FC Barcelone : Lionel Messi a une offre de Manchester City    Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le colonel Mohand Oulhadj : au nom du fils
Parution. Si Mohand Saïd raconte Amghar
Publié dans El Watan le 08 - 08 - 2011

Le fils du colonel Mohand Oulhadj vient de publier (fin juillet) une version traduite en langue arabe de son livre témoignage Akli Mohand Saïd raconte Amghar (le colonel Mohand Oulhadj), chef de la Wilaya III historique.
Les Editions Le savoir et l'éditeur ont tiré 5000 exemplaires de cet ouvrage qui porte sur le combat mené pendant la révolution algérienne (1954-1962) par toute la famille du colonel Mohand Oulhadj qui a succédé au colonel Amirouche, tombé au champ d'honneur au lieu-dit Djebel Thameur, le 29 mars 1959, selon une source proche de l'auteur. L'ouvrage est très intéressant dans au moins deux parties : celle où il raconte comment a été gérée la succession dans la Wilaya III après la mort du colonel Amirouche marquée par une minicrise interne et celle où il donne quelques repères sur les combats auxquels il a assistés qui pourraient faire l'objet de recherches plus fournies. La version originale en langue française, tirée à 2700 exemplaires, «est totalement épuisée», selon la même source. Elle avait suscité une polémique en raison d'une erreur pour laquelle l'auteur s'est excusé.
L'ouvrage Akli Mohand Saïd raconte Amghar (le colonel Mohand Oulhadj), traduit par Abdelkader Abdi et Hocine Toumi est développé sur 256 pages. Il est l'œuvre d'un officier de l'Armée de libération nationale (ALN), qui a pris part au combat dans l'ombre de son père comme toute sa famille du village Ath Wizguane.Sa famille n'a jamais quitté la région pendant la révolution, allant d'un refuge à un autre, et donc d'un danger à un autre. L'histoire du combat de cette famille s'est achevée dans la douleur à l'indépendance lorsque l'épouse du colonel Mohand Oulhadj, Habbas Fatma, rendit l'âme le 16 mars 1962, soit à trois jours du cessez-le-feu. Des témoignages, des illustrations en photos, des manuscrits et des documents datant de la guerre de libération enrichissent cet ouvrage qui se veut également un hommage appuyé au chef de la Wilaya III, le colonel Amirouche (1926-1959) qui fut l'un des compagnons de Mohand Oulhadj.
Le livre, qui comprend des témoignages de quelques-unes des figures emblématiques de la région, retrace aussi le parcours des membres de la famille du colonel Mohand Oulhadj, ainsi que la vie et le combat de celui qui a succédé à la tête de la Wilaya III au colonel Amirouche après que celui-ci soit tombé au champ d'honneur.
L'auteur dit avoir écrit cet ouvrage par respect au vœu de son père qui lui a demandé de le faire. «J'ai écrit ce livre à la demande de mon père qui a même insisté avant sa mort pour que j'éclaire notre jeunesse sur l'histoire de son pays.» Akli Mohand Saïd, fils aîné du colonel Mohand Oulhadj, est né le 19 juin 1933 à Bouzeguène, dans la wilaya de Tizi Ouzou. Il intègre, en 1956, l'Armée de libération nationale (ALN). Il a été chef de groupe avant de devenir, en 1957, chef du secteur politico-militaire d'Ath Ghobri. En 1958, en sa nouvelle qualité d'«aspirant politique», il sera affecté par le colonel Amirouche à la Région 4, Zone 3, Wilaya III.
Le 1er novembre 1959, il fut élevé au grade de sous-lieutenant avant d'être nommé chef politico-militaire de la Région 4.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.