Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du cinéma syrien à l'affiche
Neuvièmes rencontres cinématographiques de Béjaïa
Publié dans El Watan le 16 - 06 - 2011

Fiction inspirée du réel, documentaire et biographie rythmés par l'histoire de la Syrie et la vie politique qui y prévaut.
Voilà ce que la caméra des réalisateurs, Omar Amiralay et Mohamed Malas, a dévoilé ce mardi en matinée et en soirée, aux cinéphiles de Béjaïa, dans le cadre des 9es Rencontres cinématographiques. Les films sont fournis par l'association marseillaise Aflam. Le premier film documentaire, tourné en 1997, Il y a tant de choses encore à raconter est du Libano-Syrien Omar Amiralay, décédé il y a 4 mois. Il part d'un dialogue racontant les péripéties de la vie de l'écrivain et dramaturge syrien, feu Abdallah Ouanouss, et étagées par une chronique alimentée par la guerre israélo- arabe, et par les événements sociaux et politiques qui ont marqué la Syrie.
Deuxième documentaire proposé, Un déluge au pays du Baas, toujours de Omar Amiralay, réalisé en 2003. Une spéculation sur l'espoir de développement et de modernisation de la vie publique suscité par le discours du parti Baas, à travers, entre autres, le barrage de l'Euphrate et les désillusions à l'arrivée. La qualité cinématographique, typicité des comportements et des costumes, plans sombres et dimensionnements en déformé renvoient les désillusions. Un documentaire qui, dirons-nous, est prémonitoire, avec ce qui se passe actuellement dans la région. Passion, de Mohamed Malas, est une histoire réelle. C'est la vie d'une famille d'Alep qui se trouve violemment chamboulée par la passion de Imène pour la chanson. Des suspicions de ses frères à l'emprisonnement du frère Rachid pour ses idées, au caporalisme de l'oncle paternel, seule la compassion du mari procure le refuge.
Sur le thème du lien social
L'affiche de la deuxième journée des 9es Rencontres cinématographiques aura été marquée par un cinéma inspiré d'un réalisme au quotidien, Blague à part. Tourner en Palestine est en soi déjà une véritable gageure. Le faire, avec des personnages au réel, devient alors un pari plus difficile encore à réussir sur l'aspect professionnel. La jeune réalisatrice Vanessa Rousselot n'a pas eu peur du défi. Blague à part se garde de mettre en arrière-plan des treillis ou des images de forte désolation, dit les choses au deuxième degré, mais celles-ci ne sont pas moins politiques. L'angle d'attaque est l'humour, mais le fond est on ne peut plus politiquement vrai, car sous-tendu par le génie populaire avec tout ce qu'il distille comme blagues sur le belligérant israélien. Les habitants d'Hébron, à qui sont prêtées des gaucheries, sont les têtes de massacre attitrées de ces calembours.
Dans le débat qui a suivi la projection, Rousselot, qui a dû se mettre aux cours accélérés d'arabe avant l'écriture du scénario, avoue que la qualité n'a pas été tout de suite au rendez-vous, car la prestance des personnages «n'est pas la même lorsqu'on raconte une blague à son entourage et quand on se retrouve face à une caméra», le comportement émotionnel étant altéré.
Enfin, elle dit avoir posé un regard analytique sur le quotidien des Palestiniens et le film dévoile une réalité loin des clichés idylliques. La soirée a été consacrée au court métrage.
Dans Garagouz, Abdenour Zahzah raconte l'incursion d'un marionnettiste dans une campagne morose avec un plan sur les adultes, dont le recul est contredit par des enfants qui montrent une demande de joie. Le reste des projections est dominé par des thématiques portant sur des oppositions sociales en intérieur et en extérieur (dans les ménages foyers et dans l'espace public). C'est ainsi dans Khouya de Yanis Koussim, On ne mourra pas d'Amel Kateb, Djouû de Djamel Belloucif et Apnée de Mahassine Belgassem.
Dans Album, Shiraz Fradi déroule les paradoxes et les distances qu'engendrent, dans les rapports entre membres d'une famille, certaines interrogations chez les jeunes, principalement les questions de sexualité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.