Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



joyaux à la casse
Tombouctou. Martyre de la terreur inculte
Publié dans El Watan le 07 - 07 - 2012

Cette ville millénaire a toujours été la fierté du Mali et un haut lieu de l'Islam.
Surnommée «la perle du désert», la ville de Tombouctou est tombée entre les mains d'islamistes intégristes incultes, créant le chaos dans le nord du Mali, pays musulman traditionnellement paisible, ouvert à toutes les cultures en demeurant authentiquement africain. Les Maliens sont hospitaliers. Même dans la pauvreté, ils vous donneront tout ce qu'ils ont, au nom de la fraternité et du partage. Depuis début avril, conséquence de la déstabilisation de la Libye, les intégristes islamistes sèment la terreur à Tombouctou, Gao et Kidal. A Tombouctou, ils passent à la vitesse supérieure, détruisant systématiquement les joyaux architecturaux de la ville, sans réaction active de la communauté internationale, même si les condamnations affluent. Peut-on les laisser agir ainsi dans l'impunité ?
Il est évident qu'ils n'hésiteront pas à poursuivre jusqu'au bout leur crime et ces mausolées culturels de l'Afrique seront à jamais détruits, comme les Buddha de Bamyan en Afghanistan. Nous le savons, les premières victimes des intégristes islamistes sont les femmes et la culture. Sans aucun état d'âme, ils procèdent, à chaque fois qu'ils en ont la possibilité, à la destruction de toute trace culturelle. La situation est grave !
Tombouctou a toujours été la fierté du Mali et un haut lieu de l'Islam, le bonheur des visiteurs des siècles durant, car son histoire est millénaire. Elle a été un carrefour commercial et culturel entre l'Afrique du Nord et l'Afrique sub-saharienne. Avec une histoire qui remonte au 12e siècle, la ville aux 333 saints témoigne de ce lien si précieux. Son nom provient de «Tim» (puits) et de Bouctou (nom d'une femme qui vivait près du puits). C'est le voyageur arabe, Abderrahmane Essaâdi, qui en a donné l'explication dans son célèbre ouvrage, «Tariq Essoudan». Au 14e siècle, les échanges entre les deux Afriques se sont prodigieusement développés avec le sel, l'or, les épices et les étoffes.
Le nord du Mali n'a jamais été un no man's land ni un espace-tampon, mais bien un lieu de rencontre et de culture comme en témoigne sa célèbre bibliothèque de manuscrits anciens qui, j'ose l'espérer, seront épargnés. Livres d'histoire et romans historiques décrivent cette richesse. Le Devoir de Violence, roman de Yambo Ouologuem, retrace l'histoire de l'Afrique de 1202 à 1947. Tombouctou y tient une place importante comme dans Ségou, de Maryse Condé, sur les racines culturelles africaines. L'écrivaine parle de produits fort appréciés tels que «les robes musulmanes, caftans, bottes, tissus d'Europe, de l'Espagne andalouse, objet d'ameublement marocains, tentures et tapisserie venus de la Mecque». Elle décrit les «marchands de Fès, de Marrakech, d'Alger, de Tripoli et de Tunis» qui traversent le désert. La beauté de Tombouctou est toujours décrite.
A l'époque médiévale, Tombouctou apparaît dans les récits des voyageurs arabes comme Ibn-Batouta et Léon l'Africain. Pour les Africains subsahariens, l'Islam vient du désert et sa propagation va de pair avec le commerce de l'or. L'historien T. Lewiski, dans Folies Orientalis, a répertorié des inédits relatifs aux premiers échanges transsahariens entre les commerçants ibadites et la somptueuse Tombouctou. Ces échanges vont se poursuivre à travers les siècles depuis Tahert, en Algérie, et Sijilmassa, au Maroc, dans une relation toujours fructueuse avec les peuples du Mali. En 1828, René Caillé part d'Alger vers Tombouctou que l'on disait gorgée d'or. Il publie alors Voyages à Tombouctou.
Tous ces voyageurs étaient fascinés par le patrimoine architectural de la ville qui a fait fi du temps jusqu'à l'arrivée des islamistes. L'échange s'est même établi au plan culinaire car à Tombouctou, on mange «la bouillie de mil le matin et le plat de couscous le midi». Devenue «reine du désert» avec l'Islam, ce haut lieu d'études théologiques risque de voir disparaître à jamais sa richesse. Les historiens arabes ont toujours parlé de Tarik El Fettah (l'ouverture) et de Tarik El Sudan (route du Soudan) qui passent par Tombouctou. C'est pourquoi il faut absolument la sauver en aidant nos amis maliens en désarroi devant, par exemple, la destruction à la hache de cette superbe porte de mosquée du 15e siècle ! A long terme, il y va de notre survie à tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.