L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poursuite du bras de fer
La crise du nucléaire iranien
Publié dans El Watan le 15 - 02 - 2006

La crise du nucléaire iranien se poursuit avec ce qui est somme toute la conséquence d'un long bras de fer, et celui-ci tend à se poursuivre, bien que l'Iran mis en cause ou tout simplement menacé d'une action internationale, relativise. Le travail diplomatique se poursuit, indique-t-on, à Téhéran (voir entretien ci-dessous), sans dire de quelle manière et avec qui.
Il est vrai que l'Iran a annoncé hier qu'une délégation allait se rendre en Russie dans les tout prochains jours. Mais simultanément, ou concomitamment Téhéran a aussi annoncé, - mais c'est là une confirmation- la reprise de ses travaux d'enrichissement d'uranium en jugeant « inacceptable » d'arrêter ses « recherches » dans ce domaine, selon un haut responsable iranien. Javad Vaidi a confirmé la reprise de l'enrichissement d'uranium, en expliquant que « les travaux ont recommencé », à l'usine d'enrichissement de Natanz (centre). Il est « inacceptable que nous arrêtions nos recherches », a dit par ailleurs ce membre du Conseil suprême de la sécurité nationale en jugeant que « la substance même du programme nucléaire est l'enrichissement » d'uranium. Téhéran avait annoncé lundi la levée « imminente » des scellés et l'enlèvement des caméras de surveillance de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans son usine de Natanz. Preuve que tout est suivi de l'extérieur dans le moindre détail, des sources « diplomatiques » à Vienne avaient donné cette information dès lundi. L'usine de Natanz comprend deux unités d'enrichissement. L'une est un projet pilote vouée à la recherche, et l'autre une installation à but industriel, en cours de construction. S'agissant de cette dernière, M. Vaidi a indiqué que l'Iran avait « besoin de temps pour arriver à la capacité industrielle, avec jusqu'à 60 000 centrifugeuses (d'enrichissement d'uranium), mais nous avons commencé nos activités ». Il a précisé que son pays ne voyait « aucune raison pour l'instant de revenir à la suspension » de ses activités à Natanz, alors que l'AIEA lui a expressément demandé un tel geste dans une résolution adoptée le 4 février. L'Iran a annoncé le 10 janvier la reprise de ses activités de recherche liées à l'enrichissement d'uranium. Il a ensuite annoncé le 4 février de mettre fin au régime renforcé de contrôle de son programme nucléaire par l'AIEA et de reprendre des activités, notamment liées à l'enrichissement industriel d'uranium. M. Vaidi a justifié la série de gestes unilatéraux de son pays par le fait qu'« après avoir montré notre bonne volonté au cours des trois dernières années... les Européens nous ont demandé de renoncer totalement au cycle du combustible nucléaire ». Les Occidentaux refusent notamment que l'Iran procède à l'enrichissement d'uranium sur son territoire, car ils estiment que le pays n'a pas fait la preuve que son programme nucléaire a un but uniquement civil. Dans le même temps, ce responsable a annoncé qu'une délégation de son pays se rendra le 20 février à Moscou pour discuter d'un plan russe d'enrichissement d'uranium. Cette délégation devait se rendre à Moscou jeudi. La partie iranienne avait annoncé lundi le report de la visite, prévue initialement le 16 février, en faisant état de « nouveaux éléments », notamment le fait que « le gouvernement (iranien, ndlr) insiste sérieusement sur l'enrichissement d'uranium à but pacifique à l'intérieur du pays ». M. Vaidi n'a pas détaillé la position de son pays quant à la proposition russe. Cette proposition a le soutien des Européens et des Américains, qui y voient le moyen d'empêcher l'Iran de procéder à l'enrichissement d'uranium sur son propre territoire. Mais le responsable a implicitement rappelé que l'Iran tient à l'enrichissement d'uranium sur son sol. « Nous sommes prêts à mener des négociations et à l'entente avec la communauté internationale pour trouver une solution qui garantisse le non-détournement de notre programme d'enrichissement sur notre propre sol », a dit M. Vaidi. Les Occidentaux refusent que l'Iran maîtrise ce procédé, car il permet d'obtenir la charge nécessaire à une arme nucléaire. Les Iraniens ont toujours nié que leur programme nucléaire civil dissimule un volet militaire. Dans sa résolution du 4 février, l'AIEA a demandé à l'Iran de suspendre notamment toutes ses activités liées à l'enrichissement d'uranium, et informé le Conseil de sécurité des Nations unies du dossier iranien. L'agence onusienne doit se réunir à nouveau le 6 mars pour constater dans quelle mesure l'Iran s'est conformé à ses demandes et décider éventuellement d'un renvoi du dossier iranien au Conseil. Le constat semble déjà fait. Mais qu'en sera-t-il de la position des Occidentaux ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.