Réveil de la classe politique    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    3,5 sur l'échelle ouverte de Richter    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Michelle Bachelet séduit le Chili
Le grand virage à gauche de l'Amérique du Sud
Publié dans El Watan le 17 - 01 - 2006

La tendance cette fois se confirme : l'Amérique du Sud bascule lentement mais sûrement à gauche. Pas celle d'il y a 30 ans, mais une autre plus pragmatique et réaliste, mais tout aussi humaniste.
Avec Cuba depuis 1960, et le Venezuela puis le Brésil et la Bolivie, c'est cette fois le Chili qui poursuit la voie socialiste ou tout simplement de gauche avec l'élection de Mme Michelle Bachelet - une première pour ce sous-continent-, une socialiste qui se revendique de l'héritage de Salvador Allende, premier président chilien de gauche élu, et assassiné par les militaires menés par le général Augusto Pinochet, un coup d'Etat qui n'aurait pu avoir lieu sans de puissants soutiens extérieurs. Une page sombre de l'histoire de ce pays qui ne s'est jamais refermée, puisque des hommes et des femmes entendent rétablir la vérité, et dire enfin qui est coupable de quoi. Comme prévu, la candidate du centre-gauche Michelle Bachelet a remporté l'élection présidentielle dimanche au Chili. Mme Bachelet a obtenu 53,49% des voix et son adversaire de droite Sebastian Pinera 46,5%. Signe particulier de cette élection, elle a battu l'entrepreneur milliardaire dans toutes les régions du pays, sauf l'Araucania (Sud). Le président sortant, le socialiste Ricardo Lagos, a félicité sa dauphine, estimant que sa « tâche sera difficile » et lui promettant tout son appui. « Tes capacités nous permettront d'avoir un grand gouvernement, une grande femme présidente », a-t-il déclaré. Mme Bachelet a obtenu un meilleur score que M. Lagos en 1999 face à l'ultra-conservateur Joaquin Lavin (51,3% contre 48,7%). Elle a évoqué la mémoire de son père, mort sous la dictature, en promettant une nouvelle étape de la vie politique chilienne comme « présidente des citoyens ». « C'est historique car c'est la première fois en Amérique du Sud qu'une femme est élue présidente au suffrage populaire », a souligné le chef de son équipe de campagne, le socialiste Sergio Bitar. Pendant que les ténors de la Concertation démocratique, coalition de chrétiens-démocrates et socialistes au pouvoir depuis 16 ans, célébraient sa victoire devant les caméras de télévision, Alameda, l'avenue principale de Santiago, se remplissait de manifestants et automobilistes exprimant leur joie à grands coups de klaxon. Sebastian Pinera a reconnu sa défaite et félicité Mme Bachelet, symbole de la « lutte de millions de femmes pour parvenir à la place qui leur revient ». Le chef de file du parti de droite modérée Rénovation nationale a été pénalisé par un mauvais report des voix des ultra-conservateurs nostalgiques de l'ère Pinochet de l'Union démocrate indépendante (UDI). Mais il a remercié ce parti de sa « loyauté » et a promis que leur Alliance pour le Chili mènerait « une opposition constructive » à Mme Bachelet. Cette dernière succédera le 11 mars pour un mandat de quatre ans à M. Lagos, son mentor et l'un des présidents les plus populaires qu'ait connus le Chili. Soledad Alvear, ex-candidate démocrate-chrétienne à la présidence, qui s'était retirée de la course au profit de Mme Bachelet en 2004, pense qu'elle choisira « les meilleurs hommes et femmes pour former son gouvernement ». La peu conventionnelle « Michelle », agnostique dans un pays majoritairement catholique, mère célibataire qui a élevé seule trois enfants de deux pères différents, a annoncé dimanche qu'elle formerait un « gouvernement paritaire », composé pour moitié de femmes. Cette pédiatre de profession, fille d'un général d'aviation mort torturé par ses pairs peu après le coup d'Etat d'Augusto Pinochet, torturée elle aussi et exilée, symbolise la réconciliation du pays avec son passé. Elle a évoqué avec émotion la mémoire de son père dimanche dernier, rappelant avoir hérité de lui sa « vocation de service public ». Comme ministre de la Défense - première femme en Amérique latine - entre 2002 et 2004, elle avait su rapprocher la société civile de l'armée, ce qui lui a valu sa très grande popularité. La victoire de Mme Bachelet consolide l'orientation « progressiste » du continent latino-américain, mais elle est idéologiquement plus proche du président brésilien Lula que de l'Indien aymara Evo Morales élu récemment en Bolivie ou du président vénézuélien Hugo Chavez. Le programme de Mme Bachelet prévoit une poursuite de l'ouverture aux investissements étrangers et la signature de traités de libre-échange, qui ont permis une croissance économique de 6% par an et le recul du chômage à 8%. Elle s'est engagée dimanche dernier à mettre l'accent sur le « social », en améliorant système des retraites et éducation publique et en réduisant la pauvreté qui frappe encore 18% des 15,5 millions de Chiliens. Tout un programme que beaucoup auraient aimé étendre à l'ensemble du sous-continent qui fait actuellement aux ravages du libéralisme.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.