LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pénurie des médicaments tue aussi
Cancer
Publié dans El Watan le 03 - 06 - 2011

En Algérie, les cancéreux meurent tous les jours. De la maladie, mais surtout de la mauvaise gestion et de la négligence des autorités. Le ministère peut toujours nier : sur trente pays qui apparaissent dans un classement de lutte contre le cancer réalisé par l'Organisation mondiale de la santé, concernant quatre pathologies de cancer, l'Algérie figure au dernier rang. Enquête.
Depuis des mois, associations de lutte contre la maladie du cancer et professionnels de la santé lancent un cri de détresse aux pouvoirs publics pour dénoncer la pénurie des médicaments et le dysfonctionnement de la prise en charge thérapeutique des cancéreux. Des ruptures chroniques qui ne cessent de pénaliser malades, médecins et pharmaciens d'officine. Les malades sont quotidiennement confrontés à des difficultés d'accès aux soins en raison de certains médicaments en rupture de stock.
«Certains patients décèdent avant le jour de leur rendez-vous pour les soins, fixé, dans la plupart des cas, des mois après le diagnostic», déplore Samia Gasmi, présidente de l'association Nour Doha. De son côté, le ministère de la Santé, même s'il ne fait pas la sourde oreille, ne fait rien de concret pour que, sur le terrain, notamment en dehors de la capitale, la situation s'améliore réellement. Djamel Ould Abbès, ministre de la Santé, a déclaré récemment que les médicaments anticancer représentaient le tiers de la facture de la Pharmacie centrale des hôpitaux, soit 8,5 milliards de dinars. Alors pourquoi la pénurie persiste-t-elle encore ?
Cinq nouveaux centres prévus
«L'origine du problème vient de la mauvaise gestion et du manque de personnel et de matériel médical, en particulier dans les régions éloignées où même le sérum bicarbonaté (sérum permettant la réhydratation d'un patient, aussi utilisé comme solvant pour de nombreux médicaments, ndlr) se fait rare», indique Samia Gasmi. Depuis 2004, Nour Doha déploie une trentaine de médecins bénévoles à travers le pays, qui se déplacent pour proposer des consultations à titre gratuit. Depuis le début de cette campagne, plus de 3000 consultations ont été réalisées par ce groupe de médecins à travers les villes où sont implantés les locaux de l'association (voir carte). Mais cette alternative, à savoir l'aide fournie par les différentes associations de lutte contre le cancer, demeure insuffisante devant la demande importante de ces malades livrés à eux-mêmes.
S'agissant des structures de prise en charge du cancer, le ministre de la Santé a confirmé l'ouverture de cinq nouveaux centres dans les prochains mois (Sétif, Annaba, Batna, Tlemcen et Sidi Bel Abbès) qui viendront renforcer ceux existants. En attendant, les cancéreux peuvent s'accrocher à l'espoir de trouver les médicaments nécessaires au niveau des centres de soins, tenant compte de la promesse de Djamel Ould Abbès qui a assuré début mai qu'«il n'y aurait pas de pénurie de médicaments cette année».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.