Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Djerad présente ce jeudi la démission de son gouvernement    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    «L'autodétermination, du seul ressort du peuple sahraoui»    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Medaouar devant l'intransigeance de la CAF et le «cas JSK» !    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Dépôt de 26 demandes pour l'exercice de l'activité de concessionnaires de véhicules neufs    L'urgence de faciliter l'acte d'investir    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    La mauvaise note !    Comment vaincre les réticences    Peu de communication, beaucoup de spéculation    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Boukadoum prend part aux travaux de la conférence de "Berlin 2" sur la Libye    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Brèves Omnisports    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Tous les chemins mènent à Oran    Les recherches se poursuivent toujours    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Vers une agence d'accréditation et d'assurance-qualité ?    Arrestation de 8 éléments    Désormais valables pour l'Algérie    Redistribution des cartes    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des citoyens de la cité Sidi Djilali interpellent le wali
Passage à niveau meurtrier à Sidi Bel Abbès
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 02 - 2010

Face à la passivité des responsables de la SNTF, plusieurs citoyens des cités de Sidi Djilali ont interpellé le wali de Sidi Bel Abbès pour remédier au problème majeur du passage à niveau dangereux.
Ils ont perdu leurs enfants, leurs femmes ou des proches. Las, les citoyens des cités Roches, Sidi Ameur et Sidi Djilali interpellent les autorités locales dans une pétition déposée au niveau de notre rédaction.
Pour certains, les accidents ferroviaires qui se produisent souvent sur le passage à niveau de Sidi Djilali sont le fait de l'insouciance des citoyens, mais cela engage surtout la responsabilité de la Société nationale de transport ferroviaire (SNTF) de Sidi Bel Abbès, qui semble négliger la sécurité ou la fermeture d'accès de ce passage à niveau très dangereux, mentionnent-ils dans leur lettre adressée aux autorités locales.
Le problème de ce passage à niveau date de plusieurs années avec le phénomène de l'urbanisation à grande échelle où plusieurs quartiers sont nés à Sidi Bel Abbès jouxtant les voies ferrées, surtout le quartier populeux de Sidi Djilali qui reste le premier à connaître des pertes humaines.
En l'absence de passerelles érigées près des concentrations urbaines, les citoyens sont souvent obligés de transiter par ces voies pour aller faire leurs courses, vers les établissements scolaires ou leur lieu de travail. D'ailleurs, il existe deux points noirs à Sidi Bel Abbès qui sont souvent le théâtre d'accidents ferroviaires où des riverains habitant des cités jouxtant les voies ferrées demeurent en danger.
Il s'agit du point de la cité des Rochers, Sidi Djilali et Sidi Ameur. En dépit de ces accidents à répétition, aucune solution ne semble être envisagée jusque-là afin d'y remédier. Ni l'implantation de passerelles ni encore un travail de sensibilisation ne sont prévus alors que des vies humaines sont en danger.
Dans ce sens, il convient de préciser que ces derniers ont interpellé à maintes reprises les services de la SNTF de Sidi Bel Abbès, mais depuis, aucune réponse n'a été donnée en dépit de la gravité des faits.
«Une solution urgente doit être trouvée car la vie de nos enfants et proches est menacée par ce passage à niveau non sécurisé», clame le délégué et porte-parole de la cité Sidi Djilali. La SNTF doit impérativement procédé à l'amélioration de cette situation, confie-t-il à notre rédaction.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.