniers mois sur ce tronçon mortel». «Combien de morts faut-il encore pour que les responsables locaux prennent les mesures nécessaires afin de préserver la sécurité des citoyens? C'est une véritable hécatombe à laquelle responsables administratifs et élus demeurent insensibles», s'indigne Mohamed qui a perdu, il y a presque une année, l'un de ses cousins, âgé alors d'à peine 16 ans, dans un accident ferroviaire à Sidi Amar.
Comme lui, certains ne croient plus aux promesses faites pour mettre un terme à une situation qui ne cesse d'endeuiller les familles des quartiers précités.La construction d'un mur de protection, haut de 3 mètres, pour séparer la voie ferrée des lieux d'habitations des riverains, n'a toujours pas été entamée. Tout comme la réalisation de la nouvelle voie d'évitement, annoncée depuis deux ans et dont les travaux traînent toujours. L'hécatombe continue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.