Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des citoyens de la cité Sidi Djilali interpellent le wali
Passage à niveau meurtrier à Sidi Bel Abbès
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 02 - 2010

Face à la passivité des responsables de la SNTF, plusieurs citoyens des cités de Sidi Djilali ont interpellé le wali de Sidi Bel Abbès pour remédier au problème majeur du passage à niveau dangereux.
Ils ont perdu leurs enfants, leurs femmes ou des proches. Las, les citoyens des cités Roches, Sidi Ameur et Sidi Djilali interpellent les autorités locales dans une pétition déposée au niveau de notre rédaction.
Pour certains, les accidents ferroviaires qui se produisent souvent sur le passage à niveau de Sidi Djilali sont le fait de l'insouciance des citoyens, mais cela engage surtout la responsabilité de la Société nationale de transport ferroviaire (SNTF) de Sidi Bel Abbès, qui semble négliger la sécurité ou la fermeture d'accès de ce passage à niveau très dangereux, mentionnent-ils dans leur lettre adressée aux autorités locales.
Le problème de ce passage à niveau date de plusieurs années avec le phénomène de l'urbanisation à grande échelle où plusieurs quartiers sont nés à Sidi Bel Abbès jouxtant les voies ferrées, surtout le quartier populeux de Sidi Djilali qui reste le premier à connaître des pertes humaines.
En l'absence de passerelles érigées près des concentrations urbaines, les citoyens sont souvent obligés de transiter par ces voies pour aller faire leurs courses, vers les établissements scolaires ou leur lieu de travail. D'ailleurs, il existe deux points noirs à Sidi Bel Abbès qui sont souvent le théâtre d'accidents ferroviaires où des riverains habitant des cités jouxtant les voies ferrées demeurent en danger.
Il s'agit du point de la cité des Rochers, Sidi Djilali et Sidi Ameur. En dépit de ces accidents à répétition, aucune solution ne semble être envisagée jusque-là afin d'y remédier. Ni l'implantation de passerelles ni encore un travail de sensibilisation ne sont prévus alors que des vies humaines sont en danger.
Dans ce sens, il convient de préciser que ces derniers ont interpellé à maintes reprises les services de la SNTF de Sidi Bel Abbès, mais depuis, aucune réponse n'a été donnée en dépit de la gravité des faits.
«Une solution urgente doit être trouvée car la vie de nos enfants et proches est menacée par ce passage à niveau non sécurisé», clame le délégué et porte-parole de la cité Sidi Djilali. La SNTF doit impérativement procédé à l'amélioration de cette situation, confie-t-il à notre rédaction.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.