Comment dit-on «t'zaguett» en espagnol ?    La démission de Sahli de l'APN toujours d'actualité    La marche des libertés violemment réprimée    5e édition du Salon international de la sous-traitance    Appel pour un fonds pour le développement de l'Afrique    L'armée reprend le contrôle sur l'ensemble de la province de Soueida    Le groupe Renault dans l'expectative    Le Sportage à l'honneur    Le dossier sur les bureaux de la CNRL    Les «Rouge et Noir» en conquérants    La déroute des Canaris «L'efficacité nous a fait défaut»    Le nombre d'accidents en baisse    Des essais d'armes chimiques français au Sahara algérien ?    Le progrès informatique au service des arts et lettres    La générale de la pièce Istirahat El mouharidjine début décembre    22 novembre 1999 : assassinat de Abdelkader Hachani, un homme de dialogue    Tizi Ouzou : 55% des foyers ont accès à l'internet    600 associations se partagent 20 milliards    Football - Ligue 1: Match à six points à Sidi Bel-Abbès, la JSK en appel à Bordj    Guitouni: Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars d'ici 2022    Relizane: Plus de 32.000 pétards saisis    Centres de vacances, le boulodrome, des locaux commerciaux...: Des directives pour récupérer les biens communaux squattés à Aïn El Turck    Les Falaises: Deux blessés graves après une chute de plus de 40 mètres    Belgique: Le front «El-Moustakbel» en Vip politique    Israël en plein doute sur son invincibilité militaire    37.000 migrants nigériens rapatriés en 4 ans: L'Algérie dénonce les pressions internationales    Hamma Bouziane: Des logements pour les enfants des deux victimes des inondations    Mahrez dans l'équipe type de la 5e journée    Les locaux contribuent au succès de Lomé    Des tourments de l'Histoire ravivés par le Brexit    Le "Onze" gagnant de Belmadi    La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte efficace    Violation des arrêts de la CJUE : La communauté internationale et l'UE interpellées    Le ministère du Commerce saisit la justice    Le terroriste abattu à Mila, identifié    Le wali Ben Touati en visite à Medroussa    L'association nationale des éleveurs d'ovins est née    La DGSN tarde à exaucer le vœu des citoyens    Education : Mme Benghabrit satisfaite de l'intérêt porté aux questions pédagogiques    Ouyahia bientôt face aux députés    11 cadres de Djezzy décrochent leurs M.B.A international à l'université Paris1 Sorbonne    Djezzy lance une promotion HAAARBA et offre 75 Go pour seulement 1500 DA    Le P-dg fait des révèlations    L'épure comme démarche artistique    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Un art majeur comme mode d'expression    Deux Algériens lauréats    Opération menée par l'ANP entre Constantine et Mila: Quatre terroristes abattus et un militaire tué    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ainsi commença la terreur...
LA MORT DE L'ENTOMOLOGISTE DE MOHAMED BALHI
Publié dans L'Expression le 22 - 12 - 2007

Ici est dénoncée la violence des années qui vont suivre et faire basculer l'Algérie dans le noir.
Cela n'aurait pu être qu'un simple roman policier, insipide, sans saveur ni couleur, or voilà, La mort de l'entomologiste que vient de signer Mohamed Balhi aux éditions Barzakh est un roman délicieux qui se laisse lire avec délectation.
Sans trop de rebondissements. Cela débute par la découverte d'un cadavre dans une ferme de la Mitidja.
Il s'agit d'un entomologiste qui travaillait chez Malek, agriculteur, et Fatima sa femme, une artiste peintre de talent qui prend souvent comme modèle son amie l'interprète et récemment sa fille, la belle Mouna, étudiante en médecine.
Leur vie jusque-là tranquille, va basculer dans l'horreur. Ainsi démarre ce roman qui, au fur et à mesure qu'il progresse, nous fait plonger dans une Algérie en proie aux métamorphoses insidieuses qui vont finir par polluer le village et contaminer le reste du pays en le tirant vers le chaos. Ici est dénoncée la violence des années qui vont suivre.
Les signes avant-coureurs ou symptomatiques sont bel et bien là. Un prédicateur véreux prêche le mal et pourfende l'artiste dans ce qu'elle a de plus intime: sa vie de famille et sa liberté de création.
L'impuissance de l'adjudant- chef à déceler le mystère de cette affaire traduit tout ce malaise et l'incapacité de l'Etat à résoudre ou venir à bout des escroqueries de tout genre. L'écriture de Mohamed Balhi alterne entre violence et douce mondanité, c'est ce qui rend ce roman encore plus attachant.
Les personnages de ce roman n'en finissent pas de se croiser, de se séduire, avec du suspense au bout du parcours.
L'écriture imagée donne de la consistance aux personnages qui, entre angoisse et mé-saventure, trouvent le temps de déguster un très bon poisson dans un restaurant chic ou organiser un vernissage dans une grande villa mauresque.
Réaliste à plus d'un titre, ce roman l'est davantage lorsqu'il dénonce, dans son sillage, toute la corruption des magnats du pouvoir qui gangrènent le pays. Du vol du sable au niveau des plages jusqu'au trafic de tableaux, à l'aide de ce critique d'art un peu caricatural...
Une radioscopie de l'Algérie des années 1990...La description de la vie de ce couple est bien transmise. D'autres personnages gravitent ainsi autour de ce couple-héros, nous dévoilant les états d'âme des uns et des autres. La déliquescence et l'autocensure pour préserver des intérêts est monnaie courante chez certains patrons de presse.
C'est une autre facette de l'anarchie sociale que dénonce l'auteur dans La mort de l'entomologiste. Entre enquête et menace, le roman finit peut-être par cette note d'audace -d'espoir?- venant de ce critique d'art qui, malgré toutes les embûches, écrit à la dernière page du roman: «J'irais jusqu'au bout dans l'enquête sur le sarcophage en albâtre!». Né en 1951, à Biskra, Mohamed Balhi est sociologue de formation.
Ceci expliquerait probablement cela. Il a été journaliste et grand reporter.
Il est l'auteur de Chroniques infernales, Algérie 1990-1995 (Marinoor,1998) et d'un essai Tibhirine, l'enlèvement des moines (Dar El Farabi, Beyrouth,2002).
Entre résistance et combat, le roman parvient à souligner ce qu'était la Mitidja bien avant de sombrer...Un roman fort à lire absolument.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.