2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Plus inquiétant que le ballon, celui qui le lance !    Stations de dessalement : la panacée    Nouvelle réforme des retraites en 2019 ?    Un hybride inédit    Les quarts de finale et demi-finales seront disputés en aller-retour    River triomphe de Boca, finale aseptisée à Madrid    Belgrade, passage obligé pour Paris, Naples et Liverpool    Saisie de 36 240 sachets de tabac à chiquer    La femme de la victime, sa fille et un complice sous mandat de dépôt    Un homme arrêté pour détention illégale d'un fusil de chasse et de munitions    Plaidoyer pour la construction d'un récit historique solide    Quand un observateur fait tomber les masques d'imposture    ACTUCULT    MSP Batna: Satisfaction sur tous les plans    Un pacte self-service    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Très attendue par les écologistes et les amoureux de la nature: Ouverture prochaine de la maison de l'environnement    Un avis d'adjudication sera lancé prochainement: Vers la concession du nouveau marché de véhicules d'El Hamri à un privé    Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Le poids de la crise    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Ouyahia contrarié ?    Le FLN pour une nouvelle sérénité    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    Ghezzal retrouve la compétition    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Animation nocturne à Tizi Ouzou : Concert mémorable de Yasmina
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 11 - 08 - 2011

La chanteuse a interprété des textes qui relatent sa vie et particulièrement ses déceptions sentimentales. «Ce que je vous chante est inspiré de ma propre histoire», dit-elle. Elle a rendu également hommage à Hamidouche, Hamid Abjaoui, Salah Sadaoui, Youcef Abdjaoui,
Brahim Izri, Aït Meslayen, Zohra et Matoub Lounès, entre autres.
La chanteuse kabyle, Yasmina, a donné un spectacle, samedi, à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. Elle a interprété des chansons pleines d'émotion, car elle est revenue, tout au long du spectacle, sur sa vie, qui, dit-elle, a été marquée par beaucoup de galères et de durs et pénibles moments. «Je ne suis pas souvent à Tizi Ouzou, mais il y a quand même le mois de carême comme occasion pour renouer avec mon public. Aujourd'hui, tout en chantant, je vais vous raconter ma vie», lance-t-elle à l'adresse d'une assistance venue nombreuse.
D'ailleurs, juste après la rupture du jeûne, les fans de Yasmina ont commencé à affluer vers la grande salle de la maison de la culture qui s'est avérée trop exiguë pour contenir la foule. La chanteuse enchaîne avec des mélodies qui relatent beaucoup plus ses déceptions sentimentales. «Ce que je vous chante est inspiré de ma propre histoire», ajoute-t-elle au public qui répliquait par un tonnerre d'applaudissements. Puis, elle interprète El Kadhi (Le juge). La salle s'enflamme et tout le monde se met à danser sous les airs envoutants des mélodies de l'artiste, qui, entre deux chansons, déclame un poème relatant sa vie.
Textes autobiographiques
«J'ai écrit des paroles avant mon divorce au village. J'ai quitté mon premier foyer, laissant mes enfants pour entamer une vie pleine de souffrances qui m'ont poussée, d'ailleurs, à la chanson», enchaîne-t-elle, et ce, avant de passer à la chanson Awidak Iyikhedâane (Ceux qui m'ont trahie).Elle a également rendu hommage à tous les chanteurs qu'elle a côtoyés et connus, notamment en France, à l'exemple de Hamidouche, Hamid Abjaoui, Salah Sadaoui, Youcef Abdjaoui, Brahim Izri, Aït Meslayen, Zohra et Matoub Lounès.
«Quand je suis arrivée en France, en 1987, j'ai cherché aussi sur l'histoire de H'Nifa et Slimane Azem», dit-elle. Yasmina a fait voyager ensuite le public avec ses chansons rythmées mais à la fois sentimentales comme Ardjouyi à Laâmar et Iruh Win Hevegh inough et Yema Thaâzizthiw. Elle a fait rappeler son enfance, des souvenirs aussi émouvants qui ont donné des frissons à l'assistance.
Par ailleurs, en marge de son spectacle, Yasmina a déclaré qu'elle prépare un nouvel album qui comportera de nouvelles sonorités avec des instruments notoires connus dans le milieu artistique. Les sujets abordés dans ce nouvel opus ont trait, selon elle, au phénomène des harraga, au printemps noir, comme elle a également réservé une pensée particulière aux victimes de la démocratie et de la liberté.
«On est à la phase de mixage. Pour la sortie de mon nouvel album, je n'ai même pas encore cherché d'éditeur. Celui qui est intéressé qu'il se manifeste et il sera le bienvenu», précise-t-elle, avant d'ajouter : «On m'a promis une tournée nationale, mais pour l'instant, rien n'est fait. Je l'attends toujours, car il faut bien savoir qu'il y a beaucoup de gens qui aiment écouter Yasmina même en dehors de la Kabylie.» Par ailleurs, notons que durant la même soirée, on a assisté également à des productions du chanteur Moh Tarki qui a ouvert le bal de ce gala couronné en apothéose par Yasmina qui a subjugué le public jusqu'à une heure tardive.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.