«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grandeur et décadence des «janviéristes»
Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 11 - 01 - 2012

Ils n'ont pas été scrupuleux avec la légalité, n'ont pas fait dans la dentelle durant la «sale guerre» de la décennie 1990 et pourtant grâce à eux, l'Algérie a évité de sombrer dans le chaos de l'intégrisme. Ce sont les «janviéristes, ces généraux et autres officiers supérieurs qui ont décidé en janvier 1991 d'interrompre le processus électoral qui a vu le FIS l'emporter au premier tour. Toutes ces vingt dernières années, ils ont été au cœur d'une dure polémique sur la signification et la portée de leur geste. Réconciliateurs ou anti-éradicateurs, leurs détracteurs les accusèrent d'avoir commis un «coup d'Etat» et de s'être rendus coupables de la disparition de nombre de citoyens durant les opérations sur le terrain. Mais les «janviéristes» ont aussi bénéficié du soutien et de la sympathie de pans entiers de la société politique et civile qui rappelèrent volontiers qu'Hitler est arrivé au pouvoir par les urnes et que toute montée au pouvoir de la mouvance FIS à la tête du pays signifiait la fin des acquis républicains et démocratiques engrangés depuis l'indépendance. Pire, l'Algérie aurait subi le sort de l'Afghanistan ou de la Somalie ravagés par une guerre civile sans fin.
L'histoire a fini par donner raison à ces derniers. Les années 1990 furent une épreuve épouvantable par le nombre de morts, de blessés et de traumatismes psychiques. La sauvagerie des groupes armés a été sans pareil, car il leur fallait détruire l'Etat et en même temps dompter la société algérienne par la terreur. Le GIA, l'AIS, le GSPC puis AQMI, sur le tard, affichèrent volontiers leur intention de «purifier» l'Algérie, c'est-à-dire de la débarrasser de tout ce qui n'était pas conforme à leur doctrine, une sorte de salafisme teinté de charlatanisme d'émirs incultes, une vision totalement éloignée du vrai islam et des valeurs culturelles séculaires de la population. Plusieurs Etats étrangers, dont l'Arabie Saoudite et l'Iran, s'impliquèrent directement dans la mise en œuvre de cette entreprise destructrice, avec la complicité tacite de la plupart des pays occidentaux. La France officielle s'y distingua particulièrement en faisant sienne le concept du «qui tue qui ?» qui avait pour objectif de brouiller les cartes et de dédouaner l'intégrisme armé. L'Algérie fut mise sous embargo international total. L'espoir porté par Boudiaf s'évanouit avec son assassinat. L'étau ne commença à se desserrer autour du pays qu'une fois la population, sortie de sa peur, s'engagea à fond contre les groupes armés. Incarnée par les patriotes et par l'engagement de la société civile, la résistance populaire finit par trouver l'écho auprès de l'opinion publique internationale après l'attaque des tours jumelles de New York par les hommes de Ben Laden.
L'interruption du processus électoral fut dès lors légitimée, la pression terroriste se relâcha, mais l'Algérie ne retrouva pas pour autant le chemin de la démocratie. Installé en 1999 à la tête de l'Etat à l'issue d'une parodie électorale, Abdelaziz Bouteflika se retourna contre les janviéristes, ceux-là mêmes qui l'avaient porté au pouvoir : il les écarta et déclara publiquement que l'interruption des législatives de 1991 a été la «première violence». Il leur porta l'estocade finale en mettant en place la «réconciliation nationale». La société souffrit doublement : de voir les criminels d'hier circuler en toute liberté et de subir de nouveau un régime politique liberticide et corrompu. Les janviéristes ont fait gagner à l'Algérie une bataille, mais ils lui ont fait perdre la guerre, celle de la démocratie. En portant leur choix sur un de ses hommes les plus durs et les plus fermés, ils ont reconduit l'ancien système nourri à la pensée unique. Rien n'a pu ébranler ce régime et cela depuis plus d'une dizaine d'années, y compris la vague de révoltes arabes sur laquelle il a su surfer d'une manière aussi intelligente que diabolique. Et il escompte aujourd'hui retomber sur ses pieds à l'issue des nouvelles élections de l'année 2012 par le biais d'un compromis contrenature avec les islamistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.