Réunion du gouvernement: examen du projet d'extension du port de Djen-Djen    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines aux secteurs de Mahbes et El Farsya    Algérie-Italie: des relations économiques en constante évolution    Judo: le parc sportif d'Oran est en mesure d'accueillir le championnat du monde    Incendies de forêts: un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d'alerte maximale    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tizi Ouzou: ouverture du 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni    Saïda: décès du président de l'APC de Youb    Ligue 1/WAT-ESS: les Sétifiens en quête de rachat    Affaire GB Pharma: Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal condamnés à 3 ans de prison ferme    Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Des mentalités à formater    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Agression du domaine public et forestier: Des instructions pour intensifier la lutte contre les constructions illicites    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Des nouveautés en attendant le 5 Juillet...    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un patrimoine millénaire menacé
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 07 - 2012

La ville de Tombouctou est menacée de destruction par le groupe armé Ansar Dine qui poursuivait dimanche la destruction des mausolées de saints musulmans après avoir démoli, la veille, trois sites similaires dans cette ville du Nord malien, vieille de plus de huit siècles.
Samedi, des hommes d'Ansar Dine avaient détruit trois mausolées dans la ville, en indiquant qu'il s'agissait de représailles à la décision de l'Unesco, le 28 juin, d'inscrire Tombouctou sur la liste du patrimoine mondial en péril car la présence des groupes armés la mettait en danger. Mais Tombouctou c'est quoi ? Les récits historiques rapportent que la ville aurait été fondée au XIIe siècle par des Touareg autour d'un puits (tin en tamasheq) gardé par une femme appelée Bouctou, d'où le nom de la ville selon le livre «Histoire du Soudan» du Malien Abderrahmane Es Saâdi. Les premiers campements de nomades remontant à plus de mille ans, la ville de Tombouctou a connu une grande prospérité économique construite autour des échanges commerciaux entre le Sahel et le Maghreb. La ville comprend la medrassa de la mosquée de Sankoré, fondée au XVe siècle, ainsi que deux autres centres de formation en théologie, fondé au XIIIe siècle, que fréquentait pas moins de 25.000 étudiants à cette époque. Campement saisonnier pour les caravanes des Touareg, centre de négoce de produits de base et d'esclaves pour les commerçants et centre d'enseignement islamique, la ville reste un témoin de l'histoire commune de plusieurs pays du Sahel et Maghreb. Après l'empire du Mali, Tombouctou tombe sous la domination de l'empire Songhaï (Afrique de l'Ouest) à la fin du XVIe siècle puis entre les mains des Marocains entre le XVIIe et le XVIIIe siècle avant d'être reprise par les Touareg puis l'empire peul du Macina avant la colonisation française. Classée patrimoine mondiale en 1988 par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), le vrai trésor de Tombouctou est constitué de près de 100.000 manuscrits, dont certains remontent à l'époque préislamique, détenus par les grandes familles de la ville. Aujourd'hui, les trois mosquées de Djingareyber, Sankoré et Sidi Yahia ainsi que les différents mausolées, remparts de la ville, témoignent encore de l'âge d'or de la plaque tournante du Sahel. Ces vestiges, bien entretenus, continuent à éblouir douze siècles plus tard grâce à une grande diversité culturelle africaine et à un timbre architectural unique qui est aujourd'hui menacé de disparition.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.