La démonstration des Forces navales    Le procès a failli «dégénérer»    Elle m'a battu, puis m'a devancé...    La méthode Ankara    L'Algérie peaufine sa stratégie africaine    Les raisons de l'union patronale    «Nous sommes un partenaire fiable de l'Afrique»    L'ONU entame sa visite au Xinjiang    Des dizaines de colons envahissent la Mosquée Al-Aqsa    Al-Khelaïfi va annoncer de grands changements    Erik ten Hag annonce la couleur    Nouveau test    Cher pèlerinage!    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Un réseau national tombe à Berrahal    Un long fleuve tranquille    Accueil triomphal pour Amin Zaoui    29 titres retenus par le jury    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines aux secteurs de Mahbes et El Farsya    Réunion du gouvernement: examen du projet d'extension du port de Djen-Djen    Algérie-Italie: des relations économiques en constante évolution    Incendies de forêts: un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d'alerte maximale    Judo: le parc sportif d'Oran est en mesure d'accueillir le championnat du monde    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tizi Ouzou: ouverture du 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni    Saïda: décès du président de l'APC de Youb    Ligue 1/WAT-ESS: les Sétifiens en quête de rachat    Affaire GB Pharma: Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal condamnés à 3 ans de prison ferme    Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Agression du domaine public et forestier: Des instructions pour intensifier la lutte contre les constructions illicites    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Des mentalités à formater    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



…SOUFFLES…
Les alcoolivres de Tombouctou!
Publié dans Liberté le 10 - 05 - 2012

Nous hommes de lettres, communauté de lecteurs, qui parmi nous, au moins une fois dans sa vie, n'a pas entendu parler de Tombouctou? Qui parmi nous n'a pas lu un petit quelque chose sur Tombouctou, la cité immortelle? Mémorial. Tatouage ! Je parle de notre Tombouctou qui n'a aucun rapport avec une autre “Tombouctou”, celle qui n'est que titre exotique d'un roman sur les chiens, j'aime les chiens, écrit par le célèbre écrivain américain Paul Auster, publié en 1999. Tombouctou, dans la mémoire universelle est le carrefour des civilisations. Elles débarquaient sur le lieu enfourchant les dos des chameaux ou ceux des chevaux. Elle symbolise le plus grand centre des manuscrits qu'a connu l'histoire de l'humanité.
Tous les alcoolivres du monde, des siècles successifs, ont rêvé de franchir les portes magiques de cette ville mystérieuse. Franchir les portes du savoir. Les savoirs ! Tombouctou est une ville ne ressemblant qu'à elle-même, qu'à son miroir ! Unique ! Les pieds dans le sable chaud et prophétique, Tombouctou dormait et se réveillait sur les secrets des trésors impérissables de l'humanité. Les poètes, les fous du verbe, ceux du Nord comme ceux du Sud ont toujours célébré cette cité africaine rivale de l'ancienne Athènes méditerranéenne.
Tous les grands globe-trotters littéraires nous ont légué, à propos de Tombouctou, des perles témoignages, des gros volumes gorgés de fascination et d'amour. Ibn Batouta comme Al Bekri ou d'Al Makdissi ou de Léon l'Africain (Hassen el Ouezzane) et d'autres, tous sont tombés amoureux de cette cité énigmatique. Tombouctou fut la Kaâba africaine. Il n'y a pas d'Afrique sans Tombouctou.
Elle est plus grande que le Mali. Tombouctou n'est pas un château de sable ! Cette cité africaine ancestrale, à l'image de notre Tamentit située aux portes d'Adrar, était l'espace frétillant où se croisaient, dialoguaient, conversaient toutes les cultures, toutes les religions : monothéistes, polythéistes et athéistes.
Dans cette ville, Tolède d'Afrique, on parlait le haoussa, le tamasheq, l'arabe, le souahili, le habachi, somali, l'hébreu et d'autres… Aujourd'hui, de Tokyo jusqu'à Dakar, de Tananarive à Caracas, tous les alcoolivres du monde sont tristes, abattus. Le paradis des manuscrits est brûlé ! Immolation, le feu est mis dans l'Eden ! Tombouctou tombe entre les mains des fanatiques, des intégristes islamistes. Les inquisiteurs ! C'est tout un patrimoine universel qui s'écroule, qui s'en va. Le rêve cauchemardesque habite la nuit africaine ! Une mémoire s'éteint. J'imagine Ibn Batouta, se retourner dans sa tombe. Et Hassan El Ouazzane ou Leo Africanus, peu importe l'appellation, revoit, corrige son itinéraire et les détails de son voyage. Les milliers de caravanes changent leurs orientations, rebroussent leurs chemins.
Tombouctou cité située sur les frontières entre le réel et l'imaginaire perd ses langues, ôte son image et son imaginaire. Les alcoolivres ont peur, liseurs et vendeurs comme acquéreurs des manuscrits, qui jadis arrivaient des quatre coins du monde pour s'installer dans cette légendaire cité. Il n'y a plus d'odeur d'encres. On sent la mort et la trahison, mes chers alcoolivres.
A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.