Réveil de la classe politique    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    3,5 sur l'échelle ouverte de Richter    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chômeurs de Ouargla : La politique du bras long
Actu Centre : les autres articles
Publié dans El Watan le 03 - 02 - 2011

Les privilégiés toujours sur les premières listes des heureux recrutés.
Ils étaient nombreux, hier, à tenter une introduction chez le wali, des chômeurs ayant un bagage universitaire, rien d'anormal pour un jour de réception dans une administration publique. Il ne se passe plus un jour sans que les chômeurs de Ouargla sortent dans la rue.
Devant l'agence de l'emploi, à l'occasion d'un reportage initié par la station régionale de l'ENTV, devant le siège de la wilaya ou celui de la daïra, ils ne cessent de se rappeler au bon souvenir de l'administration qui n'a rien de concret à leur offrir pour le moment. Ils dénoncent leur éternel chômage dans une wilaya aux potentialités immenses. «Une wilaya qui dort sur le pétrole, des jeunes affamés», «Diplômés ou pas, c'est la même galère». Des chômeurs diplômés, voire surdiplômés, se sont joints à ceux possédant une qualification moyenne, voire inexistante, au mouvement de contestation qui occupe désormais la rue. Et tous ne décolèrent pas.
Détresse, désespoir, peur de l'avenir, exaspération de voir toujours les mêmes passer de l'autre côté de la barrière, et eux d'être toujours du mauvais côté. Les revendications des jeunes Ouarglis sont les mêmes : une restructuration complète du dispositif de recrutement géré par l'ALEM, l'affectation d'un personnel et des dirigeants compétents et plus humains, plus sensibles et respectueux. Le dossier de l'emploi, tel qu'il se profile aujourd'hui à Ouargla, ne laisse pas entrevoir une issue dans un proche délai.
De loin et à froid, la situation peut montrer des facettes positives. Des instances chargées de recevoir et afficher les offres d'emploi ouvrent leurs portes chaque jour.
Les offres ne sont pas des moindres et peuvent théoriquement répondre à la demande locale qui est de 12 000 demandeurs par an, alors que l'offre dépasserait les 18 000 par an, selon les déclarations officielles.La direction de l'Agence locale de l'emploi (ALEM) souligne qu'elle a réussi le pari de faire embaucher de plus en plus de chômeurs de la wilaya de Ouargla, durant les trois dernières années. L'ALEM voit d'un mauvais œil les critiques des chômeurs et leur tendance à refuser systématiquement de travailler dans certaines entreprises.
De leur côté, les jeunes estiment que les postes fortement rémunérés avec des contrats à durée indéterminée bénéficient aux privilégiés et les miettes aux pauvres.
Par privilégiés, ils entendent les enfants des cadres bien placés de Sonatrach qui sont recrutés sur injonction téléphonique et sont les seuls à rentrer par la grande porte lors des soi-disant tests d'embauche organisés pour jeter de la poudre aux yeux.
Au-delà des rapports et de la protestation, que reste-t-il de ce dossier que nous suivons depuis 2004 ?
La détresse humaine et une jeunesse qui se fane en étant adossée aux murs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.