Le RND appelle Bouteflika à se porter candidat à la présidentielle    ELECTION PRESIDENTIELLE 2019 : Les Algériens appelés à voter le 18 avril    JOURNEE NATIONALE DE LA COMMUNE : Les maires appelés à s'éloigner de la bureaucratie    Aux Algériens de décider.. !    Un remake de 2014 en cours: l'Algérie hors du temps    HABITAT : Temmar lance un projet de 2000 logements à Oran    SIDI BEL ABBES : ‘'La numérisation, c'est pour la fin mars''    CNAS : Les arrêts de travail ont coûté 16 milliards de DA    BECHAR : Arrestation de 2 dealers sur motocycle    LUTTE CONTRE L'ANALPHABETISME : Plus de 8000 analphabètes recensés à Mostaganem    MAZAGRAN : Un berger découvert mort    Un citoyen arrêté par la police pour avoir réclamé ses droits à Batna    En bref…    CAN U-20 : Début du contrôle médical des joueurs    Cross-country à la mémoire de Abdou Seghouani demain à Bouchaoui    Boudebouz intéresse Bologne    Le hasard selon Amari    Mohamed Chafa Ouzzani Des œuvres flamboyantes    Amar Amarni, un artiste complet    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Le réseau électrique renforcé    USMA-NAHD (4-1) et CSC-CABBA (1-0)    «L'enquête achevée et le dossier transmis à la justice»    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Matoub Lounès, le combat éternel
Projection du film documentaire de Tahar Yami à Paris
Publié dans El Watan le 12 - 02 - 2012

Pour marquer l'anniversaire de la naissance du «rebelle», l'association berbère «Taferka» de Montreuil a convié un public nombreux pour assister à l'avant-première du film documentaire Matoub Lounès : le combat éternel de Tahar Yami.
Le film, qui retrace brièvement le parcours de Lounès, débute par ce qui représente un cauchemar pour toute la
Kabylie : l'assassinat du chanteur, un certain jeudi 25 juin 1998 sur la route des Ath Douala. Par des images poignantes, le réalisateur est revenu notamment sur les circonstances de la tragédie et sur la douleur des milliers de personnes qui ont déferlé sur Taourirt Moussa lors des obsèques de Lounès. Avec un commentaire limpide d'Abderrazak Larbi Cherif, les images reviennent sur les manifestations de colère de la population, l'indignation internationale ainsi que la couverture médiatique de l'événement. Le film se poursuit par des séquences sur l'itinéraire du chanteur en mettant l'accent sur son enfance, sa carrière d'artiste, ses compositions et ses inspirations.
Pour Tahar Yami, «Matoub Lounès était un chanteur atypique. C'était un homme simple et complexe, rude et affectueux, tendre et ferme à la fois. C'était un homme généreux qui s'est construit par l'école de la vie. Sur le plan artistique, incontestablement, c'était un virtuose. Il avait une voix unique, rocailleuse et envoûtante. Ses textes et sa musique sont des chefs-d'œuvre». Dans la seconde partie du film, le réalisateur fait le lien ente le combat de Matoub et les événements qui ont secoué la Kabylie en 2001. Le réalisateur explique qu'«avril 80, le Printemps noir, et, entre les deux, l'assassinat de Lounès, sont des événements étroitement liés. La revendication identitaire et le combat pour les libertés démocratiques sont le socle de cette lutte permanente que partagent les militants berbères.»
Le film nous amène à voir en Matoub Lounès un chanteur hors pair, aujourd'hui connu et reconnu. Il est adulé par ses fans et honoré hors des frontières de son pays, comme en France, où des rues et des places dans plusieurs villes sont baptisées au nom de Lounès. «Cette reconnaissance place le combat de Matoub dans la lignée des grands hommes de notre monde. Son nom est associé au courage et à l'abnégation. Même mort, il demeure toujours vivant dans le cœur des siens», dira encore le réalisateur.
Dans les débats, des spectateurs sont revenus sur la popularité de Matoub, son engagement, son assassinat, les conclusions de l'enquête et les nombreux procès sans fin. Malika Matoub, la sœur de Lounès, présente dans la salle, a évoqué la personnalité du rebelle et a beaucoup insisté sur la sauvegarde du travail artistique, avec surtout l'urgence de préserver les nombreuses archives documentaires du chanteur. Réponse immédiate de Mme Dominque Voynet, la maire de Montreuil, qui assistait à la projection avec deux adjoints de la ville : «Je reconnais en Matoub un grand militant de dimension universelle, et je prends l'engagement, dit-elle à l'adresse de Malika, de vous faire rencontrer le ministre de la Culture lors de son prochain passage dans notre commune.» Quoique très court, le film a eu le mérite de retracer succinctement la vie et l'œuvre de ce chanteur exceptionnel.
Tahar Yami est conscient que 26 minutes «ce n'est pas assez pour raconter la vie de ce grand personnage. Mon objectif n'est pas d'être exhaustif, mais de délivrer un message percutant par un court métrage, je pense avoir dit l'essentiel et surtout réalisé un film qui valorise le combat de Matoub Lounès, en attendant de repartir pour un documentaire qui reviendra dans le détail sur tout le parcours de l'artiste.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.