Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Tottenham : Mourinho remercié en fin de saison ?    COVID-19 : La vaccination boudée à l'EPH d'Amizour    Tébessa : Trafic de psychotropes à grande échelle    Dar Abdeltif : Ouverture prochaine de classes de musique et de dessin    Tarek Acheba .Réalisateur au Théâtre régional d'Oum El Bouaghi : Des planches à la mise en scène    L'armée sahraouie mène quatre nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Maroc: des militants dénoncent l'arrestation des travailleurs qui revendiquent le versement de leurs salaires    Algérie Poste : versement des primes (PRI/PRC) à compter de juillet 2021    Ligue 2: l'USMAn, le RCA et l'ASMO s'emparent de la tête de leurs groupes respectifs    L'ASELCT, une association SDF !    MC Oran: Une copie à revoir pour Madoui    ES Sétif: Une Entente en demi-teinte    Des citoyens protestent à Tizi-Ouzou    Fin de mission ou redéploiement ?    MARMELADE DES TEMPS NOUVEAUX    Les habitants d'Ouenza veulent mieux    Chaînes humaines devant les bureaux de poste et les GAB: Force publique et huissiers face à la grève    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Mbappé préféré à Haaland    Brèves Omnisports    Tirage au sort mercredi    Tebboune préside la réunion périodique    Le Conseil de sécurité de l'ONU soutient le mécanisme    À quoi joue la Turquie?    Le rêve inachevé    Les mesures de Rezig invisibles    Le pic de l'inconscience    Les spécialistes s'y opposent    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    L'Abef allège le recours au Credoc    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    Moins nombreux, mais toujours déterminés    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    La libération des détenus d'opinion réclamée    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Le processus électoral est inéluctable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il n'est pas question pour le moment d'ouvrir un nouveau front avec Al Qaîda»
Abdelkrim Ag Tayyeb. Chef des cinq régions de l'Azawad
Publié dans El Watan le 25 - 04 - 2012

Notre région n'a aucun problème avec la religion, et personne ne pourra être contre la charia.» C'est ce qu'affirme Abdelkrim Ag Tayyeb, responsable des cinq régions que compte l'Azawad. Dans l'entretien qu'il nous a accordé, il affirme que les groupes d'Al Qaîda «ne sont pas aussi importants sur le terrain.» Selon lui, ils ont profité «d'un vide» auquel le congrès va devoir apporter des réponses…
-Vous êtes responsable des cinq régions qui l'Azawad. Peut-on connaître les dernières nouvelles sur les sept otages algériens détenus depuis plus de trois semaines par Al Qaîda sur votre territoire ?
Il est vrai que des négociations pour leur libération se poursuivent et que les contacts avec les ravisseurs sont toujours en cours. Je ne peux en dire plus, sauf que nous croyons à une libération rapide. C'est une question de temps seulement.
Aujourd'hui, Gao abrite un congrès de trois jours. Pouvons-nous en savoir plus sur les participants et son ordre du jour ?
Ce congrès est décisif pour le MNLA. Plusieurs centaines de personnes entre chefs de tribu, notables, personnalités politiques et cadres du mouvement y sont conviés pour permettre à toutes les composantes de la société de l'Azawad de prendre part à la destinée de notre pays. Ce sera l'occasion d'assainir la situation interne du mouvement et de régler les divergences internes et externes qui minent pour l'instant le MNLA. Les solutions à ces problèmes seront, de ce fait, décidées d'une manière consensuelle et non unilatérale.
-Pour l'instant, le plus grand problème est lié à la présence des groupes de djihadistes sur le territoire de l'Azawad. Quelle position allez-vous adopter par rapport à leurs activités ?
