Le vice-président turc se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération    Le vice-président de la République de Turquie visite Djamaâ El-Djazaïr    Tiaret: lancement des travaux de 148 projets d'AEP à l'échelle nationale dans quelques jours    Athlétisme/Championnats d'Afrique: Oussama Khennoussi en or au disque    Hadj-2024: arrivée du premier groupe de hadjis à Oran    Diplomatie économique: importance de renforcer la présence du produit algérien à l'étranger    Alger: fermeture temporaire de la RN 1 et de la rocade Sud au niveau de "la Côte" à partir de lundi    Réorganisation des associations pour de meilleurs services    Coup d'envoi de la saison estivale à partir de la nouvelle plage des Dunes    Bilan 2022/2024 et perspectives de l'économie algérienne 2025/2030    Un concours autour de l'intelligence artificielle dans l'agronomie    Cuba va participer à la procédure de l'Afrique du Sud contre l'entité sioniste    Manifestations dans des villes et capitales internationales pour dénoncer le génocide    Washington soutiendra l'entité sioniste en cas de conflit avec le Hezbollah    Ghaza: intensification des attaques sionistes contre les civils, les infrastructures et les équipes municipales    Ghaza: deux martyrs et plusieurs blessés dans une frappe sioniste contre un centre medicale    Priver 39.000 lycéens de Ghaza de passer leurs examens est "horrible et triste"    ONM de Skikda: décès du Moudjahid Mohamed Belakdar    Menace des Aigles d'un boycott    WA Tlemcen : des changements prévus qui vise le retour en Ligue 2    Zahra Tatar en or au lancer du marteau    «Ces élections ont un impact direct et important sur les attentes des citoyens»    Plages, forêts et maquis sous la loupe de 30.000 hommes d'intervention    La Protection civile sensibilise contre les risques de noyade    Lancement de la réalisation de 350 centres de proximité de stockage à travers le pays    «Les défis à venir exigent la consolidation des acquis»    Les ensembles de Blida et Constantine enchantent le public algérois    L'Europe gangrénée par les populismes de gauche et de droite    Guillaume Meurice dénonce une instrumentalisation de l'antisémitisme à des fins politiques    Khenchela: ouverture du 12ème Festival national du théâtre pour enfant    Meeting international en Pologne: victoire de l'Algérien Mohamed Ali Gouaned en 1:44.60    Tous les moyens mobilisés pour promouvoir la médecine nucléaire en Algérie    La canicule continuera d'affecter des wilayas du sud jusqu'à mardi    Athlétisme/Championnats d'Afrique: trois médailles pour l'Algérie    Guelma: une caravane de sensibilisation pour exhorter les jeunes à s'inscrire sur les listes électorales        19e "Andaloussiates El Djazaïr": les ensembles de Blida et Constantine enchantent le public algérois    Election présidentielle en Algérie. En avant toute vers la stagnation    Algérie : Manœuvres insidieuses autour de l'exploitation du gaz de schiste dans le Sahara    Déshabillons-les !    Commission mémorielle ou marché aux puces    Le droit de massacrer, de Sétif à Gaza    Megaprojet de ferme d'Adrar : « elmal ou Etfer3ine »    Le Président Tebboune va-t-il briguer un second mandat ?    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Il n'est pas question pour le moment d'ouvrir un nouveau front avec Al Qaîda»
Abdelkrim Ag Tayyeb. Chef des cinq régions de l'Azawad
Publié dans El Watan le 25 - 04 - 2012

Notre région n'a aucun problème avec la religion, et personne ne pourra être contre la charia.» C'est ce qu'affirme Abdelkrim Ag Tayyeb, responsable des cinq régions que compte l'Azawad. Dans l'entretien qu'il nous a accordé, il affirme que les groupes d'Al Qaîda «ne sont pas aussi importants sur le terrain.» Selon lui, ils ont profité «d'un vide» auquel le congrès va devoir apporter des réponses…
-Vous êtes responsable des cinq régions qui l'Azawad. Peut-on connaître les dernières nouvelles sur les sept otages algériens détenus depuis plus de trois semaines par Al Qaîda sur votre territoire ?
Il est vrai que des négociations pour leur libération se poursuivent et que les contacts avec les ravisseurs sont toujours en cours. Je ne peux en dire plus, sauf que nous croyons à une libération rapide. C'est une question de temps seulement.
Aujourd'hui, Gao abrite un congrès de trois jours. Pouvons-nous en savoir plus sur les participants et son ordre du jour ?
