«Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Un homme au cœur du système de rapine    Joe Biden expose une carte où le Sahara Occidental apparaît distinct du Maroc    Ould Salek : «le Maroc fait chanter des pays pour les amener à s'aligner sur la décision de Trump»    Amir Sayoud file en Arabie Saoudite    12e journée : Résultats décevants pour les Algériens    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    Les sapeurs-pompiers, un rempart contre les feux de forêt    Les élections locales en novembre    Les divas orientales à l'honneur    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    Nous assistons à une dégradation des habitats côtiers et une baisse de la biodiversité    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Comment jouer avec la vie    Commission d'éthique de la FIFA : Issa Hayatou suspendu un an pour absence de «loyauté»    Le comédien Saïd Hilmi tire sa révérence    Enseignements tunisiens    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Les élections locales en novembre    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Abominable Delta    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    La JSK a la tête en coupe de la Ligue    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Fin du cinquième stage    La scène artistique kabyle en deuil    Les poèmes de Mohamed Benhanafi enfin édités    «Le Seigneur des Anneaux» diffusé en septembre 2022    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La surpêche entraînerait la prolifération des méduses
Planète : les autres articles
Publié dans El Watan le 02 - 09 - 2011

C'est ce que vient de publier, le 25 août, le rapport d'un collectif d'associations de pêche, Océan 2012, assurant que les scientifiques, qui ont étudié durant 10 ans les causes et conséquences des pullulations de méduses, expliquent l'arrivée de ces animaux marins sur les plages à tout moment par différents facteurs.
D'après Océan 2012, si le changement climatique est l'un des principaux mis en cause, certains chercheurs ont montré «que la surpêche permet aux populations de méduses de croître de manière exponentielle. L'élimination des prédateurs des fonds marins peuvent donner un avantage aux méduses par rapport aux poissons». Depuis une vingtaine d'années, les côtes algériennes sont cycliquement envahies par d'immenses bancs de méduses, certaines d'une taille peu commune. Il n'y a pas une année où on n'a pas eu à s'alarmer, surtout les pêcheurs, de ces nappes rougeâtres qui flottent en direction du rivage. Celles de la Méditerranée sont peu dangereuses, même si leur simple vue déclenche des haut-le-cœur. Cependant, certaines espèces des océans Indien et Pacifique sont beaucoup plus toxiques, pouvant aller jusqu'à provoquer des décès par choc allergique. Ce qui est extrêmes rare.
Pour les pêcheurs, les dégâts sont plus importants. Les méduses s'empêtrent dans les filets et les brisent sous leur poids. Elles piquent les poissons, marquant leur chair et les rendant invendables. De toute évidence, la prolifération des méduses est liée aux activités humaines. Le réchauffement climatique, qui élève la température moyenne des eaux de mer, augmente également le taux de survie de la méduse pélagique ou méduse mauve (Pelagina noctiluca) de la Méditerranée. Ce qui lui donne un avantage certain sur les autres espèces de poissons, de crustacés et de mollusques. L'augmentation du CO2 atmosphérique entraîne lui une acidification des eaux de mer qui fragilise les coquilles de mollusques.
Mais, selon les scientifiques, c'est peu significatif devant la surpêche qui entrave la reconstitution des populations des prédateurs des méduses, comme l'espadon, la tortue de Méditerranée, la caouane, ou le thon rouge risquant l'extinction. La surpêche des poissons plus petits qui se nourrissent de planctons, donc concurrents des méduses, favorisent également le développement exponentiel des méduses. Pour les écologistes, la prolifération des méduses est le signe d'un profond déséquilibre écologique global qui n'a pas fini de faire parler d'elle et pas seulement par les baigneurs d'un bref été de vacances.
Pour plus d'info : http://www.lepecheurresponsable.com/ocean-2012.html


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.