Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Blida en bref    24 heures    Présidence tournante en Union européenne: La Roumanie veut une Europe de cohésion    Isolation thermique des bâtiments: La solution «Airium» de LafargeHolcim validée    L'opposition piégée ?    EN - En prévision de la CAN-2019: Belmadi dégrossit la liste élargie de 45 joueurs    MC Oran - Réunion demain avec Hyproc: Est-ce la fin du suspense ?    JS Kabylie 21: L'équilibre enfin retrouvé    Fin du suspense mais un emballement politique relatif    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Un taux de plus de 56% selon l'Intersyndicale: Suivi mitigé de la grève dans l'Education    Un phénomène inquiétant selon le conseil de l'ordre: L'exode des médecins algériens vers l'étranger s'accélère    Notre photographe Benhalima porté disparu en mer    Le rêve et la chaloupe    Guerre commerciale : Les USA veulent des contrôles réguliers du commerce chinois    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    L'économie administrée est en échec    Coupe d'Algérie (8es de finale) : ESS-USMA et NAHD-MCA éclipsent tout    Le TP Mazembe se souviendra du pont suspendu de Constantine    Qualification méritée pour les «Sang et Or»    Victoire de Ouarghi de l'OFAC    Italie: Déception et colère après la sanction maintenue contre Koulibaly    Bourses : Wall Street se réjouit de la montée en flèche des actions des compagnies américaines    Transfert des eaux de Beni-Ounif vers cinq communes (Bechar) : Le projet hydraulique sera réceptionné et mis en service en avril prochain    Ouverture des travaux des Assises nationales du tourisme à Alger : Tout pour valoriser l'image de l'Algérie    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Renault : Une semaine décisive pour l'après-Ghosn    En attendant les 1ères Assises nationales sur l'économie circulaire : Le volume des déchets en Algérie peut créer 100 000 postes d'emploi    Madagascar : Andry Rajoelina s'engage à rattraper dans cinq ans le retard du développement du pays    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Cinq partis politiques et six personnalités procèdent au retrait des formulaires de candidature    Bedoui lance le débat    Raids aériens massifs de la Coalition arabe contre les Houthis    Y a-t-il un lien avec l'affaire el-Bouchi ?    Un instituteur devant la justice à Sétif    GMI livre 50 bus scolaires Au profitdes collectivités locales    «L'Algérie signifie clairement qu'elle se construit dans la démocratie»    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    Un assortiment de poèmes déclamés en ouverture de la manifestation    ACCORD MAROC-UE: Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    La démarche prudente de Ali Benflis    L'épopée d'un roi bâtisseur    Plusieurs réserves levées    Création prochaine d'un orchestre amazigh    Fatima Rachedi lauréate du concours national    "Nous avons d'autres hémorragies, comme la fuite des cerveaux"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maîtrise de la langue et de la culture françaises impérative
Nationalité, droit au séjour, regroupement familial
Publié dans El Watan le 10 - 01 - 2012

Que ce soit pour l'acquisition de la nationalité, renouveler son séjour ou faire un regroupement familial, les «valeurs de l'histoire française et de la République» devront être maîtrisées, ainsi que la langue française.
Lyon
De notre correspondant
Il sera désormais plus difficile d'acquérir la nationalité française si le niveau de français du postulant est insuffisant. Jusqu'à présent, l'évaluation du niveau de connaissance du français du demandeur s'effectuait au cours d'un entretien avec un agent de la préfecture lors du dépôt du dossier. La loi en vigueur, depuis le 1er janvier 2012, durcit le processus.
Les personnes qui souhaitent acquérir la nationalité par naturalisation, réintégration ou déclaration à raison du mariage doivent pour cela fournir un diplôme ou une attestation délivrée par un organisme auquel le label «Français langue d'intégration» a été délivré. Les prétendants devront ainsi justifier d'un niveau de maîtrise du français équivalent à celui d'un élève de classe de 3e des collèges (que tous les Français n'ont pas !).
Cela signifie être «apte à écouter, prendre part à une conversation et à s'exprimer oralement en continu». Ceci est vérifié à la suite d'un test oral de 45 minutes, qui comprend des exercices de compréhension de base. Le candidat doit répondre à 90 questions. D'autre part, le nouveau Français devra signer une «Charte des droits et devoirs du citoyen français». Aux termes de la loi, la personne naturalisée devra connaître (et donc avoir appris) des notions «de l'histoire, de la culture et de la société française». Les modalités d'application seront fixées par décret en Conseil d'Etat. Il s'agit de démontrer son «adhésion aux principes et aux valeurs essentiels de la République».
D'autre part, «lors de son acquisition de la nationalité française par décision de l'autorité publique ou par déclaration, l'intéressé indique à l'autorité compétente la ou les nationalités qu'il possède déjà, la ou les nationalités qu'il conserve en plus de la nationalité française, ainsi que la ou les nationalités auxquelles il entend renoncer». Des alinéas de cette loi concernent les étrangers en demande de renouvellement de la carte de séjour. Pour eux, le contrat d'accueil et d'intégration stipule que l'autorité administrative peut tenir compte «du non-respect, manifesté par une volonté caractérisée, par l'étranger des stipulations du contrat d'accueil et d'intégration s'agissant des valeurs fondamentales de la République, de l'assiduité de l'étranger et du sérieux de sa participation aux formations civiques et linguistiques, à la réalisation de son bilan de compétences professionnelles et, le cas échéant, à la session d'information sur la vie en France».
Enfin, ces règles sont aussi applicables au ressortissant étranger âgé de plus de seize ans et de moins de soixante-cinq ans ou au conjoint de Français qui sollicite le regroupement familial. Ils bénéficieront dans leur pays de résidence d'une évaluation de leur degré de connaissance de la langue et des valeurs de la République.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.