Ce congrès est décisif pour le MNLA. Plusieurs centaines de personnes entre chefs de tribu, notables, personnalités politiques et cadres du mouvement y sont conviés pour permettre à toutes les composantes de la société de l'Azawad de prendre part à la destinée de notre pays. Ce sera l'occasion d'assainir la situation interne du mouvement et de régler les divergences internes et externes qui minent pour l'instant le MNLA. Les solutions à ces problèmes seront, de ce fait, décidées d'une manière consensuelle et non unilatérale.
-Pour l'instant, le plus grand problème est lié à la présence des groupes de djihadistes sur le territoire de l'Azawad. Quelle position allez-vous adopter par rapport à leurs activités ?
Ce point précis sera discuté au sein du congrès. Un message très clair sera adressé à ces groupes afin qu'ils cessent toute activité qui nuit à la sécurité et à la souveraineté de l'Azawad. Nous allons procéder dans un premier temps d'une manière diplomatique, et dans le cas où ils n'obtempèrent pas à nos demandes, nous prendrons les mesures qu'il faut. Nous avons fait exprès d'impliquer tous les chefs de tribu et les notables afin de les sensibiliser sur la nécessité de faire en sorte que leurs enfants ne soient plus mêlés à ces groupes. Ces groupes ne sont pas aussi importants que la presse le prétend. Ils ont juste profité d'une situation de vide pour intensifier leurs actions, et à laquelle le congrès va trouver une solution. C'est vrai qu'aujourd'hui ils sont partout sur le territoire, mais nous avons les capacités de les contenir avec l'aide de la population. C'est pour cette raison que nous avons réuni toutes les notabilités et les personnalités influentes de la région.
-Pensez-vous être en mesure de contenir également Ançar Eddine, lui qui ne reconnaît pas l'indépendance de l'Azawad et qui veut plutôt instaurer la charia ?
Nous n'avons aucun problème avec la religion. Si demain le peuple de l'Azawad veut la charia, personne ne l'empêchera. Nous sommes tous des musulmans. Le fait d'instaurer la charia ne nous fait pas peur. Je ne pense pas que Iyad et son groupe Ançar Eddine puissent se mettre à l'écart du combat du MNLA pour l'indépendance de l'Azawad. Ils travaillent en étroite collaboration avec le mouvement. Leur combat est le même. De plus, il ne représente pas la majorité au sein de la société. Aujourd'hui, notre principale préoccupation vient plutôt des extrémistes.
-Comme Al Qaîda ?
Oui, Al Qaîda et Boko Haram constituent une vraie préoccupation pour nous, même si nous savons que sur le terrain, ils n'ont aucun poids. Nous ferons tout pour que les composantes influentes de l'Azawad prennent leur responsabilité et diffusent le message que nous allons adresser à ces organisations.
-Pensez-vous qu'elles accepteront de quitter un territoire qu'elles ont acquis ?
Nous ferons tout pour qu'elles comprennent qu'elles ne peuvent plus agir comme elles le faisaient avant. Il y a une nouvelle situation qu'elles doivent respecter. Dans le cas où elles refuseraient, nous prendrons d'autres mesures.
-Lesquelles ?
Je ne sais pas, mais cette éventualité a été prise en compte. Pour l'instant, il n'est pas question d'ouvrir un nouveau front avec Al Qaîda. Nous ne sommes pas prêts à une quelconque confrontation, mais nous allons trouver des solutions plus diplomatiques.
-Le tout nouveau Premier ministre malien a appelé, jeudi dernier, les groupes qui occupent le Nord à négocier. Quelle a été votre réponse ?
Nous sommes tous pour le dialogue. Il y a eu des contacts entre nos représentants et des responsables maliens à Nouakchott avec une médiation mauritanienne. Mais cela n'a servi à rien, tout simplement parce qu'à Bamako, les choses ne sont pas encore claires et la situation est très instable. Avec qui allons-nous discuter ? Avec une junte qui ne contrôle rien ? Avec un Premier ministre qui ne gère que la transition ? Je pense qu'il est prématuré de parler de dialogue. Nous discuterons le jour où la situation sera moins confuse à Bamako.
-Jusqu'à maintenant, ni le Mali ni la communauté internationale et encore moins les pays voisins n'ont accepté la partition du Mali. Allez-vous revoir votre position par rapport à cette question ?
Cette question sera tranchée par le congrès. Mais sachez que la majorité écrasante des participants à ce congrès n'est prête à revenir sur l'indépendance. Il s'agit d'un principe que rares sont ceux qui acceptent de le discuter. Néanmoins, nous laissons les portes du dialogue ouvertes. Nous voulons que les négociations aient lieu sur un terrain neutre, ailleurs qu'au Mali et sous la supervision de pays qui ont de l'influence sur la région. Nous ne voulons plus rééditer les accords signés à l'issue des rebellions des années 1960, 1990 et 2000.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.