Rappel à l'ordre    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Tébessa: Les devises flambent !    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Equipe nationale: Belmadi met tout le monde sur le même pied d'égalité    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    ASM Oran: Il y a péril en la demeure    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Béchar: Un pilote italien meurt lors du Rallye Touareg    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Médecins et étudiants hier à Alger    Un émissaire de l'ONU exprime son inquiétude face aux manifestations populaires    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Sessions de formation pour 150 apiculteurs    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Bouchareb tente de reprendre la main    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Tournée de Ramtane Lamamra à l'étranger sur fond de crise interne.. Une internationalisation de fait    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pénurie des médicaments tue aussi
Cancer
Publié dans El Watan le 03 - 06 - 2011

En Algérie, les cancéreux meurent tous les jours. De la maladie, mais surtout de la mauvaise gestion et de la négligence des autorités. Le ministère peut toujours nier : sur trente pays qui apparaissent dans un classement de lutte contre le cancer réalisé par l'Organisation mondiale de la santé, concernant quatre pathologies de cancer, l'Algérie figure au dernier rang. Enquête.
Depuis des mois, associations de lutte contre la maladie du cancer et professionnels de la santé lancent un cri de détresse aux pouvoirs publics pour dénoncer la pénurie des médicaments et le dysfonctionnement de la prise en charge thérapeutique des cancéreux. Des ruptures chroniques qui ne cessent de pénaliser malades, médecins et pharmaciens d'officine. Les malades sont quotidiennement confrontés à des difficultés d'accès aux soins en raison de certains médicaments en rupture de stock.
«Certains patients décèdent avant le jour de leur rendez-vous pour les soins, fixé, dans la plupart des cas, des mois après le diagnostic», déplore Samia Gasmi, présidente de l'association Nour Doha. De son côté, le ministère de la Santé, même s'il ne fait pas la sourde oreille, ne fait rien de concret pour que, sur le terrain, notamment en dehors de la capitale, la situation s'améliore réellement. Djamel Ould Abbès, ministre de la Santé, a déclaré récemment que les médicaments anticancer représentaient le tiers de la facture de la Pharmacie centrale des hôpitaux, soit 8,5 milliards de dinars. Alors pourquoi la pénurie persiste-t-elle encore ?
Cinq nouveaux centres prévus
«L'origine du problème vient de la mauvaise gestion et du manque de personnel et de matériel médical, en particulier dans les régions éloignées où même le sérum bicarbonaté (sérum permettant la réhydratation d'un patient, aussi utilisé comme solvant pour de nombreux médicaments, ndlr) se fait rare», indique Samia Gasmi. Depuis 2004, Nour Doha déploie une trentaine de médecins bénévoles à travers le pays, qui se déplacent pour proposer des consultations à titre gratuit. Depuis le début de cette campagne, plus de 3000 consultations ont été réalisées par ce groupe de médecins à travers les villes où sont implantés les locaux de l'association (voir carte). Mais cette alternative, à savoir l'aide fournie par les différentes associations de lutte contre le cancer, demeure insuffisante devant la demande importante de ces malades livrés à eux-mêmes.
S'agissant des structures de prise en charge du cancer, le ministre de la Santé a confirmé l'ouverture de cinq nouveaux centres dans les prochains mois (Sétif, Annaba, Batna, Tlemcen et Sidi Bel Abbès) qui viendront renforcer ceux existants. En attendant, les cancéreux peuvent s'accrocher à l'espoir de trouver les médicaments nécessaires au niveau des centres de soins, tenant compte de la promesse de Djamel Ould Abbès qui a assuré début mai qu'«il n'y aurait pas de pénurie de médicaments cette année».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.