Lutte contre la corruption : l'avant-projet de la stratégie nationale bientôt soumis aux autorités    Ammar Belhimer reçoit Issad Rebrab    Secousse tellurique de magnitude 3,4 enregistrée à Bejaïa    Football / Algérie : la FAF approuve la mise en place d'un collège technique national    Le SG de l'OPEP souligne les efforts de l'Organisation et ses alliés pour la stabilité du marché    Ministère de la Communication: renforcer la coopération sur la base du référent religieux national    Le FCE appelle à la refonte du système bancaire    «Le paiement mobile via QR Code sera lancé avant la fin de l'année»    Au moins 12 morts dans des combats opposant l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Les troupes américaines se retirent de cinq bases    Elyes Fakhfakh présente sa démission    Mahieddine Tahkout condamné à seize ans de prison et tous ses biens confisqués    Entre conditions sanitaires, économiques et raison d'Etat    Reprise samedi prochain    Dites Oui et nous serons heureux !    La double peine !    Le confinement partiel reconduit au 27 juillet en Algérie    Les éleveurs réclament des points de vente des moutons    Riz à la crème fraîche    Installation d'un nouveau chef de Sûreté de wilaya    Un portrait à l'effigie de Mohamed El Badji    Carlos Gomes et ces Européens qui ont marqué l'Histoire du football en Algérie    La culture et l'entreprise    Fête de l'indépendance : le Président Tebboune reçoit de nouveaux messages de vœux    M'sila: placement sous mandat dépôt de deux jeunes pour agression sur le personnel de l'EPH Ain El Melh    Le NAHD saisit le TAS    Lancement officiel d'un Guide de protection des enfants en ligne    "La décennie 2020 sera celle de l'automobile"    Sahara occidental : le MRAP appelle l'ONU à porter une attention particulière aux violations systématiques du Maroc    Tout savoir sur les promotions de Peugeot    La tension monte entre Washington et Pékin sur Hong Kong    Les guichets itinérants rétablis    12 décès et 554 nouveaux cas en 24 heures    3 personnes décédées par asphyxie    L'énigme Bouchouareb    Ouyahia, Sellal, Benyounès et Yousfi hospitalisés    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    La femme qui embrasse les pieds de son homme !    "L'écriture se vit comme un rêve"    L'œuvre de Frantz Fanon à l'honneur à Avignon    Débat sur la Réforme constitutionnelle 2020    On vous le dit    La candidature de la Tunisie confirmée    MC Oran: Sonatrach entretient l'espoir    Skikda: Le P-DG du port, 28 fonctionnaires et 4 opérateurs économiques sous contrôle judiciaire    Comment écoper la mer avec une cuillère à café ?    Tebboune demande l'élaboration d'une loi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'enfant algérien et internet : aucune législation de protection pour le moment
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 25 - 06 - 2012

Il n'y a aucune législation en place pour la protection de l'enfant des risques et dangers liés à l'utilisation d'internet.
C'est le constat fait par le professeur Khiati, président de la Forem, interrogé hier en marge des travaux de l'atelier régional de l'Union international des télécoms, qui se tient depuis hier au Cyberparc de Sidi Abdellah, à Alger.
La promulgation d'une loi pourtant sur la cybercriminalité n'a pas été suivie de mécanismes de protection de l'enfant utilisant l'internet, soutient le professeur Khiati, faisant remarquer que les risques encourus par les enfants surfant sur la Toile sont similaires à ceux dans les pays qui se sont dotés suffisamment de moyens juridiques pour mieux sécuriser l'accès des enfants au web. Les moyens techniques consistant notamment en logiciels de filtrage, bien que «largement disponibles» chez les fournisseurs d'équipements et de services informatiques, restent «insuffisants» en l'absence de textes juridiques à même de définir les actes incriminés et les poursuites à engager.
«Nous avons besoin de lois spécifiques pour protéger l'enfant», enchaîne le professeur Khiati en indiquant la complexité de cerner, en chiffres et en cadre temporel, le fléau des agressions subies par les enfants, lors de leur accès à la Toile. Les agressions peuvent être d'ordre moral pouvant dépasser le cadre virtuel et se concrétiser dans la réalité comme les atteintes sexuelles. Etant taboues, ces agressions restent pour la plupart dans l'ombre.
Le nombre de personnes poursuivies pour infraction, selon la loi portant sur la cybercriminalité, était de 88 en 2010, contre zéro en 2005, «mais c'est loin de refléter la réalité», selon le même professeur. En 2010, 35 affaires relevant de la cybercriminalité ont été enregistrées, contre une seule en 2005, relève l'expert.
Dans son exposé, le président de la Forem revient sur les affaires ayant défrayé la chronique, dont celle d'un ressortissant étranger ayant utilisé, il y a quelques mois à Annaba, des filles mineures pour le tournage de films pornographiques pour les diffuser ensuite sur le web. Ce procédé, visant, semble-t-il, à faire du chantage sur des personnalités publiques, a échoué grâce aux outils juridiques en vigueur, qu'«il est indispensable de développer». Actuellement, les lois existantes sont loin d'accompagner le développement rapide des technologies de l'information dont les criminels se saisissent pour commettre leurs forfaits, expliquent les participants. Le professeurs Khiati, qui met «tous les espoirs» dans le projet de texte en préparation, «qui sera peut-être prêt, l'année prochaine», plaide pour la sensibilisation des parents et des enseignants qui devraient s'impliquer directement pour la protection de l'enfant, à travers les moyens existants, en attendant la maturité du cadre juridique.
John Carr, représentant de l'Union des associations caritatives de protection des enfants, a présenté l'expérience du Royaume-Uni dans le domaine de la protection de l'enfant lors de son accès à internet. M. Carr qualifie de «catastrophiques» les dangers guettant les enfants sur la Toile. Blanchiment d'argent, implication dans des transactions illégales de transfert d'armes, arnaques, pédo-pornographie, abus sexuels sont, entre autres, des échantillons énumérés par l'intervenant qui a retracé l'évolution du cadre juridique en Europe allant dans le sens de la protection des mineurs, dès l'expression de l'intention de commettre le délit. Les travaux de l'atelier se poursuivront aujourd'hui. Des communications sur «Les aspects liés à la liberté d'expression et à la protection de la vie privée» et «Protection de l'enfant et préservation de données et commerce en ligne» sont au programme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.