LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le bilan du ‘‘Colloque 1962, un monde'' est positif»
Nouria Benghabrit-Remaoun. Directrice du CRASC
Publié dans El Watan le 25 - 10 - 2012

Oran a abrité, la semaine dernière, un colloque international intitulé «1962, un monde». Nouria Benghabrit-Remaoun, Directrice du CRASC, revient sur cette manifestation organisée par l'institution qu'elle dirige en partenariat avec le Centre d'études maghrébines (CEMA) et l'Institut historique du temps présent (l'IHTP, Paris).
-Quel bilan faites-vous du colloque «1962, un monde» ?
C'est à un moment particulier que s'est tenu ce colloque, celui du cinquantenaire de l'indépendance de l'Algérie. Bien que l'essentiel de nos préoccupations, durant ces trois jours, ait porté sur le contexte de 1962, nous ne perdons pas de vue les changements en profondeur enregistrés dans la société algérienne comme dans le reste du monde, 50 ans après.
Cette année est également celle des 20 ans du CRASC, d'une recherche au service de la connaissance de nos sociétés, à travers nos interrogations sur des domaines divers. 1962 constitue à la fois une date, un symbole et le point de départ d'une dynamique nouvelle. Une date où l'histoire d'un pays, en l'occurrence l'Algérie, participe au grand mouvement des changements et bouleversements historiques et politiques. Un symbole majeur, celui de la fin d'une ère, celle de la colonisation où les rapports entre les pays furent régis par la force, la domination et l'oppression.
Une dynamique, forte, audacieuse qui annonce une nouvelle recomposition des relations entre les peuples et où le romantisme révolutionnaire se conjuguait aux aspirations de justice sociale et de dignité humaine.
La fin de la période de la colonisation, que 1962 exprime avec beaucoup de force, constitue une étape fondamentale dans l'histoire de l'humanité.Les années 1950, 1960 et 1970 furent une période propice aux expériences hardies, aux nouveaux projets de société et aux grandes espérances (tiers-mondisme, lutte contre l'impérialisme, révolutions…). C'est une période qui fut aussi marquée par la Guerre froide et ses lourdes répercussions sur les relations internationales et également par des reniements et des échecs patents.
Le colloque «1962, un monde» n'a pas eu seulement pour ambition d'interroger ce «moment de rupture» qu'est l'année 1962, comme un marqueur historique, mais également de s'intéresser à sa portée politique, philosophique, sociale, culturelle et artistique.
Le comité d'organisation a reçu presque 200 demandes de participation, notamment du Maghreb, d'Europe et d'Amérique du Nord. Le bilan du colloque est positif pour plusieurs raisons: cet événement est le résultat d'un partenariat entre plusieurs institutions scientifiques: le CRASC, le CEMA et l'IHTP, Paris. Autre raison, c'est qu'il y aura des suites…
-Justement, qu'est-ce qui est projeté comme suite à ce colloque ?
Des suites multiformes sont prévues par les organisateurs de ce colloque: il y aura des publications ici en Algérie, aux USA, en France, aux USA, de documents à partir de synthèses ou de numéros thématiques issus de nos travaux. Des rencontres sont d'ores et déjà au menu, et auxquelles certains collègues du CRASC participeront: c'est le cas d'une manifestation organisée par Todd Shepard, sur «1962-2012 World after algerian independance», les 1er et 2 novembre 2012 à John Hopkins University (Baltimore). Une autre rencontre sera organisée à la mi-novembre par le Centre d'anthropologie méditerranéenne sur «Mémoires algériennes en transmission» avec Julia Fabbiano de l'EHESS et Abderrahmane Moumen du CRHISM.
La conviction des organisateurs est forte quant aux suites et répercussions pour la recherche et une meilleure connaissance sur tout ce qui touche à la Révolution algérienne et à ses retombées dans le monde dans lequel nous sommes et le contexte de 1962. Par ailleurs et dans le cadre du 50ème anniversaire de l'indépendance nationale, le CRASC organise plusieurs rencontres d'ici le mois de décembre 2012, notamment le Symposium sur «Algérie: penser le changement. Quels apports des sciences humaines et sociales?» du 02 au 04 décembre 2012, en partenariat avec le CREAD, ARST (ex-ANDRU) et l'université de Constantine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.