KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Création de 65 nouveaux ateliers mobiles de plomberie sanitaire    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Sidi Bel Abbès : Installation du nouveau président de la cour    Les fausses peurs des «experts»    La gueulante du ministre de la Justice    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le ministère de la Santé nous écrit    Une légère hausse enregistrée au 1er semestre 2018    L'activité commerciale peine à reprendre    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Amman appelle la communauté internationale à mettre fin aux violations israéliennes    Lahlou veut retourner au stade Zioui    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    Medvedev entre dans le top 5    Le MOB et la JSMB pourront compter sur leurs nouvelles recrues    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Gros marché    Recettes maison anti-cellulite    Quels sont les effets de l'eau sur l'organisme ?    La mémoire    37 départs de feu dimanche    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    sortir ...sortir ...sortir ...    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    El gasba, instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    Soummam : la revanche d'Abane et de Ben M'hidi    Slimani direction à Al Gharafa ?    Mellal : «Je suis le président du CA, donc le seul habilité à provoquer une AG»    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    Zeghmati à Oran: «L'indépendance de la justice n'est pas un privilège»    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    LA NECESSAIRE MESURE DU DRAME    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    17.200 Seat vendues en 7 mois    Décès de 20 hadjis algériens    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sénatoriales à Tizi Ouzou
Les partis en rangs dispersés
Publié dans El Watan le 23 - 02 - 2006

Tizi Ouzou renouera aujourd'hui avec l'ambiance électorale à l'occasion de la convocation des élus locaux pour le vote des deux représentants de la wilaya au Conseil de la nation.
Trois partis politiques convoitent les deux sièges, en présentant, chacun, deux candidats parmi leurs élus issus des élections partielles de novembre dernier. Rachid Arabi et Mohand Akli Semoudi pour le RCD, Amokrane Slacel et Ahmed Belhadj pour le RND et Slimane Kerrouche et Ali Lanasri pour le FLN. Pour sa part, le FFS, relativement majoritaire au sein des assemblées locales, avec 203 élus, a opté pour le boycott de cette échéance qu'il considère comme « une nouvelle étape dans la singularisation de la Kabylie et un moyen par lequel les décideurs tentent de donner un semblant de vie institutionnelle pour camoufler la vacance de la première instance du pays ». Le RCD, le FLN et le RND qui briguent les deux sièges du Sénat comptent au sein des assemblées locales de la wilaya respectivement, 150, 136 et 78 élus sur un total de 656 élus. Tenant compte du fait qu'aucun de ces trois partis ne détient une majorité absolue au sein des assemblées de Tizi Ouzou et qu'aucune alliance n'a pu être tissée entre deux formations, toutes les conditions semblent réunies pour faire des sénatoriales d'aujourd'hui une élection « serrée ». Après moult spéculations autour des probables alliances qui ont alimenté la chronique locale ces deux dernières semaines, finalement chaque parti en lice ne peut compter que sur ses propres élus. Loin des feux de la rampe, le potentiel de voix que présentent les indépendants, le PT et le MSP avec respectivement 76 élus, 15 élus et 3 élus, est courtisé par les prétendants aux sièges de la 2e chambre du Parlement. Les assurances que le FLN n'a pas cessé de marteler sur un prétendu consensus autour de ses candidats avec les indépendants et son partenaire au sein de l'Alliance présidentielle, le RND, se sont avérées sans fondement. Les premiers (les indépendants) préfèrent donner leurs voix selon les convenances individuelles de chaque élu puisque ce groupe d'élus n'a à aucun moment fait signe de convergence sur une des listes de candidature. Le RND, pour sa part, a mis fin aux allégations du parti de Belkhadem en optant pour la participation à cette course. Ainsi, le FLN ne peut compter officiellement que sur les voix de ses 136 élus. Ce constat se confirme davantage à partir du moment où l'ex-parti unique refuse de confirmer les commentaires laissant entendre que le boycott est une stratégie pour le FFS de « récompenser » le FLN qui l'a appuyé pour la détention de la présidence de l'APW. Au RCD, la tendance est à l'optimisme. Le retrait du FFS semble profiter beaucoup plus au parti de Saïd Sadi. Cela a été confirmé, hier, par Boussaâd Boudiaf, président du bureau régional du parti, estimant que « le boycott du FFS est avantageux pour nos candidats dans les deux cas possibles : si les élus du FFS boycotteront réellement les urnes, arithmétiquement l'avantage est au RCD avec ses 150 élus. La deuxième hypothèse, dans le cas où les élus du FFS participeront à cette élection, beaucoup de leurs voix iront à nos candidats eu égard à la sympathie dont jouit le RCD au sein de la base du FFS ». Outre le FFS, le parti de Saïd Sadi, lui aussi, compte sur les voix des indépendants. A cet égard, M. Boudiaf a affirmé que plusieurs élus indépendants ont promis leur voix au RCD. Par ailleurs, au moment où un climat d'adversité entre les partis en lice marque ce scrutin des grands électeurs, l'opinion publique se demande unanimement quelle sera l'utilité de ces deux parlementaires sachant que le Sénat, lui-même, est réduit à une pure « chambre d'enregistrement ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.