Les électeurs des zones éparses de Bordj Badji Mokhtar accomplissent leur devoir    La marche des étudiants réprimée à Sidi Bel Abbès    Toutes les dispositions organisationnelle et sécuritaires prises pour le bon déroulement du scrutin    La dette fiscale hors amendes judiciaires dépassait les 3.600 milliards de DA à la fin 2016    Nouvelle-Zéllande: manifestation à Christchurch contre le pillage du phosphate en provenance du Sahara occidental    La Cour des comptes a produit 936 rapports de contrôle en 2017    Coupe d'Algérie de Football : la FAF arrête le calendrier jusqu'aux demi-finales    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    Interdiction des appareils énergivores    Le montant global des salaires impayés aux joueurs estimé à 69,8 milliards    Fin de saison pour Youcef Atal    La Fifa veut «clarifier les conséquences»    La FAF reporte tous les matches à cause du scrutin présidentiel    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    11 Décembre 1960, Belcourt, allume le feu de la liberté    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Les jeunes Algériens se méfient des partis islamistes    APN : adoption des projets de lois relatifs à la Recherche scientifique et aux Radiocommunications    Mobilisation sur fond de grève générale à Béjaïa    Nâama : démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de 510 kg de kif traité    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    Affaire de montage automobile : Ouyahia et Sellal condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    JSK-MCO (16H) au stade du 1er Novembre : El Hamri en quête d'un exploit à Tizi Ouzou    L'alliance gagnante entre l'OPEP et la Russie    Mobilis : attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    MC Alger: Le Doyen victime de conflits d'intérêts    Vols en provenance et à destination de la France: Air Algérie annonce de nouvelles perturbations    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    Axe Aïn El Turck-Bousfer: Un mort et trois blessés graves dans un accident    Les enseignants du primaire partagés: Entre gel momentané et poursuite de la grève    Elections présidentielles – proposition    «Les Algériens vont voter pour l'Algérie»    Sur le plan économique, une prestation très moyenne, loin des véritables enjeux    L'Europe dénonce des tirs continus de missiles balistiques    Sit-in de soutien à la présidentielle et à l'Institution militaire    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    En prévision de l'hiver : Une production des bonbonnes de gaz butane dépassant la demande à Oran    France : Retraite, "la convergence des luttes" Gilets jaunes-syndicats met Macron "sous pression"    Elections présidentielle et législatives en Namibie : Un pouvoir contesté    Rwanda : L'opposante Victoire Ingabire empêchée de sortir du pays    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amara Benyounès à Boumerdès
« L'Algérie a encore besoin de Bouteflika »
Publié dans El Watan le 21 - 01 - 2006

Lors d'une conférence animée jeudi dernier à la maison de jeunes Senani Saïd de Boumerdès, Amara Benyounès, le secrétaire général de l'Union pour la démocratie et la république (UDR), un parti non encore agréé, a fait « le tour des événements majeurs qui ont marqué la scène politique nationale durant l'année écoulée ».
Aussi a-t-il livré à l'assistance, formée de quelques dizaines de militants, sa lecture et son appréciation de la charte pour la paix et la réconciliation nationale, la maladie du chef de l'Etat, les élections partielles de novembre 2005 et les convulsions qui agitent la société. M. Benyounès a dénoncé « le flou et le manque de communication qui ont entouré l'hospitalisation de M. Bouteflika », mais aussi « les folles rumeurs qui ont suivi sa convalescence relayées par les journaux qui ont collé au président toutes les maladies imaginables ». « A l'UDR, nous lui avons souhaité un prompt rétablissement et nous continuons à le soutenir, car nous sommes convaincus que l'Algérie a besoin de lui pour quelques années encore », a-t-il ajouté. Est-ce un écho aux dernières déclarations de M. Belkhadem qui s'est dit favorable à un troisième mandat pour M. Bouteflika ? Sur sa lancée, fustigeant « certaines personnalités politiques en mal d'inspiration », allusion faite à Saïd Sadi qui, dans sa dernière sortie médiatique, a déclaré que le régime est déjà dans l'après- Bouteflika, il dira que trois parties seulement peuvent parler de cela : Dieu, le Président et le peuple. Abordant la charte pour la paix et la réconciliation nationale, l'ex-ministre du RCD s'est dit engagé « pour la réhabilitation des gens lésés pendant la crise et la répression des coupables ». Aussi réitérera-t-il l'interdiction totale faite aux responsables du Fis dissous d'exercer la politique. Il fustigera « l'ex-émir de l'AIS qui s'est permis une sortie médiatique pour reconnaître qu'il a assassiné des Algériens innocents ». « S'il raconte comment il a lui-même égorgé un jeune soldat de l'ANP, c'est qu'il a du sang sur les mains. Par conséquent, il ne doit pas bénéficier des mesures de clémence accordées à ceux qui se repentent réellement. Il est inquiétant que la justice ne l'interpelle pas en tant qu'ex-responsable du parti de Abassi Madani, officiellement interdit de toute activité politique. Pis, ce chef terroriste déclare ne rien regretter et qu'il demeure toujours le chef de l'armée islamique du salut (AIS), donc prêt à rebondir à tout moment », a-t-il dit. Des élections locales de Kabylie de novembre 2005, M. Benyounès tire « une seule conclusion : c'est la seule fois où les Kabyles ont boycotté les partis classiques de Kabylie ». Se réjouissant de cette « défaite du RCD et du FFS », le SG de l'UDR estime que tous les partis qui ont pris part à ces joutes ont perdu. « Lors de la campagne électorale, le RCD et le FFS ont axé leur discours sur la réhabilitation du politique et ont déclaré qu'ils ne s'allieront jamais avec le FLN et le RND, mais voilà que, dans toutes les assemblées, on assiste au contraire. »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.