Ce point précis sera discuté au sein du congrès. Un message très clair sera adressé à ces groupes afin qu'ils cessent toute activité qui nuit à la sécurité et à la souveraineté de l'Azawad. Nous allons procéder dans un premier temps d'une manière diplomatique, et dans le cas où ils n'obtempèrent pas à nos demandes, nous prendrons les mesures qu'il faut. Nous avons fait exprès d'impliquer tous les chefs de tribu et les notables afin de les sensibiliser sur la nécessité de faire en sorte que leurs enfants ne soient plus mêlés à ces groupes. Ces groupes ne sont pas aussi importants que la presse le prétend. Ils ont juste profité d'une situation de vide pour intensifier leurs actions, et à laquelle le congrès va trouver une solution. C'est vrai qu'aujourd'hui ils sont partout sur le territoire, mais nous avons les capacités de les contenir avec l'aide de la population. C'est pour cette raison que nous avons réuni toutes les notabilités et les personnalités influentes de la région.
-Pensez-vous être en mesure de contenir également Ançar Eddine, lui qui ne reconnaît pas l'indépendance de l'Azawad et qui veut plutôt instaurer la charia ?
Nous n'avons aucun problème avec la religion. Si demain le peuple de l'Azawad veut la charia, personne ne l'empêchera. Nous sommes tous des musulmans. Le fait d'instaurer la charia ne nous fait pas peur. Je ne pense pas que Iyad et son groupe Ançar Eddine puissent se mettre à l'écart du combat du MNLA pour l'indépendance de l'Azawad. Ils travaillent en étroite collaboration avec le mouvement. Leur combat est le même. De plus, il ne représente pas la majorité au sein de la société. Aujourd'hui, notre principale préoccupation vient plutôt des extrémistes.
-Comme Al Qaîda ?
Oui, Al Qaîda et Boko Haram constituent une vraie préoccupation pour nous, même si nous savons que sur le terrain, ils n'ont aucun poids. Nous ferons tout pour que les composantes influentes de l'Azawad prennent leur responsabilité et diffusent le message que nous allons adresser à ces organisations.
-Pensez-vous qu'elles accepteront de quitter un territoire qu'elles ont acquis ?
Nous ferons tout pour qu'elles comprennent qu'elles ne peuvent plus agir comme elles le faisaient avant. Il y a une nouvelle situation qu'elles doivent respecter. Dans le cas où elles refuseraient, nous prendrons d'autres mesures.
-Lesquelles ?
Je ne sais pas, mais cette éventualité a été prise en compte. Pour l'instant, il n'est pas question d'ouvrir un nouveau front avec Al Qaîda. Nous ne sommes pas prêts à une quelconque confrontation, mais nous allons trouver des solutions plus diplomatiques.
-Le tout nouveau Premier ministre malien a appelé, jeudi dernier, les groupes qui occupent le Nord à négocier. Quelle a été votre réponse ?
Nous sommes tous pour le dialogue. Il y a eu des contacts entre nos représentants et des responsables maliens à Nouakchott avec une médiation mauritanienne. Mais cela n'a servi à rien, tout simplement parce qu'à Bamako, les choses ne sont pas encore claires et la situation est très instable. Avec qui allons-nous discuter ? Avec une junte qui ne contrôle rien ? Avec un Premier ministre qui ne gère que la transition ? Je pense qu'il est prématuré de parler de dialogue. Nous discuterons le jour où la situation sera moins confuse à Bamako.
-Jusqu'à maintenant, ni le Mali ni la communauté internationale et encore moins les pays voisins n'ont accepté la partition du Mali. Allez-vous revoir votre position par rapport à cette question ?
Cette question sera tranchée par le congrès. Mais sachez que la majorité écrasante des participants à ce congrès n'est prête à revenir sur l'indépendance. Il s'agit d'un principe que rares sont ceux qui acceptent de le discuter. Néanmoins, nous laissons les portes du dialogue ouvertes. Nous voulons que les négociations aient lieu sur un terrain neutre, ailleurs qu'au Mali et sous la supervision de pays qui ont de l'influence sur la région. Nous ne voulons plus rééditer les accords signés à l'issue des rebellions des années 1960, 1990 et 2000.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.