La déclaration de politique générale du gouvernement n'est pas programmée : Une autre violation de la Constitution !    Les Rouge et Noir éliminés à Khartoum    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Le FLN part en favori    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    La revanche des riches    Défaitisme    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Si Biskra m'était contée …
Mohamed Balhi dédicace son livre au SILA
Publié dans El Watan le 29 - 09 - 2011

Biskra adorée, Biskra magnifiée, Biskra honorée. Biskra miroir du désert, reine des Zibans, a fait l'objet d'un très bel ouvrage abondamment illustré par des photos d'époque et de chroniques richement argumentées, réalisé par Mohamed Balhi, ancien grand reporter et «passioné de patrimoine architectural et de peinture universelle», comme écrit au dos de la couverture de ce luxueux livre de 244 pages sorti récemment aux éditions Anep.
Natif de Biskra, Balhi est, sans doute, l'auteur le plus indiqué pour parler de sa ville avec émotion et beaucoup de tendresse. Ce voyage dans l'espace et dans le temps nous fait rêver, comme il a inspiré d'illustres personnages qui ont fait de Biskra un passage obligé, un lieu pour se retremper dans les mystères du désert, dans sa luxuriante palmeraie, qui donne les meilleures dattes du monde, sans titiller votre ego national. Balhi, qui dédicace son livre dans l'enceinte du 16e Salon international du livre d'Alger, nous retrace les grandes étapes de cette cité où Ibn Khaldoun a séjourné chez les Beni Romman, où d'autres grands penseurs, comme André Gide, le peintre Matisse, le comte de Condou et son jardin, Bela Bartok, le célèbre musicien et bien d'autres, y ont fait leur voyage non pas exotique, mais presque mystique, qui se reflète clairement dans leurs œuvres.Balhi ne se limite pas à louer les mérites de son patelin par chauvinisme étroit, mais il lance des passerelles pour que Biskra l'oubliée redevienne une destination touristique et une source d'inspiration pour d'augustes personnages qui ont tant chanté la Reine des oasis…Biskra, moiroir du désert, un livre à préserver jalousement dans les bibliothèques …

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.