Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La surpêche entraînerait la prolifération des méduses
Planète : les autres articles
Publié dans El Watan le 02 - 09 - 2011

C'est ce que vient de publier, le 25 août, le rapport d'un collectif d'associations de pêche, Océan 2012, assurant que les scientifiques, qui ont étudié durant 10 ans les causes et conséquences des pullulations de méduses, expliquent l'arrivée de ces animaux marins sur les plages à tout moment par différents facteurs.
D'après Océan 2012, si le changement climatique est l'un des principaux mis en cause, certains chercheurs ont montré «que la surpêche permet aux populations de méduses de croître de manière exponentielle. L'élimination des prédateurs des fonds marins peuvent donner un avantage aux méduses par rapport aux poissons». Depuis une vingtaine d'années, les côtes algériennes sont cycliquement envahies par d'immenses bancs de méduses, certaines d'une taille peu commune. Il n'y a pas une année où on n'a pas eu à s'alarmer, surtout les pêcheurs, de ces nappes rougeâtres qui flottent en direction du rivage. Celles de la Méditerranée sont peu dangereuses, même si leur simple vue déclenche des haut-le-cœur. Cependant, certaines espèces des océans Indien et Pacifique sont beaucoup plus toxiques, pouvant aller jusqu'à provoquer des décès par choc allergique. Ce qui est extrêmes rare.
Pour les pêcheurs, les dégâts sont plus importants. Les méduses s'empêtrent dans les filets et les brisent sous leur poids. Elles piquent les poissons, marquant leur chair et les rendant invendables. De toute évidence, la prolifération des méduses est liée aux activités humaines. Le réchauffement climatique, qui élève la température moyenne des eaux de mer, augmente également le taux de survie de la méduse pélagique ou méduse mauve (Pelagina noctiluca) de la Méditerranée. Ce qui lui donne un avantage certain sur les autres espèces de poissons, de crustacés et de mollusques. L'augmentation du CO2 atmosphérique entraîne lui une acidification des eaux de mer qui fragilise les coquilles de mollusques.
Mais, selon les scientifiques, c'est peu significatif devant la surpêche qui entrave la reconstitution des populations des prédateurs des méduses, comme l'espadon, la tortue de Méditerranée, la caouane, ou le thon rouge risquant l'extinction. La surpêche des poissons plus petits qui se nourrissent de planctons, donc concurrents des méduses, favorisent également le développement exponentiel des méduses. Pour les écologistes, la prolifération des méduses est le signe d'un profond déséquilibre écologique global qui n'a pas fini de faire parler d'elle et pas seulement par les baigneurs d'un bref été de vacances.
Pour plus d'info : http://www.lepecheurresponsable.com/ocean-2012.html


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.