La gendarmerie sera chargée d'enquêter    "Il est urgent de développer l'agriculture, l'agroalimentaire et le tourisme en Algérie"    L'Algérie, une "puissance de paix et d'équilibre"    Enlisement du conflit    Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    46 nouveaux cas enregistrés à Tindouf    Quel plan préventif pour l'Algérie ?    Une foule nombreuse accompagne Loubna Belkacemi à sa dernière demeure    Le Président Tebboune reçoit le ministre français des Affaires étrangères    Coupe du Monde 2022 (Zone Afrique): tirage au sort favorable pour l'Algérie    Khenchela : nécessité de la prévention pour se prémunir des asphyxies au monoxyde de carbone    Un tournoi de futsal dans la ville de Laâyoune est une "pure décision politique"    Benbouzid: une commission d'inspection à El Oued pour évaluer les services de santé    Vers l'élimination du problème de spéculation sur le prix du lait en sachet    Karim Tabbou maintenu en prison    SUR INSTRUCTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Envoi d'une caravane d'aides humanitaires en Libye    LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE : 43 personnes arrêtées à l'extrême-sud du pays    BISKRA : Démantèlement d'un réseau de faussaires de monnaie    Saisie d'une importante quantité de kif    ACCIDENTS DE LA ROUTE : Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    JSK: Mellal condamné à 6 mois de prison ferme    Une réduction certes, mais la facture toujours aussi lourde    Cinq projets réalisés en 2019    Une quarantaine de walis concernés    Le MSP propose l'intégration du Hirak dans le préambule    Une base de l'ONU ciblée par des terroristes    Le PLD annonce sa participation    Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme    Des dizaines de manifestants blessés en Irak    L'état d'urgence renouvelé pour trois mois    Omari examine avec des représentants des Chambres d'agriculture le dossier des coopératives agricoles    ACTUCULT    Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa    "Il faut un plan pour sauver notre patrimoine culturel"    La Révolution racontée par Sid Ali Abdelhamid    L'UA réitère la position commune de l'Afrique sur le cessez-le-feu en Libye    «Il n'y a pas de plan B, ça sera au Cameroun»    MOB : Préparation perturbée    MC Oran : Un mercato hivernal tristounet    Aïn Témouchent : Réduction drastique du nombre de départs à la retraite    Scène artistique algérienne : Décès de l'artiste Loubna Belkacemi    Salon du livre à Tizi Ouzou : Réconcilier le public avec la lecture    Le sg de l'UGTA Annaba dépasse les bornes, il agresse et chasse les syndicalistes    L'APN examine la levée d'immunité d'un député    Le NCM et le PAC se neutralisent    Le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Le COA demande à la CAF d'éviter «tout acte entravant l'action de l'ONU»    Un court-métrage tourné à Oran sélectionné    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chômeurs de Ouargla : La politique du bras long
Actu Centre : les autres articles
Publié dans El Watan le 03 - 02 - 2011

Les privilégiés toujours sur les premières listes des heureux recrutés.
Ils étaient nombreux, hier, à tenter une introduction chez le wali, des chômeurs ayant un bagage universitaire, rien d'anormal pour un jour de réception dans une administration publique. Il ne se passe plus un jour sans que les chômeurs de Ouargla sortent dans la rue.
Devant l'agence de l'emploi, à l'occasion d'un reportage initié par la station régionale de l'ENTV, devant le siège de la wilaya ou celui de la daïra, ils ne cessent de se rappeler au bon souvenir de l'administration qui n'a rien de concret à leur offrir pour le moment. Ils dénoncent leur éternel chômage dans une wilaya aux potentialités immenses. «Une wilaya qui dort sur le pétrole, des jeunes affamés», «Diplômés ou pas, c'est la même galère». Des chômeurs diplômés, voire surdiplômés, se sont joints à ceux possédant une qualification moyenne, voire inexistante, au mouvement de contestation qui occupe désormais la rue. Et tous ne décolèrent pas.
Détresse, désespoir, peur de l'avenir, exaspération de voir toujours les mêmes passer de l'autre côté de la barrière, et eux d'être toujours du mauvais côté. Les revendications des jeunes Ouarglis sont les mêmes : une restructuration complète du dispositif de recrutement géré par l'ALEM, l'affectation d'un personnel et des dirigeants compétents et plus humains, plus sensibles et respectueux. Le dossier de l'emploi, tel qu'il se profile aujourd'hui à Ouargla, ne laisse pas entrevoir une issue dans un proche délai.
De loin et à froid, la situation peut montrer des facettes positives. Des instances chargées de recevoir et afficher les offres d'emploi ouvrent leurs portes chaque jour.
Les offres ne sont pas des moindres et peuvent théoriquement répondre à la demande locale qui est de 12 000 demandeurs par an, alors que l'offre dépasserait les 18 000 par an, selon les déclarations officielles.La direction de l'Agence locale de l'emploi (ALEM) souligne qu'elle a réussi le pari de faire embaucher de plus en plus de chômeurs de la wilaya de Ouargla, durant les trois dernières années. L'ALEM voit d'un mauvais œil les critiques des chômeurs et leur tendance à refuser systématiquement de travailler dans certaines entreprises.
De leur côté, les jeunes estiment que les postes fortement rémunérés avec des contrats à durée indéterminée bénéficient aux privilégiés et les miettes aux pauvres.
Par privilégiés, ils entendent les enfants des cadres bien placés de Sonatrach qui sont recrutés sur injonction téléphonique et sont les seuls à rentrer par la grande porte lors des soi-disant tests d'embauche organisés pour jeter de la poudre aux yeux.
Au-delà des rapports et de la protestation, que reste-t-il de ce dossier que nous suivons depuis 2004 ?
La détresse humaine et une jeunesse qui se fane en étant adossée aux murs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.