Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le village Boumessaoud fier de son enfant prodige
Cherif Kheddam sera inhumé, vendredi, à Imsouhal (Tizi Ouzou)
Publié dans El Watan le 25 - 01 - 2012

Décédé lundi, à Paris, des suites d'une longue maladie, l'illustre auteur-compositeur algérien, Cherif Kheddam, sera enterré, vendredi prochain, dans son village natal, Boumessaoud, commune d'Imsouhal, daïra d'Iferhounene, à 60 kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou.
Sa dépouille mortelle sera rapatriée de France, jeudi, l'après-midi, nous a affirmé l'un des cousins de l'artiste. Hier, dans le village de cette légende de la chanson algérienne, tout le monde se rappelle des qualités de cet homme au parcours indéniable dans le domaine artistique. D'ailleurs, en quelques mots, Tahar, un quinquagénaire rencontré sur la placette de cette bourgade pratiquement désertée par la moitié de ses habitants, nous a revisité le défunt comme il nous a également parlé de son enfance puisqu'ils étaient ensemble à l'école coranique du village. «On a commencé à étudier ensemble le Coran ici au village. Puis, lui, il est parti continuer à la zaouïa de Boudjellil, du côté de Tazmalt, à Béjaïa. Il était un homme modeste et calme.
Cherif a quitté le village pour partir en France au milieu des années 1940. Il a, quelques années après, entamé sa carrière artistique», nous a ajouté ammi Tahar. Ce dernier se rappelle aussi de beaucoup de choses puisqu'il a côtoyé le défunt, notamment durant son enfance au village. «Il était courageux et plein de volonté. Il faisait le trajet du village jusqu'à Boudjellil, sur une distance de dizaines de kilomètres pour étudier à la zaouïa. Enfant, il était déjà doué pour l'art.» Nna Ouerdia, le veuve du cousin de l'artiste, une femme âgée de plus 70 ans, nous dira, pour sa part, que l'auteur de la célèbre chanson Nadia n'a pas vécu très long temps au village qu'il a quitté très jeune, mais «il revenait, à chaque occasion, pour rendre visite à la famille. Il était plein d'humilité», a-t-elle témoigné.
«C'est ici qu'il se ressourçait»
Toujours à Boumessaoud, Youcef, le neveu de l'artiste, nous a fait visiter la maison du maître. «C'est ici qu'est né Dda Cherif. Quand il revient au village, il aime sortir se promener dans le village. Il est estimé ici par tous les habitants car il n'a jamais fait de mal à quelqu'un», nous a-t-il confié avant de rappeler qu'en 2005 de l'hommage qu'on lui a rendu dans sa région par l'association qui porte son nom. «Il a été très content de l'hommage qu'on lui a rendu il y a quelques années ici au village et au chef-lieu de la commune. C'était un événement qui l'a marqué surtout quand on lui a montré des photos inédites, surtout celles de ses parents. Il était très ému car il n'a pas pu assister aux funérailles de sa mère et de son père. Il était à l'hôpital. Depuis 1958, il vivait avec un seul rein. Donc, il avait parfois des problèmes de santé. En 1992, il a commencé l'hémodialyse car le deuxième rein a atteint un stade terminal. Même avec sa petite santé, il ne rate pas l'occasion de venir ici. Le village lui servait d'endroit pour se ressourcer. Chose qu'il me répétait souvent d'ailleurs», poursuit notre interlocuteur qui ajoute que le regretté est l'aîné d'une famille de trois filles et un garçon qui est décédé durant les années 1940. Dans la commune d'Imsouhal, même la nouvelle génération connaît Dda Cherif et son œuvre.
Il sera enterré auprès des siens
Rencontré à Tanalt, le plus important village de la municipalité, Ghiles, un lycéen âgé de 19 ans, nous a parlé de l'artiste comme il nous a également récité deux couplets des chansons phares du défunt, en l'occurrence Djurdjura et Lemri. La région d'Imessouhal s'apprête ainsi à accueillir une affluence nombreuse à l'occasion de l'enterrement du célèbre auteur-compositeur, prévu ce vendredi, au village Boumessaoud où la population s'est mobilisée comme un seul homme pour assurer des funérailles à la hauteur de l'artiste qui sera inhumé dans un bout de terre dans son village natal aux côtés des siens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.