L'ancien chef du protocole à la Présidence, Mokhtar Reguieg placé en détention provisoire    Inauguration d'une nouvelle station de compression et de réinjection de gaz à Hassi Massaoud    Les réserves hydriques "suffisantes" pour satisfaire les besoins des citoyens en 2020    La chaîne El Hayat estée en justice pour diffamation    TRIBUNAL SIDI M'HAMED : Le procès de Karim Tabbou fixé pour le 04 mars    ANNIVERSAIRE DE LA NATIONALISATION DES HYDROCARBURES : Le Président réitère son engagement pour une République forte    Nomination d'un nouveau DG à la tête de la Douane    RENTREE PROFESSIONNELLE : Lancement de quatre nouvelles spécialités    TRAFIC DE PSYCHOTROPES : Saisie de plus 162 000 comprimés à Alger    CONGESTION ROUTIERE A ALGER : Plus de 100 points noirs recensés    Apac: le renouveau du cinéma algérien passe par la libération de l'expression artistique    Belhimer: le plan d'action du Gouvernement repose sur divers ateliers englobant différents secteurs    Des détenus d'opinion quittent la prison, d'autres condamnés à des amendes    Real : Hazard face à un choix compliqué    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Zelfani : "J'ai surtout aimé l'état d'esprit des joueurs"    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Tebboune préside un Conseil des ministres    Il a atteint 1,9 % en janvier    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il n'est pas question pour le moment d'ouvrir un nouveau front avec Al Qaîda»
Abdelkrim Ag Tayyeb. Chef des cinq régions de l'Azawad
Publié dans El Watan le 25 - 04 - 2012

Notre région n'a aucun problème avec la religion, et personne ne pourra être contre la charia.» C'est ce qu'affirme Abdelkrim Ag Tayyeb, responsable des cinq régions que compte l'Azawad. Dans l'entretien qu'il nous a accordé, il affirme que les groupes d'Al Qaîda «ne sont pas aussi importants sur le terrain.» Selon lui, ils ont profité «d'un vide» auquel le congrès va devoir apporter des réponses…
-Vous êtes responsable des cinq régions qui l'Azawad. Peut-on connaître les dernières nouvelles sur les sept otages algériens détenus depuis plus de trois semaines par Al Qaîda sur votre territoire ?
Il est vrai que des négociations pour leur libération se poursuivent et que les contacts avec les ravisseurs sont toujours en cours. Je ne peux en dire plus, sauf que nous croyons à une libération rapide. C'est une question de temps seulement.
Aujourd'hui, Gao abrite un congrès de trois jours. Pouvons-nous en savoir plus sur les participants et son ordre du jour ?
Ce congrès est décisif pour le MNLA. Plusieurs centaines de personnes entre chefs de tribu, notables, personnalités politiques et cadres du mouvement y sont conviés pour permettre à toutes les composantes de la société de l'Azawad de prendre part à la destinée de notre pays. Ce sera l'occasion d'assainir la situation interne du mouvement et de régler les divergences internes et externes qui minent pour l'instant le MNLA. Les solutions à ces problèmes seront, de ce fait, décidées d'une manière consensuelle et non unilatérale.
-Pour l'instant, le plus grand problème est lié à la présence des groupes de djihadistes sur le territoire de l'Azawad. Quelle position allez-vous adopter par rapport à leurs activités ?
Ce point précis sera discuté au sein du congrès. Un message très clair sera adressé à ces groupes afin qu'ils cessent toute activité qui nuit à la sécurité et à la souveraineté de l'Azawad. Nous allons procéder dans un premier temps d'une manière diplomatique, et dans le cas où ils n'obtempèrent pas à nos demandes, nous prendrons les mesures qu'il faut. Nous avons fait exprès d'impliquer tous les chefs de tribu et les notables afin de les sensibiliser sur la nécessité de faire en sorte que leurs enfants ne soient plus mêlés à ces groupes. Ces groupes ne sont pas aussi importants que la presse le prétend. Ils ont juste profité d'une situation de vide pour intensifier leurs actions, et à laquelle le congrès va trouver une solution. C'est vrai qu'aujourd'hui ils sont partout sur le territoire, mais nous avons les capacités de les contenir avec l'aide de la population. C'est pour cette raison que nous avons réuni toutes les notabilités et les personnalités influentes de la région.
-Pensez-vous être en mesure de contenir également Ançar Eddine, lui qui ne reconnaît pas l'indépendance de l'Azawad et qui veut plutôt instaurer la charia ?
Nous n'avons aucun problème avec la religion. Si demain le peuple de l'Azawad veut la charia, personne ne l'empêchera. Nous sommes tous des musulmans. Le fait d'instaurer la charia ne nous fait pas peur. Je ne pense pas que Iyad et son groupe Ançar Eddine puissent se mettre à l'écart du combat du MNLA pour l'indépendance de l'Azawad. Ils travaillent en étroite collaboration avec le mouvement. Leur combat est le même. De plus, il ne représente pas la majorité au sein de la société. Aujourd'hui, notre principale préoccupation vient plutôt des extrémistes.
-Comme Al Qaîda ?
Oui, Al Qaîda et Boko Haram constituent une vraie préoccupation pour nous, même si nous savons que sur le terrain, ils n'ont aucun poids. Nous ferons tout pour que les composantes influentes de l'Azawad prennent leur responsabilité et diffusent le message que nous allons adresser à ces organisations.
-Pensez-vous qu'elles accepteront de quitter un territoire qu'elles ont acquis ?
Nous ferons tout pour qu'elles comprennent qu'elles ne peuvent plus agir comme elles le faisaient avant. Il y a une nouvelle situation qu'elles doivent respecter. Dans le cas où elles refuseraient, nous prendrons d'autres mesures.
-Lesquelles ?
Je ne sais pas, mais cette éventualité a été prise en compte. Pour l'instant, il n'est pas question d'ouvrir un nouveau front avec Al Qaîda. Nous ne sommes pas prêts à une quelconque confrontation, mais nous allons trouver des solutions plus diplomatiques.
-Le tout nouveau Premier ministre malien a appelé, jeudi dernier, les groupes qui occupent le Nord à négocier. Quelle a été votre réponse ?
Nous sommes tous pour le dialogue. Il y a eu des contacts entre nos représentants et des responsables maliens à Nouakchott avec une médiation mauritanienne. Mais cela n'a servi à rien, tout simplement parce qu'à Bamako, les choses ne sont pas encore claires et la situation est très instable. Avec qui allons-nous discuter ? Avec une junte qui ne contrôle rien ? Avec un Premier ministre qui ne gère que la transition ? Je pense qu'il est prématuré de parler de dialogue. Nous discuterons le jour où la situation sera moins confuse à Bamako.
-Jusqu'à maintenant, ni le Mali ni la communauté internationale et encore moins les pays voisins n'ont accepté la partition du Mali. Allez-vous revoir votre position par rapport à cette question ?
Cette question sera tranchée par le congrès. Mais sachez que la majorité écrasante des participants à ce congrès n'est prête à revenir sur l'indépendance. Il s'agit d'un principe que rares sont ceux qui acceptent de le discuter. Néanmoins, nous laissons les portes du dialogue ouvertes. Nous voulons que les négociations aient lieu sur un terrain neutre, ailleurs qu'au Mali et sous la supervision de pays qui ont de l'influence sur la région. Nous ne voulons plus rééditer les accords signés à l'issue des rebellions des années 1960, 1990 et 2000.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.