La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Matoub Lounès, le combat éternel
Projection du film documentaire de Tahar Yami à Paris
Publié dans El Watan le 12 - 02 - 2012

Pour marquer l'anniversaire de la naissance du «rebelle», l'association berbère «Taferka» de Montreuil a convié un public nombreux pour assister à l'avant-première du film documentaire Matoub Lounès : le combat éternel de Tahar Yami.
Le film, qui retrace brièvement le parcours de Lounès, débute par ce qui représente un cauchemar pour toute la
Kabylie : l'assassinat du chanteur, un certain jeudi 25 juin 1998 sur la route des Ath Douala. Par des images poignantes, le réalisateur est revenu notamment sur les circonstances de la tragédie et sur la douleur des milliers de personnes qui ont déferlé sur Taourirt Moussa lors des obsèques de Lounès. Avec un commentaire limpide d'Abderrazak Larbi Cherif, les images reviennent sur les manifestations de colère de la population, l'indignation internationale ainsi que la couverture médiatique de l'événement. Le film se poursuit par des séquences sur l'itinéraire du chanteur en mettant l'accent sur son enfance, sa carrière d'artiste, ses compositions et ses inspirations.
Pour Tahar Yami, «Matoub Lounès était un chanteur atypique. C'était un homme simple et complexe, rude et affectueux, tendre et ferme à la fois. C'était un homme généreux qui s'est construit par l'école de la vie. Sur le plan artistique, incontestablement, c'était un virtuose. Il avait une voix unique, rocailleuse et envoûtante. Ses textes et sa musique sont des chefs-d'œuvre». Dans la seconde partie du film, le réalisateur fait le lien ente le combat de Matoub et les événements qui ont secoué la Kabylie en 2001. Le réalisateur explique qu'«avril 80, le Printemps noir, et, entre les deux, l'assassinat de Lounès, sont des événements étroitement liés. La revendication identitaire et le combat pour les libertés démocratiques sont le socle de cette lutte permanente que partagent les militants berbères.»
Le film nous amène à voir en Matoub Lounès un chanteur hors pair, aujourd'hui connu et reconnu. Il est adulé par ses fans et honoré hors des frontières de son pays, comme en France, où des rues et des places dans plusieurs villes sont baptisées au nom de Lounès. «Cette reconnaissance place le combat de Matoub dans la lignée des grands hommes de notre monde. Son nom est associé au courage et à l'abnégation. Même mort, il demeure toujours vivant dans le cœur des siens», dira encore le réalisateur.
Dans les débats, des spectateurs sont revenus sur la popularité de Matoub, son engagement, son assassinat, les conclusions de l'enquête et les nombreux procès sans fin. Malika Matoub, la sœur de Lounès, présente dans la salle, a évoqué la personnalité du rebelle et a beaucoup insisté sur la sauvegarde du travail artistique, avec surtout l'urgence de préserver les nombreuses archives documentaires du chanteur. Réponse immédiate de Mme Dominque Voynet, la maire de Montreuil, qui assistait à la projection avec deux adjoints de la ville : «Je reconnais en Matoub un grand militant de dimension universelle, et je prends l'engagement, dit-elle à l'adresse de Malika, de vous faire rencontrer le ministre de la Culture lors de son prochain passage dans notre commune.» Quoique très court, le film a eu le mérite de retracer succinctement la vie et l'œuvre de ce chanteur exceptionnel.
Tahar Yami est conscient que 26 minutes «ce n'est pas assez pour raconter la vie de ce grand personnage. Mon objectif n'est pas d'être exhaustif, mais de délivrer un message percutant par un court métrage, je pense avoir dit l'essentiel et surtout réalisé un film qui valorise le combat de Matoub Lounès, en attendant de repartir pour un documentaire qui reviendra dans le détail sur tout le parcours de l'artiste.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.