Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sénatoriales à Tizi Ouzou
Les partis en rangs dispersés
Publié dans El Watan le 23 - 02 - 2006

Tizi Ouzou renouera aujourd'hui avec l'ambiance électorale à l'occasion de la convocation des élus locaux pour le vote des deux représentants de la wilaya au Conseil de la nation.
Trois partis politiques convoitent les deux sièges, en présentant, chacun, deux candidats parmi leurs élus issus des élections partielles de novembre dernier. Rachid Arabi et Mohand Akli Semoudi pour le RCD, Amokrane Slacel et Ahmed Belhadj pour le RND et Slimane Kerrouche et Ali Lanasri pour le FLN. Pour sa part, le FFS, relativement majoritaire au sein des assemblées locales, avec 203 élus, a opté pour le boycott de cette échéance qu'il considère comme « une nouvelle étape dans la singularisation de la Kabylie et un moyen par lequel les décideurs tentent de donner un semblant de vie institutionnelle pour camoufler la vacance de la première instance du pays ». Le RCD, le FLN et le RND qui briguent les deux sièges du Sénat comptent au sein des assemblées locales de la wilaya respectivement, 150, 136 et 78 élus sur un total de 656 élus. Tenant compte du fait qu'aucun de ces trois partis ne détient une majorité absolue au sein des assemblées de Tizi Ouzou et qu'aucune alliance n'a pu être tissée entre deux formations, toutes les conditions semblent réunies pour faire des sénatoriales d'aujourd'hui une élection « serrée ». Après moult spéculations autour des probables alliances qui ont alimenté la chronique locale ces deux dernières semaines, finalement chaque parti en lice ne peut compter que sur ses propres élus. Loin des feux de la rampe, le potentiel de voix que présentent les indépendants, le PT et le MSP avec respectivement 76 élus, 15 élus et 3 élus, est courtisé par les prétendants aux sièges de la 2e chambre du Parlement. Les assurances que le FLN n'a pas cessé de marteler sur un prétendu consensus autour de ses candidats avec les indépendants et son partenaire au sein de l'Alliance présidentielle, le RND, se sont avérées sans fondement. Les premiers (les indépendants) préfèrent donner leurs voix selon les convenances individuelles de chaque élu puisque ce groupe d'élus n'a à aucun moment fait signe de convergence sur une des listes de candidature. Le RND, pour sa part, a mis fin aux allégations du parti de Belkhadem en optant pour la participation à cette course. Ainsi, le FLN ne peut compter officiellement que sur les voix de ses 136 élus. Ce constat se confirme davantage à partir du moment où l'ex-parti unique refuse de confirmer les commentaires laissant entendre que le boycott est une stratégie pour le FFS de « récompenser » le FLN qui l'a appuyé pour la détention de la présidence de l'APW. Au RCD, la tendance est à l'optimisme. Le retrait du FFS semble profiter beaucoup plus au parti de Saïd Sadi. Cela a été confirmé, hier, par Boussaâd Boudiaf, président du bureau régional du parti, estimant que « le boycott du FFS est avantageux pour nos candidats dans les deux cas possibles : si les élus du FFS boycotteront réellement les urnes, arithmétiquement l'avantage est au RCD avec ses 150 élus. La deuxième hypothèse, dans le cas où les élus du FFS participeront à cette élection, beaucoup de leurs voix iront à nos candidats eu égard à la sympathie dont jouit le RCD au sein de la base du FFS ». Outre le FFS, le parti de Saïd Sadi, lui aussi, compte sur les voix des indépendants. A cet égard, M. Boudiaf a affirmé que plusieurs élus indépendants ont promis leur voix au RCD. Par ailleurs, au moment où un climat d'adversité entre les partis en lice marque ce scrutin des grands électeurs, l'opinion publique se demande unanimement quelle sera l'utilité de ces deux parlementaires sachant que le Sénat, lui-même, est réduit à une pure « chambre d'enregistrement ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.